SPOLIATION DES ŒUVRES D'ART, France (1940-1944)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le dossier du destin des œuvres d'art pendant l'Occupation a été rouvert publiquement à la fin de l'année 1995. La publication de l'enquête du journaliste Hector Feliciano Le Musée disparu et la traduction en français de la somme de l'historienne américaine Lynn H. Nicholas Le Pillage de l'Europe ont, d'entrée de jeu, alimenté le débat de nombreuses controverses.

En France, depuis les années 1970, le film Le Chagrin et la pitié (1971) puis les révélations apportées par la traduction de l'ouvrage de Robert Paxton La France de Vichy (1972) ont focalisé l'examen de cette période de l'histoire sur la responsabilité d'institutions nationales impliquées dans la collaboration avec les nazis. Il est pourtant très vite apparu que l'administration la plus exposée alors sur ce terrain, la Direction des musées nationaux, avait réellement joué le rôle de « bouclier » (que d'aucuns, dans les années 1960, avaient cru pouvoir attribuer à l'État vichyste tout entier, thèse désormais bien abandonnée). En organisant le transfert, la protection et la mise à l'abri des collections publiques et d'un grand nombre de collections particulières, dans des châteaux privés difficilement repérables et accessibles (la crainte, alors, n'était ni les pillages ni les spoliations, mais les bombardements), puis en compliquant la tâche de l'occupant quand il chercha à les réquisitionner, ce secteur de l'État avait, spontanément, adopté une attitude « résistante » face aux exigences nazies. Après la Libération, des dizaines de milliers d'œuvres retrouvées en Allemagne sont revenues en France et ont pu, pour l'essentiel, être restituées. Les Musées nationaux œuvrèrent alors afin que des pièces importantes non restituables dans un premier temps, parce qu'elles étaient d'origine douteuse, ou imprécise, ou encore parce que planait sur elles une présomption de spoliation, soient écartées des ventes qu'organisait l'administration des Domaines légitimement désireuse de procurer des liquidités à un État exsangue sur le plan budgétai [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 8 pages




Écrit par :

  • : conservateur en chef du Patrimoine, conservateur au centre Georges Pompidou, chargé de la documentation de la collection du musée national d'art moderne

Classification


Autres références

«  SPOLIATION DES ŒUVRES D'ART, France (1940-1944)  » est également traité dans :

ART SOUS L'OCCUPATION

  • Écrit par 
  • Laurence BERTRAND DORLÉAC
  •  • 7 392 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « La France occupée »  : […] Le 22 juin 1940, la convention d'armistice ratifiait la victoire de l'Allemagne nazie. Le 9 juillet 1940, le ministère de la Propagande du III e  Reich donnait au vaincu un avant-goût du sort qu'il lui réservait : la France ne serait pas considérée comme une « alliée » mais jouerait en Europe le rôle d'une « Suisse agrandie », réserve agricole et touristique pouvant éventu […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/art-sous-l-occupation/#i_23229

FRANCOFONIA. LE LOUVRE SOUS L'OCCUPATION (A. Sokourov)

  • Écrit par 
  • Michel ESTÈVE
  •  • 957 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Le musée et l’histoire »  : […] Francofonia s'ouvre sur un dialogue via Skype entre Sokourov et Dick, capitaine d'un cargo chargé de conteneurs remplis d'œuvres d'art, en perdition dans l'océan Atlantique. Pour survivre, le bateau devrait jeter son chargement à la mer. Cette menace du naufrage rend immédiatement sensible le danger mortel qui menace les œuvres d'art, englouties dans le […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/francofonia-le-louvre-sous-l-occupation/#i_23229

PAUME JEU DE

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 546 mots

Le Jeu de Paume, à Paris, fut un musée d’art impressionniste, puis d’art moderne et contemporain, avant d’être consacré à la photographie. La salle du Jeu de Paume fut construite sous Napoléon III en 1862 dans le jardin des Tuileries, en symétrie avec le bâtiment voisin de l’Orangerie. On y pratiquait un sport de balle, ancêtre du tennis. Le tennis ayant supplanté le jeu de paume et le lieu se rév […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jeu-de-paume/#i_23229

ŒUVRES D'ART & PRISES DE GUERRE (1945)

  • Écrit par 
  • Klaus GOLDMANN
  •  • 2 655 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Le pillage des nazis »  : […] En Allemagne, les nazis ont dès 1933 transgressé ces règles en mettant en œuvre, par exemple, l'opération de proscription des œuvres d'art condamnées au nom de leur idéologie ; un certain nombre d'entre elles furent réunies à Munich en 1937 à l'exposition Entartete Kunst (« art dégénéré »). Ils ont alors retiré des collections publiques des œuvres d'art moderne et les ont ve […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/oeuvres-d-art-et-prises-de-guerre/#i_23229

PATRIMOINE CULTUREL ET CONFLITS ARMÉS

  • Écrit par 
  • Julien ANFRUNS
  •  • 3 404 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « La Seconde Guerre mondiale et les exactions à grande échelle contre les biens culturels »  : […] Les crimes commis durant la Seconde Guerre mondiale n’ont en rien épargné les biens culturels. Les exemples à citer seraient trop nombreux ; on retiendra autant les exactions dues à la mise en place, sous le régime nazi, d’un système organisé de spoliation que les destructions issues des affrontements et des bombardements de la guerre. Sur le premier point, on relèvera, entre autres, qu’ au print […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/patrimoine-culturel-et-conflits-armes/#i_23229

Voir aussi

Pour citer l’article

Didier SCHULMANN, « SPOLIATION DES ŒUVRES D'ART, France (1940-1944) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 16 mai 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/spoliation-des-oeuvres-d-art-france/