ART SOUS L'OCCUPATION

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

Spoliation des œuvres d'art

Spoliation des œuvres d'art
Crédits : Hulton Getty

photographie

Max Jacob

Max Jacob
Crédits : Sasha/ Hulton Archive/ Getty Images

photographie


La tradition nationale

Cette France était revendiquée par tous, sur tout l'échiquier politique et esthétique. Sur la scène artistique comme ailleurs, on opposa souvent au vainqueur les maigres arguments symboliques qui pouvaient conjurer la honte d'être occupé. Ce retour à la francité qui résistait « abstraitement » à l'épreuve imposée au pays reposait sur des convictions déjà anciennes confortées par quelques siècles d'hégémonie culturelle. Pour les hommes des années 1940, de quoi donc était faite la tradition française ? Le plus souvent de ce qu'Albert Camus définirait, juste après la guerre, comme une lutte contre l'instinct, toute de « discipline intérieure », de « domination de soi », d'un « parti pris d'intelligence raisonnable [...] revenue au concret et soucieuse d'honnêteté ». Une définition cartésianiste qui évacuait les excès en tout genre repérés dans l'art « étranger » : germanique ou slave en particulier. Mais, dans le contexte de Vichy et de l'Occupation, les ambiguïtés d'un tel discours ne manquaient pas. Sur la scène artistique, la France pouvait être citée à tout propos, sans que l'on ait forcément choisi son camp de façon claire. Dans un climat de chasse aux sorcières, il fallait donc discerner le bon grain de l'ivraie, ceux qui, dans le discours artistique nationaliste, luttaient contre l'Allemagne, l'Italie, voire l'Espagne et ceux qui s'en prenaient au contraire aux « étrangers » à la nation « purifiée », aux Juifs, en particulier, boucs émissaires mis au ban de la société.

Les œuvres de Bonnard, de Matisse et de Braque – que sa rétrospective au Salon d'automne de 1943 avait définitivement consacré –, incarnaient l'excellence française. Même ceux qui avaient compris la France comme une addition et un mélange se repliaient – provisoirement du moins – sur un nationalisme qui ne souffrait aucun partage, et les artistes, par principe plutôt universalistes, ne dérogeaient pas à la règle.

Ainsi l'ouverture à Paris, pendant l'été de 1942, du Musée national d'art moderne symbolisait le maintien d'une identité [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 12 pages




Écrit par :

  • : professeur des Universités, enseignante à l'université de Picardie et à l'Institut politique de Paris

Classification


Autres références

«  ART SOUS L'OCCUPATION  » est également traité dans :

LE CORBEAU, film de Henri-Georges Clouzot

  • Écrit par 
  • Michel CHION
  •  • 1 160 mots

Produit durant la période de l'Occupation, sous contrôle allemand, par la firme Continental, second film d'un jeune réalisateur que vient de révéler le divertissement policier L'assassin habite au 21 (1942), Le Corbeau est un pamphlet, dans lequel une campagne de lettres anonymes fait « tomber les masques ». Henri-Georges Clouzot (1907-1977) venait de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/le-corbeau/#i_97951

FRANCE (Arts et culture) - Le cinéma

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre JEANCOLAS, 
  • René PRÉDAL
  •  • 11 154 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « La vague des réalismes »  : […] Deux lignes de crête s'imposent au-dessus de ce tout-venant. La première est née du mariage réputé impur du cinéma et du théâtre, qu'ont réussi parallèlement Sacha Guitry (1885-1957) et Marcel Pagnol (1895-1974). Le premier a construit ses films ( Le Roman d'un tricheur en 1936, Les Perles de la couronne en 1937) sur une parole brillante (sa voix) qui st […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/france-arts-et-culture-le-cinema/#i_97951

SPOLIATION DES ŒUVRES D'ART, France (1940-1944)

  • Écrit par 
  • Didier SCHULMANN
  •  • 4 764 mots

Dans le chapitre « L'état de la question au cours des années 1990 »  : […] Lorsque, à la fin de l'année 1995, Hector Feliciano publie les résultats de son enquête, que sait-on exactement du « phénomène » de la spoliation des œuvres d'art ? Dans le détail de son déroulement, de son étendue, de ses conséquences et de la façon dont la question a été traitée – et considérée comme étant globalement résolue – à la fin de la guerre, on ne sait plus grand-chose. Le seul ouvrage […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/spoliation-des-oeuvres-d-art-france/#i_97951

PATRIMOINE CULTUREL ET CONFLITS ARMÉS

  • Écrit par 
  • Julien ANFRUNS
  •  • 3 404 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « La Seconde Guerre mondiale et les exactions à grande échelle contre les biens culturels »  : […] Les crimes commis durant la Seconde Guerre mondiale n’ont en rien épargné les biens culturels. Les exemples à citer seraient trop nombreux ; on retiendra autant les exactions dues à la mise en place, sous le régime nazi, d’un système organisé de spoliation que les destructions issues des affrontements et des bombardements de la guerre. Sur le premier point, on relèvera, entre autres, qu’ au print […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/patrimoine-culturel-et-conflits-armes/#i_97951

Voir aussi

Pour citer l’article

Laurence BERTRAND DORLÉAC, « ART SOUS L'OCCUPATION », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 29 août 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/art-sous-l-occupation/