ART SOUS L'OCCUPATION

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La scène artistique

Vichy pensa donc à utiliser l'art et les artistes. Chaque ministère et chaque direction les convoquèrent : les Sports, la Jeunesse, la Propagande, la Ville de Paris ou le Maréchal lui-même, la direction des Beaux-Arts enfin, placée sous la tutelle de six ministres de l'Éducation nationale successifs et sous la responsabilité de Louis Hautecœur, jusqu'en avril 1944, puis de Georges Hilaire, jusqu'à la Libération. Le projet de corporation des arts graphiques et plastiques témoigna de la volonté de l'État de « caporaliser » la société française dans son ensemble, y compris dans sa partie la plus réticente à tout embrigadement ; le temps et les résistances des artistes (de Maurice Denis, nommé à la tête de l'ordre des arts graphiques et plastiques contre son gré, à Jean Bazaine la dénonçant dans la N.R.F.) entravèrent le projet d'ordre de l'État en laissant à l'Entraide des artistes, fondée en 1939, le soin de résoudre le sort matériel des plus défavorisés, sans qu'ils dussent pour autant renoncer aux traditions de liberté du milieu. En matière artistique, seuls les architectes furent soumis à un Ordre, il est vrai très encouragé par le secrétaire général des Beaux-Arts, spécialiste d'architecture.

Fidèle du Maréchal, Louis Hautecœur était historien d'art, universitaire et conservateur de musée. Son programme visait à défendre les collections nationales, à renforcer le pouvoir de l'administration, surtout en province, à se débarrasser du Conseil supérieur des beaux-arts, trop moderniste à son goût, enfin, à acquérir des œuvres d'art et à réformer l'enseignement des artistes et des conservateurs dans le droit-fil de son traditionalisme et de sa conception d'un « juste milieu ». S'il afficha volontiers le désir de promouvoir un art d'envergure monumentale, le seul projet officiel programmé en la matière demeura l'ensemble gréco-romain destiné à décorer l'autostrade de l'Ouest, qui rappelait les pompes de l'Expositio [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 12 pages

Médias de l’article

Spoliation des œuvres d'art

Spoliation des œuvres d'art
Crédits : Hulton Getty

photographie

Max Jacob

Max Jacob
Crédits : Sasha/ Hulton Archive/ Getty Images

photographie

Afficher les 2 médias de l'article


Écrit par :

  • : professeur des Universités, enseignante à l'université de Picardie et à l'Institut politique de Paris

Classification

Autres références

«  ART SOUS L'OCCUPATION  » est également traité dans :

LE CORBEAU, film de Henri-Georges Clouzot

  • Écrit par 
  • Michel CHION
  •  • 1 160 mots

Produit durant la période de l'Occupation, sous contrôle allemand, par la firme Continental, second film d'un jeune réalisateur que vient de révéler le divertissement policier L'assassin habite au 21 (1942), Le Corbeau est un pamphlet, dans lequel une campagne de lettres anonymes fait « tomber les masques ». Henri-Georges Clouzot (1907-1977) venait de participer comme scénariste à une adaptation […] Lire la suite

DELAIR SUZY (1916-2020)

  • Écrit par 
  • Christian VIVIANI
  •  • 822 mots
  •  • 1 média

Suzanne Pierrette Delaire, dite Suzy Delair, naît le 31 décembre 1917 à Paris, dans un milieu modeste. Suivant la profession de sa mère, elle apprend le métier de modiste, mais rêve de théâtre. Elle survit un temps grâce à de petits rôles au théâtre et déjà au cinéma . Bientôt c’est sa voix, jolie et assurée, qui la fait remarquer et lui vaut ses premiers engagements sérieux aux Bouffes-Parisiens, […] Lire la suite

FRANCE (Arts et culture) - Le cinéma

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre JEANCOLAS, 
  • René PRÉDAL
  •  • 11 154 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « La vague des réalismes »  : […] Deux lignes de crête s'imposent au-dessus de ce tout-venant. La première est née du mariage réputé impur du cinéma et du théâtre, qu'ont réussi parallèlement Sacha Guitry (1885-1957) et Marcel Pagnol (1895-1974). Le premier a construit ses films ( Le Roman d'un tricheur en 1936, Les Perles de la couronne en 1937) sur une parole brillante (sa voix) qui structure la chaîne des images. Le second, pl […] Lire la suite

SPOLIATION DES ŒUVRES D'ART, France (1940-1944)

  • Écrit par 
  • Didier SCHULMANN
  •  • 4 764 mots

Dans le chapitre « L'état de la question au cours des années 1990 »  : […] Lorsque, à la fin de l'année 1995, Hector Feliciano publie les résultats de son enquête, que sait-on exactement du « phénomène » de la spoliation des œuvres d'art ? Dans le détail de son déroulement, de son étendue, de ses conséquences et de la façon dont la question a été traitée – et considérée comme étant globalement résolue – à la fin de la guerre, on ne sait plus grand-chose. Le seul ouvrage […] Lire la suite

PATRIMOINE CULTUREL ET CONFLITS ARMÉS

  • Écrit par 
  • Julien ANFRUNS
  •  • 3 404 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « La Seconde Guerre mondiale et les exactions à grande échelle contre les biens culturels »  : […] Les crimes commis durant la Seconde Guerre mondiale n’ont en rien épargné les biens culturels. Les exemples à citer seraient trop nombreux ; on retiendra autant les exactions dues à la mise en place, sous le régime nazi, d’un système organisé de spoliation que les destructions issues des affrontements et des bombardements de la guerre. Sur le premier point, on relèvera, entre autres, qu’ au print […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Laurence BERTRAND DORLÉAC, « ART SOUS L'OCCUPATION », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 02 février 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/art-sous-l-occupation/