WATTEAU ET LA FÊTE GALANTE (exposition)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Une mémorable rétrospective au Grand Palais, à Paris, avait célébré, en 1984, le bicentenaire de la naissance d'Antoine Watteau (1684-1721). Nul anniversaire, nulle commémoration ne justifiaient Watteau et la fête galante, organisée par le musée des Beaux-Arts de Valenciennes et qui, en un peu plus de trois mois (5 mars-14 juin 2004), a obtenu un excellent écho critique et un succès public considérable, l'un et l'autre tout à fait mérités. C'est l'opportunité de la désignation de Lille comme capitale européenne de la culture pour l'année 2004 qui, par le biais de financements régionaux, a permis à la ville natale du peintre de lancer cet ambitieux projet. Thématique et non monographique, il visait à revisiter son œuvre en prenant comme axe directeur le genre devenu inséparable de son nom, la « fête galante ».

On mesure mal aujourd'hui combien la carrière des peintres était, dans la France des xviie et xviiie siècles, guidée par le système académique. L'Académie royale de peinture et de sculpture, réunissant, depuis 1648, les principaux artistes parisiens, jouait dans cette perspective un rôle capital. Lieu de formation par excellence (l'École nationale supérieure des beaux-arts en est l'héritière directe), elle ne négligeait pas les questions théoriques, abordées par le biais de conférences réunissant aussi bien les maîtres que les élèves. Elle jouissait en outre d'un véritable monopole d'exposition avec le Salon, qui, irrégulièrement sous Louis XIV et aux débuts du règne de Louis XV, puis tous les deux ans après les années 1740, donnait au public et aux critiques l'occasion de voir et de juger les productions les plus récentes de ses membres. L'appréciation des uns et des autres était en grande partie orientée, pour ce qui est de peintres, par le sujet même des œuvres, celui-ci correspondant le plus souvent au genre dans lequel les académiciens avaient été admis lors de leur élection. Ces genres correspondaient à une hiérarchie, étant entendu que ceux qui demandaient le plus [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

  • : ancien élève de l'École normale supérieure, professeur à l'université de Paris-IV-Sorbonne

Classification

Pour citer l’article

Barthélémy JOBERT, « WATTEAU ET LA FÊTE GALANTE (exposition) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 01 juillet 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/watteau-et-la-fete-galante/