WATTEAU ANTOINE (1684-1721)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Formation, influences

La biographie de Watteau, par-delà toutes ses inconnues et incertitudes, fait apparaître certains traits constants de son caractère, ainsi que la fréquentation de personnalités diverses qui expliquent son approche de la peinture, son évolution, les sujets retenus, en constituant un milieu homogène où éclôt cet art singulier. L'insistance est mise avant tout sur l'amour du dessin. Que ce soit à Valenciennes dans sa première jeunesse ou à Paris avant de connaître Gillot, puis en compagnie de celui-ci, Watteau ne cesse de crayonner tout ce qu'il voit : spectacles de la rue, silhouettes, personnages populaires, comédiens, voire paysages, tout lui est prétexte à accumuler sans cesse les croquis, à assembler sur une même feuille divers personnages. Il compose également à la sanguine des motifs d'arabesques, pour Audran et sans doute, auparavant, pour Gillot. S'il copie Rubens au Luxembourg, si sa fascination pour le coloris chaud et la vivacité du pinceau du Flamand est attestée, il ne faut pas pour autant oublier que Watteau est un homme du Nord, qu'il a vu dans sa prime jeunesse des peintures flamandes à Valenciennes et que sa palette aussi bien que certains de ses motifs s'en ressentiront toujours. Mais il s'inspire également de peintures de l'Albane, de Louis de Boullogne ou de Charles de La Fosse. Et lorsqu'il loge chez Crozat, ce sont les dessins des Vénitiens qui le fascinent ; il copie Titien, Campagnola, Giorgione, le Bassan... À Gillot il doit, en partie, sa passion pour le théâtre et pour les acteurs, isolés ou groupés comme dans Arlequin empereur dans la lune (musée des Beaux-Arts, Nantes) ou, plus tard, dans Les Jaloux, La Partie quarrée (Museums of Art, San Francisco), L'Amour au Théâtre-Français et L'Amour au Théâtre-Italien (Staatliche Museen, Berlin Dahlem). Et bien après avoir quitté Audran, il continue à inventer et à peindre des arabesques pour des dessus de porte, des paravents, des panneaux de boiserie, mais aussi des écrans, des couvercl [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 9 pages



Médias de l’article

La Comédie italienne, A. Watteau

La Comédie italienne, A. Watteau
Crédits : courtesy National Gallery of Art, Washington

photographie

Amour paisible, A. Watteau

Amour paisible, A. Watteau
Crédits : Stiftung Preussische Schlösser und Gärten, Berlin-Brandenburg, Postdam

photographie

La Danse, A. Watteau

La Danse, A. Watteau
Crédits : Erich Lessing/ AKG

photographie

Les Bergers, A. Watteau

Les Bergers, A. Watteau
Crédits : J. P. Anders, Bildarchiv Preussischer Kulturbesitz, Berlin

photographie

Afficher les 8 médias de l'article





Écrit par :

Classification

Pour citer l’article

Marianne ROLAND MICHEL, « WATTEAU ANTOINE - (1684-1721) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 18 février 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/antoine-watteau/