Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

ARCHITECTURE (Thèmes généraux) Architecture et philosophie

Au-delà de la modernité

Parti d'une méditation sur le lien de l'architecture et de l'archè, le discours du philosophe n'aura donc fait que confirmer ce que les architectes eux-mêmes avaient depuis toujours pressenti : voir dans cet art un modèle pour la philosophie elle-même en insistant sur la dimension « apollinienne » de Vitruve, bref imaginer qu'avec l'architecture, c'est l'Occident qui, Œdipe aidant, met à mort ses sphinx et fonde une tradition unitaire, centrée sur la raison – tout cela n'est sans doute et n'a jamais été que vœu pieux : théologie. Non, les Sommes théologiques n'ont jamais arraché tout à fait les cathédrales à ce que Hegel appelait la « religion naturelle » ; et, symétriquement, il n'est pas d'édifice de pensée qui ne s'effondre en se fondant.

Le xxe siècle sera-t-il plus consolant ? Mais ce qu'enseigne le temple grec à Heidegger, n'est-ce pas, en deçà de l'« ouverture d'un monde », le « repos sur le roc » qui fait « ressortir l'obscur de [ce] support brut » ? « La terre, dit Heidegger c'est, par essence, ce qui se ferme. » En opposition au monde, la terre est le lieu secret « où l'épanouissement de tout ce qui s'épanouit retourne s'abriter, en tant que tel » ; elle ne se montre « que si elle demeure indécelée et indéchiffrée. La terre fait ainsi se briser contre elle-même toute tentative de pénétration ». La terre dit l'être « comme absence et retrait, d'où procède toute entrée en présence ». Le retrait à son tour, loin de désigner l'absence de l'être, signifie la dispensation de sa présence : se retirer, cet acte « appartient au propre de l'être. L'occultation, le retrait, est une manière dont l'être dure comme être, dont il se dispense, c'est-à-dire s'accorde ». « Dispensation et retrait sont le même, et non deux. »

Quelle que soit, donc, l'allégeance de Heidegger – et de tout l'Occident – à la Grèce et à la parole grecque, donc à la clarté, l'archè renvoie, selon le mot d'Emmanuel Lévinas, « les merveilles de notre architecture » à leur fonction de « cabanes dans le désert ». Faut-il dès lors renverser complètement la perspective, et s'inquiéter non plus de l'archè, mais de l'autre composante du mot « architecture », la tecture, dont le Heidegger de « Bâtir Habiter Penser » nous rappelle qu'elle évoque l'idée d'engendrement, et, plus largement, la technè – l'art, ou la technique – ? Mais la technè n'introduit-elle pas de son côté une dimension opératoire et manipulatrice – celle même de l'ingénierie – qui court-circuite tout logos et tend aujourd'hui à faire de la « techno-logie » une contradiction dans les termes ? « Cette tecturetragique, suggère Daniel Payot, c'est peut-être déjà celle des Égyptiens, dont Hegel soulignait qu'ils ne savaient aucune langue “claire et nette”, et qui pour cela se dépensaient sans relâche, sans autre but que la dépense même, en un travail gigantesque de construction : conduits par aucune règle, aucune archè ni aucun telos, mais par ce devant quoi on ne peut que bâtir, inventer des images, ou rire : le “texte” à jamais illisible de la mort. »

Hegel a donc apparemment verrouillé, comme on dit aujourd'hui, toutes les issues. Il n'empêche qu'il n'a pas pu ne pas accorder l'existence d'un « double commencement », d'un écart entre Égypte et Grèce, entre pyramide et théâtre, entre labyrinthe et temple ; et que son système, si complet et abouti qu'il se veuille, ne donne pas de réponse claire (autre que « logique »...) à la question première : « comment, pourquoi sortir d'Égypte ? » Question qui ne renvoie pas seulement, ni même d'abord, à l'Ancien Testament.[...]

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : musicien, philosophe, fondateur du département de musique de l'université de Paris-VIII

. In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

Autres références

  • ARCHITECTURE & ÉTAT AU XXe SIÈCLE

    • Écrit par Anatole KOPP
    • 3 970 mots
    • 3 médias

    L'intervention de l' État dans le domaine de l' architecture ne constitue pas un phénomène nouveau. De tout temps et sous tous les régimes, l'État est intervenu dans la mesure où toute réalisation architecturale met en cause les intérêts de couches de population bien plus larges que celles...

  • ARCHITECTURE & MUSIQUE

    • Écrit par Daniel CHARLES
    • 7 426 mots
    • 1 média

    La comparaison, tentée à maintes reprises, entre architecture et musique a donné lieu en général à des slogans du genre « l'architecture est une musique figée ». On ne s'est pas privé non plus de constater que les œuvres de la « grande » musique occidentale s'étaient peu à peu solidifiées en objets,...

  • INGÉNIEUR ET ARCHITECTE

    • Écrit par Antoine PICON
    • 4 261 mots
    • 5 médias

    Au cours de la Renaissance, les figures de l'architecte et de l'ingénieur se confondent pratiquement. Filippo Brunelleschi, généralement considéré comme un des pères fondateurs de l'architecture renaissante, est presque autant ingénieur qu'architecte. Ne conçoit-il pas les machines destinées...

  • ANDROUET DU CERCEAU JACQUES (1520-1586)

    • Écrit par Jean GUILLAUME
    • 967 mots

    Jacques Androuet du Cerceau (appelé le plus souvent « Du Cerceau », dû au motif de l'enseigne de la boutique de son père qui était marchand de vin) fut à la fois un graveur, un dessinateur, un créateur d'ornements, un inventeur d'architectures réelles ou imaginaires et l'auteur du premier ouvrage...

  • ANTHROPOMORPHIQUE ARCHITECTURE

    • Écrit par Martine VASSELIN
    • 1 060 mots

    De tout temps les architectes ont senti qu'il existait des affinités autres que d'usage entre les édifices et les hommes. La critique architecturale l'exprime confusément qui parle de l'ossature, des membres, de la tête ou de l'épiderme d'une construction. Mais cette impression...

  • APPAREIL, architecture

    • Écrit par Roland MARTIN
    • 4 325 mots
    • 2 médias

    En termes d' architecture, l'appareil désigne les modalités d' assemblage, de liaison et de mise en valeur des matériaux de la construction. Il est un des éléments essentiels du caractère de l'édifice dont il souligne au premier coup d'œil les structures et souvent la fonction....

  • ARC DE TRIOMPHE

    • Écrit par Gilbert-Charles PICARD
    • 1 627 mots
    • 9 médias

    Un arc de triomphe est une structure architectonique composée de deux pylônes reliés par une voûte en plein cintre ; elle supporte par son intermédiaire un attique, base rectangulaire massive qui elle-même porte des statues. L'arc comprend en outre des colonnes plaquées contre les pylônes qui soutiennent...

  • Afficher les 40 références

Voir aussi