Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

ARCHITECTURE (Thèmes généraux) Architecture et philosophie

L'architecture des philosophies, de Platon à Hegel

Le premier volet de notre enquête nous a révélé la fragilité de l'union des deux mots, archè et tektonikos, qui composent l'« architecture » en elle-même : vécue « de l'intérieur », dans la mémoire de la langue. Et donc posée comme susceptible de susciter sa propre philosophie.

Mais qu'en pensent les philosophes ? L'investigation doit ici, semble-t-il, se dédoubler. D'une part, il existe des philosophies de l'architecture, distinctes de la réflexion spontanée ou de la spontanéité réflexive que nous prêtions à l'architecture elle-même : d'autre part, les philosophes n'ont pas hésité à se réclamer de l'architecture pour édifier des systèmes. L'enchevêtrement et le tuilage de ces deux niveaux rendent délicate l'investigation. Le fil conducteur de la divergence progressive de l'architecture et de la philosophie peut cependant nous guider.

L'essentiel de la thématique philosophique dégagée à partir de la considération de l'architecture s'exprime au départ chez Platon. « Art de production » et non pas « art d'acquérir » ou métier, l'architecture telle que la décrit Platon conduit à son éclosion ce qui se manifeste ; elle s'oppose par là à la peinture, laquelle réalise seulement des simulacres, des choses qui n'ont pas l'être en elles-mêmes mais sont « en second ». Aussi la production architecturale est-elle réglée : elle suppose que l'on sache « quelque chose de l'ordre », et que ce savoir soit immanent aux actions. Le théorique (le nombre, la mesure) y collabore avec la pratique ; leur coexistence est hiérarchisée : l'exécution (la tecture) obéit au commandement (archè). Dès lors, si « simplement bâtir » revient à gouverner de l'inanimé, être architecte c'est faire de la politique. Seulement, architecture et politique ont à retrouver leur fondement dans une tradition oubliée : celle d'un savoir du divin et de la relation de l'homme aux dieux, dans laquelle excellaient les Anciens. Car le monde comme produit (dont la connaissance est indispensable à cet archi-producteur qu'est l'architecte) a cessé de se laisser déchiffrer dans la transparence de son origine. Perdue, cette dernière ne réapparaîtra que si le démiurge intervient pour ré-ajointer le sensible et l'intelligible. Intermédiaire ou médiateur, le démiurge, qui recoud ce qui a été séparé, ne saurait cependant être vu « en direct » ; l'architecte est censé y suppléer. Plotin dira de même que le savoir qui permet la construction architecturale doit mêler connaissance divine et sensible ; l'architecture est alors « la métaphore de ce qui ré-assemble », non en supprimant toute distance, mais en re-produisant l'ordre. De l'édifice, il faut donc dire qu'il est médiateur : il « élève l'âme en présentant dans l'évidence l'image de l'invisible », c'est-à-dire l'unité d'une harmonie que le maçon n'aperçoit pas, mais que l'architecte voit par l'œil intérieur. Saint Augustin, de son côté, explicitera l'opposition entre l'architecte, l'archè-tektonikos, comme fabricateur ayant rapport avec l'initial, et le « simple » tektonikos, qui est « incapable de remonter la hiérarchie des causes ». Deux possibilités s'offrent alors : ou bien entre beauté sensible et harmonie intelligible la distance est irréductible ; ou bien entre les deux le vide peut être résorbé : mais on court alors le risque d'homogénéiser les termes hétérogènes dont on souhaite l'union.

C'est, on le remarquera, toujours l'archè qui fait problème ; comme si la faille qu'il s'agit de masquer au niveau du commencement se creusait toujours à nouveau.[...]

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : musicien, philosophe, fondateur du département de musique de l'université de Paris-VIII

. In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

Autres références

  • ARCHITECTURE & ÉTAT AU XXe SIÈCLE

    • Écrit par Anatole KOPP
    • 3 970 mots
    • 3 médias

    L'intervention de l' État dans le domaine de l' architecture ne constitue pas un phénomène nouveau. De tout temps et sous tous les régimes, l'État est intervenu dans la mesure où toute réalisation architecturale met en cause les intérêts de couches de population bien plus larges que celles...

  • ARCHITECTURE & MUSIQUE

    • Écrit par Daniel CHARLES
    • 7 426 mots
    • 1 média

    La comparaison, tentée à maintes reprises, entre architecture et musique a donné lieu en général à des slogans du genre « l'architecture est une musique figée ». On ne s'est pas privé non plus de constater que les œuvres de la « grande » musique occidentale s'étaient peu à peu solidifiées en objets,...

  • INGÉNIEUR ET ARCHITECTE

    • Écrit par Antoine PICON
    • 4 261 mots
    • 5 médias

    Au cours de la Renaissance, les figures de l'architecte et de l'ingénieur se confondent pratiquement. Filippo Brunelleschi, généralement considéré comme un des pères fondateurs de l'architecture renaissante, est presque autant ingénieur qu'architecte. Ne conçoit-il pas les machines destinées...

  • ANDROUET DU CERCEAU JACQUES (1520-1586)

    • Écrit par Jean GUILLAUME
    • 967 mots

    Jacques Androuet du Cerceau (appelé le plus souvent « Du Cerceau », dû au motif de l'enseigne de la boutique de son père qui était marchand de vin) fut à la fois un graveur, un dessinateur, un créateur d'ornements, un inventeur d'architectures réelles ou imaginaires et l'auteur du premier ouvrage...

  • ANTHROPOMORPHIQUE ARCHITECTURE

    • Écrit par Martine VASSELIN
    • 1 060 mots

    De tout temps les architectes ont senti qu'il existait des affinités autres que d'usage entre les édifices et les hommes. La critique architecturale l'exprime confusément qui parle de l'ossature, des membres, de la tête ou de l'épiderme d'une construction. Mais cette impression...

  • APPAREIL, architecture

    • Écrit par Roland MARTIN
    • 4 325 mots
    • 2 médias

    En termes d' architecture, l'appareil désigne les modalités d' assemblage, de liaison et de mise en valeur des matériaux de la construction. Il est un des éléments essentiels du caractère de l'édifice dont il souligne au premier coup d'œil les structures et souvent la fonction....

  • ARC DE TRIOMPHE

    • Écrit par Gilbert-Charles PICARD
    • 1 627 mots
    • 9 médias

    Un arc de triomphe est une structure architectonique composée de deux pylônes reliés par une voûte en plein cintre ; elle supporte par son intermédiaire un attique, base rectangulaire massive qui elle-même porte des statues. L'arc comprend en outre des colonnes plaquées contre les pylônes qui soutiennent...

  • Afficher les 40 références

Voir aussi