NAÏF ART

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La naïveté et ses frontières

Chez tous ces artistes, en effet, le mécanisme de l'inspiration se déroule d'une manière qui évoque l'automatisme des peintres médiumniques : la toile se peint entre leurs mains (ou le rocher se sculpte) comme s'ils étaient de simples intermédiaires, d'humbles instruments des « esprits ». Ce qui les sépare des peintres-médiums, c'est que chez ceux-ci l'automatisme est créateur de structures autonomes, parfaitement régulières ou abstraites. Pourtant, si l'on remarque ce qu'il y a de mécanique et de stéréotypé dans les ponctuations de Hirshfield, les vagues ou les papiers peints de Peyronnet, les hachures atmosphériques de Skurjeni, on est bien forcé de convenir que la cloison qui les sépare de médiums tels qu'Augustin Lesage ou Joseph Crépin est infiniment mince. Peut-être faut-il alors recourir à la même distinction qui sépare les peintres surréalistes de la mouvance de Chirico de ceux qui ont recours, comme Miró, à l'automatisme, les premiers s'exprimant par référence à des objets décrits avec exactitude, les autres inventant en quelque sorte rythmiquement leurs formes ? En tout cas, il suffit que la question soit posée pour que soit remise en cause la séparation artificielle et très extérieure entre l'art dit naïf et l'art dit brut, séparation jalousement entretenue par certains « spécialistes ». Si l'on se souvient que, dans le surréalisme, un Yves Tanguy, par exemple, dérive de Giorgio De Chirico tout en pratiquant un automatisme fondamental, on entrevoit tout l'avantage qu'il y aurait à abolir des catégories aussi arbitraires au profit d'une analyse des diverses modalités de la création populaire spontanée. Il est d'ores et déjà abusif d'englober Séraphine et Friedrich Schröder-Sonnenstern dans des expositions d'art « naïf », comme ce l'est d'annexer Jeanne Beaubelicou ou Joseph Moindre à l'art « brut ». Les préférences personnelles (ou les intérêts) doivent cesser de s'opposer à un regard plus pénétrant dont dépend certainement la compréhension de l'art moderne tout entier. Car ce qui est commun aux uns et aux autres, si surprenant qu'il y paraisse, c'est ce refus du réalisme à propos duquel on a pu lire précédemment les avis convergents d'Uhde et de Breton.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages

Médias de l’article

Calendrier de l'année 1897

Calendrier de l'année 1897
Crédits : De Agostini Picture Library/ Bridgeman Images

photographie

Moi-même. Portrait-paysage, H. Rousseau

Moi-même. Portrait-paysage, H. Rousseau
Crédits : Bridgeman Images

photographie

Afficher les 2 médias de l'article


Écrit par :

  • : directeur de recherche au C.N.R.S., docteur ès lettres

Classification

Autres références

«  NAÏF ART  » est également traité dans :

ART BRUT

  • Écrit par 
  • Hubert DAMISCH, 
  • Hervé GAUVILLE
  •  • 2 831 mots

Dans le chapitre « Art brut, art naïf, art psychopathologique »  : […] Il importe de ne pas confondre les productions ainsi étiquetées du nom d'art brut – et auxquelles il convient d'ajouter manuscrits et écrits divers – avec telles formations naturelles, ou objets de rebut, auxquelles le goût du temps nous porte à prêter une vertu esthétique, et moins encore avec d'autres produits dont notre époque se veut particulièrement friande et qu'elle classe, sans trop de rig […] Lire la suite

BAUCHANT ANDRÉ (1873-1958)

  • Écrit par 
  • Pierre ROBIN
  •  • 197 mots

Paysan de Touraine, André Bauchant n'a commencé à peindre qu'à l'âge de quarante-sept ans ; il expose pour la première fois, en 1921, au Salon d'automne. Très vite, il va occuper une place de premier plan parmi les « maîtres populaires de la réalité » (popularité consacrée par Diaghilev qui lui commande le décor d' Apollon Musagète ). On retrouve, dans la minutie fervente de ses bouquets et de ses […] Lire la suite

BOMBOIS CAMILLE (1883-1970)

  • Écrit par 
  • Pierre ROBIN
  •  • 245 mots

Fils d'un batelier, Camille Bombois fut tour à tour gardien de troupeaux, valet de ferme, hercule de foire, terrassier, typographe, avant de pouvoir, à partir de 1922, se consacrer entièrement à la peinture. L'œuvre de ce maître de l'art naïf est l'un des plus authentiquement et des plus savoureusement populaires, même si, la célébrité venue, il a un peu trop cédé à la tentation de se répéter et d […] Lire la suite

CHEVAL FERDINAND (1836-1924)

  • Écrit par 
  • Pierre ROBIN
  •  • 1 000 mots

Né à Charmes, dans la Drôme. Facteur rural à Hauterives, Ferdinand Cheval dispose d'un petit bagage de connaissances géographiques, historiques et scientifiques. Fonctionnaire sans reproche, il semble avoir été également bon époux et bon père. Il est donc voué manifestement, en dépit de son nom de centaure postal, à l'une de ces existences sans histoire que chaque époque reproduit à des centaines […] Lire la suite

FOUÉRÉ ADOLPHE JULIEN (1842-1910)

  • Écrit par 
  • José PIERRE
  •  • 513 mots

C'est à l'âge de quarante ans que l'abbé Fouéré, plus généralement désigné comme « l'ermite de Rothéneuf » ou « l'ancien recteur » par les autochtones, entreprend de sculpter les rochers du rivage de l'une des avancées du littoral breton entre l'estuaire de la Rance et la baie du Mont-Saint-Michel. Le thème qu'il choisit de traiter, c'est l'évocation de la famille quasi légendaire des Rothéneuf, q […] Lire la suite

GRANDMA MOSES (1860-1961)

  • Écrit par 
  • Pierre GEORGEL
  •  • 387 mots

Illustre centenaire de la peinture américaine, Grandma Moses, de son véritable nom Anna Mary Robertson, était une fermière de la Nouvelle-Angleterre, épouse de Thomas S. Moses, qui à près de quatre-vingts ans se prit de passion pour la peinture. Elle se consacra à la peinture, qui l'avait déjà attirée au cours des années vingt, avec tout le naturel qu'elle avait accordé jusqu'alors aux occupations […] Lire la suite

HICKS EDWARD (1780-1849)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 330 mots

Peintre américain, né le 4 avril 1780 à Attleborough (Pennsylvanie), mort le 23 août 1849 à Newtown, près de Philadelphie (Pennsylvanie). Edward Hicks vient tard à la peinture d'art. Peintre de voitures et d'enseignes dès son plus jeune âge, il rejoint le regroupement religieux des quakers et consacre pendant de nombreuses années toute son énergie à son activité de prédicateur. De son vivant, c'e […] Lire la suite

HIRSHFIELD MORRIS (1872-1946)

  • Écrit par 
  • Gérard LEGRAND
  •  • 192 mots

Né dans une bourgade de la Pologne russe, immigré aux États-Unis en 1890, ce fabricant de pantoufles pour dames vient à la peinture en autodidacte et ne sera découvert qu'en 1939 par l'infatigable critique d'art Sidney Janis. L'œuvre de Hirshfield en fait l'un des très rares « naïfs » véritablement originaux depuis le Douanier Rousseau. La plupart de ses toiles sont ordonnées autour de nus féminin […] Lire la suite

JAKOVSKY ANATOLE (1907-1983)

  • Écrit par 
  • José PIERRE
  •  • 456 mots

Né en 1907 à Kichineff (Roumanie), le critique d'art Anatole Jakovsky meurt à Paris le 24 septembre 1983. Son nom reste attaché au destin de l'art naïf et, en ce sens, le couronnement de sa carrière aura été l'ouverture à Nice, en 1982, du Musée international d'art naïf Anatole Jakovsky, constitué à partir de ses propres collections. Avant de se vouer corps et âme à la défense des peintres autod […] Lire la suite

PICKETT JOSEPH (1848-1918)

  • Écrit par 
  • Claude JACQUET
  •  • 255 mots

Peintre naïf américain, Joseph Pickett est un autodidacte. Il fit de nombreux métiers, devint charpentier, puis travailla à la construction de bateaux et voyagea longtemps comme forain. Dans la dernière décennie du xix e  siècle, il ouvrit une boutique d'épicerie dans sa ville natale, New Hope en Pennsylvanie, et consacra ses loisirs à la peinture. Il se servit des couleurs employées par les peint […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

José PIERRE, « NAÏF ART », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 03 décembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/art-naif/