Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

ART SOUS L'OCCUPATION

La résistance

Le message de ces artistes était certes crypté, obligeant les historiens à reconsidérer la notion courante de « résistance » à l'occupant. Même s'il est impossible d'évaluer avec précision le pourcentage de résistants par catégories socioprofessionnelles, les artistes ne semblent pas s'être distingués par une attitude particulière. En outre, un créateur pouvait procéder à des actions de résistance active et continuer à peindre des choses anodines, tandis que certains pouvaient mener un combat symbolique sans entrer physiquement dans la Résistance. Du refus de s'exprimer (très rare) aux subversions de la norme du moment, toutes les positions étaient permises, tandis que la majorité continua de travailler, tout comme les Français continuaient à vivre, selon ces stratégies d'« accommodement » bien décrites par Philippe Burrin (La France à l'heure allemande. 1940-1944, Seuil, 1995).

Si l'on écarte le « marais », les exilés de l'intérieur ou de l'extérieur refusaient de collaborer à la vie artistique officielle et de voir sombrer la démocratie. André Masson, fort de l'expérience de la Grande Guerre, de la guerre d'Espagne et d'une conscience politique affûtée par le surréalisme, a bien exprimé le sentiment de dégoût qui présidait à l'exil, pour lui, aux États-Unis.

Lorsqu'ils demeuraient en France (souvent faute de pouvoir partir), les artistes modernes continuaient à travailler, malgré des conditions difficiles : restriction matérielle et privation de liberté. Les plus radicaux se voyaient alors cantonnés dans les lieux clandestins de l'avant-garde : à la galerie Jeanne-Bucher, où l'on voyait des Laurens, Léger, Max Ernst, Marcoussis, Reichel, Klee, Miró, De Staël, Domela ou Kandinsky, ce dernier censuré en 1942, ce qui n'empêchait pas la galeriste de continuer à l'exposer mais clandestinement ; à la galerie L'Esquisse, dont les propriétaires étaient résistants et exposaient Domela, Magnelli, De Staël, Kandinsky ; à la galerie de Berri, où l'on voyait des Vantongerloo et les premiers Olivier Debré ; à l'Abbaye, des œuvres de Henri Michaux ; chez Drouin, qui présentait Dubuffet et Fautrier, ce dernier également visible chez Jeanne Castel. Fautrier, réfugié dans la Vallée-aux-Loups, après avoir été inquiété, peignait une série d'Otages informels, otages dont il avait entendu les derniers cris dans la forêt voisine.

Si les transgressions formelles de ces artistes prenaient un sens dans le contexte liberticide de l'Occupation, même les plus déterminés devaient rapidement se rendre compte de la force supérieure de l'occupant. Ainsi, les membres du groupe surréaliste restés en France s'étaient regroupés autour des Réverbères qui tentèrent des actions d'éclat, ils étaient raillés par l'occupant et la presse extrémiste comme illustrant simplement la « décadence » de l'avant-garde. La revue La Main à plume (autour de Jean-François de Chabrun et Gérard de Sède) fut plus efficace, parce que clandestine, à maintenir vivant le souffle de la révolte surréaliste, réunissant des œuvres de Picasso, Dominguez, Ernst, Ubac, Tital, Aline Gagnaire ou Vulliamy.

En matière de résistance « active », le Parti communiste français, mieux structuré depuis l'avant-guerre, chapeautait le Front national des arts (branche du Front national), imprimait le journal clandestin L'Art français (cinq numéros parus) et réalisait l'album militant antivichyste et antinazi Vaincre, sous la direction de Fougeron, qui réunissait les gravures de Pignon, Taslitzky, Goerg, Desnoyer, Montagnac et Walch.

C'est à ce titre que le Parti communiste eut en charge des opérations d'épuration du milieu artistique à la Libération, dirigées essentiellement contre les artistes qui avaient[...]

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : professeure des Universités, enseignante à l'université de Picardie et à l'Institut politique de Paris

. In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

Médias

Spoliation des œuvres d'art

Spoliation des œuvres d'art

Max Jacob

Max Jacob

Autres références

  • LE CORBEAU, film de Henri-Georges Clouzot

    • Écrit par Michel CHION
    • 1 160 mots

    Produit durant la période de l'Occupation, sous contrôle allemand, par la firme Continental, second film d'un jeune réalisateur que vient de révéler le divertissement policier L'assassin habite au 21 (1942), Le Corbeau est un pamphlet, dans lequel une campagne de lettres anonymes...

  • DELAIR SUZY (1916-2020)

    • Écrit par Christian VIVIANI
    • 822 mots
    • 1 média

    Suzanne Pierrette Delaire, dite Suzy Delair, naît le 31 décembre 1917 à Paris, dans un milieu modeste. Suivant la profession de sa mère, elle apprend le métier de modiste, mais rêve de théâtre. Elle survit un temps grâce à de petits rôles au théâtre et déjà au cinéma. Bientôt c’est sa voix, jolie...

  • FRANCE (Arts et culture) - Le cinéma

    • Écrit par Jean-Pierre JEANCOLAS, René PRÉDAL
    • 11 105 mots
    • 7 médias
    ...cinématographique. La guerre puis la défaite n'ont pas permis sa discussion. C'est paradoxalement le pouvoir de Vichy qui en a repris la substance dès l'automne 1940. Le cinéma de la France occupée sera un cinéma encadré, contrôlé par des textes législatifs. La loi du 26 octobre, qui sera validée par le gouvernement...
  • SPOLIATION DES ŒUVRES D'ART, France (1940-1944)

    • Écrit par Didier SCHULMANN
    • 4 785 mots
    ...livre-témoignage de Rose Valland, est épuisé depuis plus de trente ans ; en France, aucun travail universitaire n'a été entrepris sur ce sujet précis. Laurence Bertrand-Dorléac, dans sa thèse (en 1986) puis en consacrant au pillage et aux spoliations le premier chapitre de son livre (en 1993), qui traitait...

Voir aussi