APOLOGÉTIQUE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

L'apologétique chrétienne aux premiers siècles

L'apologétique chrétienne a commencé, au lendemain de la Pentecôte, avec les discours de Pierre (Actes des Apôtres, ii et iii) et d'Étienne (Actes, vii). Elle fut d'abord une défense et un témoignage des juifs chrétiens face aux responsables du peuple juif. Son affirmation majeure était la réalisation des prophéties messianiques. Elle n'impliquait pas pour autant une rupture avec le judaïsme et elle argumentait à partir de la même tradition et sur les mêmes thèmes.

Mais dans l'ensemble du Nouveau Testament (Phil., i, 7 ; I Tim., i, 3 et surtout Actes, xxiv, 25), l'apologie prit bientôt une extension beaucoup plus large. La défense de la foi en Jésus-Christ fut portée devant les tribunaux païens, et les premiers chrétiens virent dans cette convocation juridique devant les autorités la confirmation de l'Évangile et la manifestation de l'Esprit saint. L'apologie, qui pouvait aller ainsi jusqu'au martyre, fut adressée désormais à tous les peuples de l'Empire et aux autorités constituées. Dans la Première Lettre de Pierre (iii, 5), se trouve la charte de l'apologie de la foi selon le Nouveau Testament : « Soyez prêts à rendre raison de l'espérance qui est en vous, à quiconque vous le demande avec mansuétude et respect. »

Quand ils se furent distingués des juifs, les chrétiens témoignèrent de leur foi devant les fonctionnaires païens, et avant tout devant l'empereur. D'où le nom de « Pères apologistes », qui fut donné aux premiers Pères de l'Église. Le iie siècle fut ainsi l'âge des apologies : Apologies I et II, de Justin (147-161) ; Discours aux Grecs, de Tatien (150-173) ; Trois Livres à Autolicus, de Théophile d'Antioche (160) ; Supplique pour les chrétiens, adressée par Athénagore d'Athènes à Marc Aurèle (177) ; Épître à Diognète, le chef-d'œuvre du genre, dont l'auteur n'a pas été identifié.

Les ouvrages apologétiques ont été d'abo [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 6 pages


Écrit par :

  • : directeur du Centre d'études Istina et de la revue Istina

Classification


Autres références

«  APOLOGÉTIQUE  » est également traité dans :

APOLOGISTES GRECS

  • Écrit par 
  • Jacques DUBOIS
  •  • 1 526 mots

En présentant la doctrine de l'Évangile, les premiers auteurs chrétiens avaient dû incidemment réfuter certaines propositions hétérodoxes. Au ii e  siècle, l'attitude agressive des païens et des juifs contraignit les chrétiens à défendre leur foi par des écrits polémiques, qui furent assez nombreux et assez caractéristiques pour valoir à leurs auteurs de constituer aux yeux de la postérité un g […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/apologistes-grecs/#i_3709

ARISTÉE LETTRE D'

  • Écrit par 
  • André PAUL
  •  • 324 mots

Œuvre de propagande du judaïsme alexandrin, la Lettre d'Aristée est censée avoir été rédigée par un grand officier du roi Ptolémée (~ 285-~ 247). Elle est bien plus tardive en vérité, et il est difficile de la dater d'avant ~ 100. C'est là que, pour la première fois et brillamment orchestrée, se rencontre la légende selon laquelle la Loi juive aurait été traduite en grec, à Alexandrie, par soixan […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/lettre-d-aristee/#i_3709

ARNOBE (260?-? 327)

  • Écrit par 
  • Élizabeth BINE
  •  • 304 mots

Vivant à l'époque de l'empereur Dioclétien, Arnobe se range parmi les apologistes chrétiens. Après avoir longtemps enseigné la rhétorique à Sicca Veneria, en Afrique proconsulaire, il se convertit tardivement au christianisme, vers soixante ans. L'évêque dont il dépendait conçut quelques doutes sur la foi de ce nouveau-venu ; pour prouver sa sincérité, Arnobe composa un ouvrage, en sept livres Co […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/arnobe/#i_3709

ATHÉNAGORE (IIe s.)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 421 mots

Philosophe grec chrétien, actif au ii e  siècle apr. J.-C. Les premiers historiens voient en Athénagore un platonicien converti au christianisme. Originaire d'Athènes, il se rend à Alexandrie et y fonde une académie réputée par la suite. Vers 177, il adresse à l'empereur Marc Aurèle et à son fils, Commode, une apologie en 30 chapitres intitulée Presbeia peri Christianon ( Supplique pour les chré […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/athenagore/#i_3709

EUSÈBE DE CÉSARÉE (265 env.-av. 341)

  • Écrit par 
  • Richard GOULET
  •  • 752 mots

Né probablement à Césarée de Palestine, Eusèbe restera fidèle à cette ville jusqu'à sa mort, d'abord comme collaborateur du prêtre Pamphile, qui avait recueilli et enrichi la bibliothèque léguée par Origène à Césarée, puis comme évêque de cette cité après la persécution déclenchée par Dioclétien. D'origine modeste, il doit à son immense érudition le succès d'une carrière qui l'a conduit à l'épisco […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/eusebe-de-cesaree/#i_3709

LACTANCE LUCIUS CAECILIUS FIRMIANUS dit (260 env.-env. 325)

  • Écrit par 
  • Pierre Thomas CAMELOT
  •  • 671 mots

Lucius Caecilius Firmianus, dit Lactantius, sans doute Africain, élève du rhéteur Arnobe de Sicca. Professeur à son tour, Dioclétien l'appelle pour enseigner la rhétorique dans sa nouvelle capitale, Nicomédie en Bithynie. Devenu chrétien, il doit quitter son enseignement lors de la persécution de Galère (304), et tombe dans la misère. À un âge avancé, il est appelé à Trèves, par Constantin, comme […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/lucius-caecilius-firmianus-lactance/#i_3709

LATINES (LANGUE ET LITTÉRATURE) - La littérature chrétienne

  • Écrit par 
  • Pierre HADOT
  •  • 6 338 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Le genre apologétique »  : […] Tertullien inaugura en Occident le genre apologétique. Les modèles grecs étaient déjà nombreux : Justin, Tatien, Athénagore avaient déjà adressé des apologies aux empereurs pour essayer de les convaincre que les chrétiens n'étaient pas coupables des crimes dont on les accusait et, d'une manière générale, que le christianisme représentait non seulement une « philosophie » parmi d'autres, mais la p […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/latines-langue-et-litterature-la-litterature-chretienne/#i_3709

LEWIS C. S. (1898-1963)

  • Écrit par 
  • Anne Isabelle FRANÇOIS
  •  • 1 128 mots

C. S.  Lewis est avant tout connu en France comme l'auteur des Chroniques de Narnia et comme l' ami de J. R. R. Tolkien. La fantasy moderne est directement issue d'un pari littéraire entre les deux amis : Tolkien se chargerait d'un voyage dans le temps, Lewis d'un voyage dans l'espace. Mais Lewis n'est pas l'homme d'un seul livre. Chercheur érudit dont les ouvrages font encore partie du curricul […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/c-s-lewis/#i_3709

MYSTÈRE

  • Écrit par 
  • Édouard JEAUNEAU
  •  • 2 534 mots

Dans le chapitre « Les théologiens modernes »  : […] Au cours des siècles, la notion a pris, comme on peut s'y attendre, des significations diverses. Au xv e siècle, par exemple, on appelle « mystère » – sans doute par confusion de mysterium et ministerium – une composition dramatique sur un sujet religieux : telle la Passion d'Arnoul Gréban. Au xvii e siècle, le cardinal de Bérulle et l'école française de spiritualité insufflent au mot une vie n […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/mystere/#i_3709

PASCAL BLAISE (1623-1662)

  • Écrit par 
  • Dominique DESCOTES, 
  • François RUSSO
  •  • 8 433 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Le projet d'« Apologie » »  : […] Il se consacre alors complètement à son projet d' Apologie de la religion chrétienne , dont certaines idées remontent aux discussions qu'il a eues en 1655 avec Lemaître de Sacy , et qui s'enracine dans une réflexion sur les miracles inspirée par la guérison de sa nièce Marguerite Périer par l'attouchement de la Sainte Épine. Comme l'édition des Pensées procurée par Port-Royal en 1670 à partir des […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/blaise-pascal/#i_3709

PENSÉES, Blaise Pascal - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Christian BIET
  •  • 998 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L'ambivalence du texte »  : […] Il faut d'abord savoir que ces pièces détachées – de quelques mots à des discours longs et parfaitement élaborés comme « La Différence entre l'esprit de géométrie et l'esprit de finesse », « L'Imagination », « Le Divertissement » ou bien « La Disproportion de l'homme » – nous sont restées sur des papiers de taille diverse qui, selon les proches de Pascal, auraient dû être ensuite repris à l'intéri […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/pensees/#i_3709

TERTULLIEN (155 env.-env. 225)

  • Écrit par 
  • Jean-Claude FREDOUILLE
  •  • 3 943 mots

Dans le chapitre « Ouvrages apologétiques »  : […] En dépit de l'arbitraire inhérent à toute classification de l'œuvre de Tertullien, il est cependant commode de grouper ses traités selon les fonctions qu'il leur assignait ou selon le but principal qu'il leur fixait. À condition malgré tout de ne pas perdre de vue que la plupart d'entre eux sont circonstanciels et ambivalents : suscités ou provoqués par telle ou telle situation particulière, ils o […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/tertullien/#i_3709

Voir aussi

Pour citer l’article

Bernard DUPUY, « APOLOGÉTIQUE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 22 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/apologetique/