WATTEAU ANTOINE (1684-1721)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Watteau peintre

Les Plaisirs du bal, Sérénade italienne, L'Enchanteur, Le Conteur ou L'Indiscret, La Game d'amour, L'Île enchantée... autant de titres qui évoquent ces représentations de fêtes galantes dont Watteau est plus ou moins le créateur, donnant une tonalité particulière à la peinture du xviiie siècle. Rappelons toutefois que s'il est l'inventeur de ces sujets, leurs titres sont postérieurs à sa mort, puisque ce sont ceux des estampes que l'on a tirées de ses tableaux et que ces titres mêmes restent d'une grande ambiguïté : ainsi ignorons-nous si Les Fêtes vénitiennes (National Gallery, Édimbourg) ou L'Isle de Cythère (Städelsches Kunstinstitut, Francfort) font allusion à un épisode des pièces de ce nom, ou sont censées les représenter. C'est tout le problème de la définition de la fête galante, et de la frontière qui la sépare du théâtre. Dans Sous un habit de mezetin (Wallace Collection, Londres), l'on reconnaît Sirois et sa famille, Vleughels est représenté dans Les Fêtes vénitiennes comme dans Les Charmes de la vie (Wallace Collection, Londres), et il faut voir dans La Famille (coll. part.) les Lebouc-Santussan, familiers et collectionneurs de Watteau. Quelques exemples parmi tant d'autres qui intriguent depuis deux siècles et auxquels on a tenté, souvent vainement, d'apporter des réponses.

Amour paisible, A. Watteau

Photographie : Amour paisible, A. Watteau

Antoine Watteau, Amour paisible. 1718-1719. Huile sur toile. 56 cm x 81 cm. Musée du château de Charlottenburg, Berlin. 

Crédits : Stiftung Preussische Schlösser und Gärten, Berlin-Brandenburg, Postdam

Afficher

Qu'est-ce au juste que la fête galante sinon la réunion, de préférence dans un jardin aux beaux arbres, animé de sculptures et de fontaines, ou sur la terrasse de quelque architecture raffinée d'hommes et de femmes assemblés pour deviser, se conter des mots d'amour, faire de la musique, danser ? Ils sont vêtus d'étoffes soyeuses, aux coloris raffinés, et le retombé des manteaux, les collerettes, les manchettes, les costumes « à l'espagnole » évoquent tantôt les modes du siècle précédent, tantôt les habits « comiques », c'est-à-dire de comédie, de théâtre. Même lorsqu'il peint Les Bergers (Charlottenbourg, Berlin) ou la Danse champêtre (coll. part., États-Unis), Watteau ne peut s'empêcher d'y placer une jeune femme en robe de satin, un jeune homme serré dans un élégant pourpoint et dont le béret est orné d'une plume. L'on ne sait pas davantage si L'Accordée de village ou la Récréation italienne font référence à une représentation théâtrale ou une scène de mœurs. Certes, dans Le Conteur ou la Sérénade italienne, dans Arlequin, Pierrot et Scapin, le Donneur de sérénade et plus encore dans le Gilles-Pierrot, l'ambiguïté semble levée, et l'on a l'impression que Watteau a juste voulu représenter de vrais comédiens dans leurs attitudes et leurs costumes traditionnels. Mais c'est oublier qu'il avait des coffres remplis de costumes de théâtre dont il priait ses amis de bien vouloir se vêtir, et une peinture comme Les Plaisirs du bal (Picture Gallery, Dulwich) regroupe dans une architecture scénographique une cinquantaine de figures, parmi lesquelles un Pierrot, un comédien en costume de Folie, des personnages vêtus à la mode Louis XIII, un page sorti tout droit de chez Rubens, un danseur dans la position de L'Indifférent, et de nombreux élégants et élégantes en robes et manteaux de satin. Cet exemple accompli de fête galante aux personnages multiples ne doit pas faire oublier les peintures consacrées à une seule figure, illustrant un type de comédien ou de danseur comme L'Indifférent et La Finette, La Pollonoise ou La Rêveuse, ou dans un autre registre La Marmotte et La Fileuse, parfois de véritables portraits comme La plus belle des fleurs, Retour de chasse et surtout Le Mezetin, (Metropolitan Museum, New York), personnage dont le visage tourmenté et le dessin préparatoire qui lui sert d'étude montrent clairement que ce costume brillant abrite un individu dont Watteau a cherché – et réussi – à montrer la véritable humanité.

La Danse, A. Watteau

Photographie : La Danse, A. Watteau

Antoine Watteau, «La Danse», vers 1719. Huile sur toile, 97 cm × 116 cm. Musée du château de Charlottenbourg, Berlin. 

Crédits : Erich Lessing/ AKG

Afficher

Les Bergers, A. Watteau

Photographie : Les Bergers, A. Watteau

Antoine Watteau, Les Bergers. 1716. Huile sur toile. 56 cm x 81 cm. Stiftung Preussische Schösser und Gärten Berlin-Brandenburg, château de Charlottenburg, Berlin. 

Crédits : J. P. Anders, Bildarchiv Preussischer Kulturbesitz, Berlin

Afficher

Les Plaisirs du bal, A. Watteau

Photographie : Les Plaisirs du bal, A. Watteau

Antoine Watteau, Les Plaisirs du bal, huile sur toile. Dulwich Picture Gallery, Londres. 

Crédits : Bridgeman Images

Afficher

Il ne faudrait pas pour autant enfermer la production de Watteau – qui ne nous est connue, pour une proportion d'environ 45 p. 100, qu'à travers les estampes qu'en a fait graver Jullienne dans les deux volumes de son Recueil –dans ce genre « galant et comique », auquel on ajoutera les nombreuses peintures décoratives, chinoiseries, arabesques. Il a également cherché son inspiration dans les sujets militaires et populaires, dans la religion et la mythologie, a traité l'allégorie et le nu féminin, avec une grande sensualité, qu'il se serait reprochée au moment de mourir, demandant qu'on détruisît ses tableaux trop lestes.

Rendez-vous de chasse de Watteau

Photographie : Rendez-vous de chasse de Watteau

Rendez-vous de chasse du Français Antoine Watteau (1684-1721). Wallace Collection, Londres. 

Crédits : Bridgeman Images

Afficher

Nous savons, par les témoignages de ses contemporains, qu'à la peinture Watteau préfère le d [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 9 pages

Médias de l’article

La Comédie italienne, A. Watteau

La Comédie italienne, A. Watteau
Crédits : courtesy National Gallery of Art, Washington

photographie

Amour paisible, A. Watteau

Amour paisible, A. Watteau
Crédits : Stiftung Preussische Schlösser und Gärten, Berlin-Brandenburg, Postdam

photographie

La Danse, A. Watteau

La Danse, A. Watteau
Crédits : Erich Lessing/ AKG

photographie

Les Bergers, A. Watteau

Les Bergers, A. Watteau
Crédits : J. P. Anders, Bildarchiv Preussischer Kulturbesitz, Berlin

photographie

Afficher les 8 médias de l'article


Écrit par :

Classification

Autres références

«  WATTEAU ANTOINE (1684-1721)  » est également traité dans :

L'EMBARQUEMENT POUR L'ÎLE DE CYTHÈRE (A. Watteau)

  • Écrit par 
  • Barthélémy JOBERT
  •  • 214 mots

Watteau est reçu, en 1712, comme membre agréé à l'Académie royale de peinture et de sculpture, qui réunissait les principaux peintres, sculpteurs et graveurs parisiens. Comme c'était la règle, il devait fournir au plus vite un « morceau de réception » afin d'en être définitivement membre. Il fallut néanmoins plusieurs rappels à l'ordre de la part des autorités académiques avant qu'il n'exécute, en […] Lire la suite

WATTEAU APRÈS WATTEAU - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Barthélémy JOBERT
  •  • 366 mots

1717 La réception de Watteau à l'Académie royale de peinture et de sculpture consacre son intégration à la communauté artistique parisienne.1719-1720 Le séjour de Watteau en Angleterre est à l'origine de la connaissance de son œuvre outre-Manche, aussi bien par la peinture que par l'estampe d'interprétation. […] Lire la suite

WATTEAU ET LA FÊTE GALANTE (exposition)

  • Écrit par 
  • Barthélémy JOBERT
  •  • 996 mots

Une mémorable rétrospective au Grand Palais, à Paris, avait célébré, en 1984, le bicentenaire de la naissance d'Antoine Watteau (1684-1721). Nul anniversaire, nulle commémoration ne justifiaient Watteau et la fête galante, organisée par le musée des Beaux-Arts de Valenciennes et qui, en un peu plus de trois mois (5 mars-14 juin 20 […] Lire la suite

ART (Aspects culturels) - L'objet culturel

  • Écrit par 
  • Jean-Louis FERRIER
  •  • 6 282 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « L'art, dialectique du réel et de l'imaginaire »  : […] La création picturale, cependant, n'est jamais un reflet. Il serait aussi contestable de la soumettre à la contrainte du déterminisme sociologique qu'il est faux d'y voir une copie plus ou moins fidèle de la réalité extérieure. S'il est vrai que la peinture ne saurait surgir en dehors d'un milieu, cela ne signifie pas, bien au contraire, qu'elle engendre nécessairement les moyens d'exprimer cette […] Lire la suite

GILLOT CLAUDE (1673-1722)

  • Écrit par 
  • Georges BRUNEL
  •  • 353 mots

Avoir été le maître d'un très grand artiste peut notablement desservir une réputation : tel est le cas de Claude Gillot que l'on ne connaît plus guère que pour son association avec Watteau. Gillot était né à Langres, dans une famille de peintres ; sa biographie est mal connue, et on ne sait pas à quelle date il s'installa à Paris. Il fut reçu à l'Académie en 1715 ; son morceau de réception est un […] Lire la suite

JULLIENNE JEAN DE (1686-1766)

  • Écrit par 
  • Michel MELOT
  •  • 328 mots

Grand mécène et protecteur de Watteau, dont il posséda plus de quatre cents dessins et jusqu'à quarante tableaux, Jean de Jullienne tenait sa fortune de l'industrie teinturière : Colbert avait appelé sa famille, des marchands hollandais, à Paris où il naquit. En 1721, il prit possession des ateliers que ses parents avaient installés sur la Bièvre. Son hôtel existe encore au 3  bis , rue des Gobeli […] Lire la suite

LANCRET NICOLAS (1690-1743)

  • Écrit par 
  • Marianne ROLAND MICHEL
  •  • 869 mots
  •  • 2 médias

Une formation traditionnelle — apprentissage de la gravure, enseignement de d'Ulin, professeur à l'Académie, puis fréquentation de l'école de l'Académie, où il se fait suspendre pour indiscipline — aurait dû amener Lancret à devenir peintre d'histoire. Mais il découvre l'art de Watteau, peut-être à l'occasion de l'agrément de celui-ci à l'Académie en 1712, et soit par séduction, soit par opportuni […] Lire la suite

MERCIER PHILIPPE (1689-1760)

  • Écrit par 
  • Georges BRUNEL
  •  • 220 mots

C'est à peine si l'on peut considérer Philippe Mercier comme un peintre français. Né à Berlin, il s'y forme auprès d'Antoine Pesne, lequel, Français de naissance, a lui-même fait presque toute sa carrière en Allemagne. À une date incertaine (1711 selon les uns, 1716 pour d'autres), il se fixe à Londres et y passera le restant de son existence. On assure qu'il aurait rencontré Watteau au cours du s […] Lire la suite

ORNEMANISTES

  • Écrit par 
  • Marianne ROLAND MICHEL
  •  • 2 572 mots

Dans le chapitre « L'ornemaniste exécutant »  : […] Si certains inventeurs d'ornements ont la capacité d'en être, ou non, les exécutants – Meissonnier, orfèvre, Pineau ou Dugoulon sculpteurs du bois, Mondon ciseleur –, tel n'est pas le cas général. On définira donc une seconde catégorie d'ornemanistes chargés de diffuser et d'exécuter les modèles à tout faire, que d'autres ont créés. Ces artisans ne sont pas toujours de purs instrumentistes reprod […] Lire la suite

PATER JEAN-BAPTISTE (1695-1736)

  • Écrit par 
  • Georges BRUNEL
  •  • 348 mots

Peintre français, le seul véritable élève que l'on connaisse à Watteau. La vie du maître et celle du disciple ne sont du reste pas sans ressemblance : Pater est comme Watteau un homme du Nord ; il naît à Valenciennes en 1695. Comme Watteau, il avait une santé délicate et il disparut prématurément. Travaillant délibérément dans ce genre de la « fête galante » que son maître avait mis à la mode, il […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Marianne ROLAND MICHEL, « WATTEAU ANTOINE - (1684-1721) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 18 avril 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/antoine-watteau/