ANTI-ART

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

L'anti-art et ses avatars

Le destin de l'anti-art ne traduit pas, depuis, cette violence extrême. Au fur et à mesure que l'art d'avant-garde a été accepté, classé, valorisé financièrement par les critiques, les musées et les marchands, l'anti-art est devenu l'épiphénomène de l'art. Si Breton n'y a jamais fait appel, s'il a même contribué à perpétuer à sa manière la vocation subversive de l'art proprement dit, son ami Marcel Duchamp, qu'il a associé à l'organisation des expositions internationales du surréalisme, a souterrainement favorisé une résistance critique contre les mythes, contre les poncifs, contre le professionnalisme de l'art. Les ready-made de Duchamp – ainsi que les objets de Man Ray – ont servi de balises, sinon de repères, dans cette clandestine aventure. Tout s'est donc passé comme si Breton laissait faire Duchamp dans un domaine dont ni l'un ni l'autre n'ont jamais voulu établir l'inventaire analytique. Duchamp bénéficiait aux yeux de Breton du préjugé favorable qui s'attache à tout individu exceptionnel en rupture de ban. On a donc longtemps considéré les quelque trente ready-made qu'il a signés en 1923 et 1968 comme les jalons d'une œuvre solitaire, sans équivalent possible. En fait, ces trente ready-made, objets tout faits ou rectifiés, qui contredisent tous la conception de l'œuvre originale conçue par les mains et par l'esprit de l'artiste, sont devenus les exemples d'une pensée qui s'oppose à toute espèce de définition de l'art. Il n'est donc pas étonnant qu'à la fin des années cinquante et au début des années soixante, au moment où l'art moderne a connu une crise économique extrêmement grave, liée à la fatigue engendrée par la surproduction d'œuvres, abstraites ou non, de moins en moins signifiantes et de plus en plus détachées et vides, Marcel Duchamp soit devenu, avec Picabia, l'un des rares centres de référence intellectuelle d'une nouvelle génération d'artistes. C'est à ce moment que le Nouveau Réalisme puis les Objecteurs ont pris l'initiative d'une offensive nouvelle contre les mythologies esthétiques du modernisme : l'expression et l'expressivité, la forme et le formalisme, la personne et la personnalité... Soudain, les choses de la vie se sont chargées du sens qui fuyait les œuvres d'art, et une nouvelle manière de comprendre la volonté de communication a engendré de nouvelles avant-gardes. Très vite, cependant, le pop art, le minimal art et le conceptual art sont devenus, comme leur nom l'indiquait, des formes nouvelles d'art, en contradiction avec les principes premiers qui les ont rendus possibles. Il est à noter que le mot « art » ne manque jamais dans la désignation de ces nouvelles formes, telles qu'elles ont été comprises aux États-Unis et en Italie (arte povera), alors que ce même mot fait symptomatiquement défaut en France (Nouveau Réalisme, Objecteurs, Figuration narrative, Support-surface, etc.). Ceux qui ont été le plus loin dans la résiliation de l'art : Daniel Pommereulle, Erik Dietmann, Tetsumi Kudo et Daniel Spoerri, en tant qu'Objecteurs, sont d'ailleurs ceux que l'on a eu le plus de mal à commenter et à situer. Par ailleurs, des tentatives théoriques d'un type extrémiste, comme celles qui ont regroupé d'abord en France les peintres Buren, Parmentier, Toroni et Mosset, si elles coïncident ou correspondent à certaines tentatives du minimal américain, ont créé des îlots récalcitrants dans le domaine assez confusionnel des avant-gardes. Le groupe Support-surface, avec en particulier Daniel Dezeuze et Louis Cane, a lié un temps cette résistance esthétique à des positions politiques d'extrême gauche vite révisées et reniées.

On ne saurait cependant réduire l'attitude des Objecteurs à une volonté de perpétuation de l'anti-art. Ce mot a perdu de sa pertinence et cela permet de réfléchir aujourd'hui à partir de son occultation. Les ennemis les plus acharnés de la religion et des mythologies de l'art, ceux qui ébranlent la nostalgie d'un dieu suprême, sont peut-être contraints à masquer leurs véritables intentions soit par l'analyse politico-sociale du marché de l'art et du rôle compensateur et justificateur qu'il joue au niveau des institutions des républiques bourgeoises d'Occident, soit par le dédain dandy, nihiliste, individualiste et anarchique qui refuse de jouer tous les jeux, à commencer par celui de l'opposition : l'époque de l'abolition de l'art est celle du triomphe apparent de la religion de l'art.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  ANTI-ART  » est également traité dans :

DUCHAMP MARCEL (1887-1968)

  • Écrit par 
  • Alain JOUFFROY
  •  • 3 909 mots
  •  • 1 média

Peintre, artiste indépendant des groupes, fût-ce celui du surréalisme – avec lequel il lui est arrivé souvent de collaborer –, grand joueur d'échecs, individu émancipé, Marcel Duchamp est sans doute l'artiste du xx e siècle qui a le mieux réussi à accomplir une œuvre absolument originale, en échappant aux variations du marché de l'art et au système de la mode. « Unique », au sens que Max Stirner […] Lire la suite

NOUVEAU RÉALISME

  • Écrit par 
  • Catherine VASSEUR
  •  • 2 605 mots

Dans le chapitre « Naissance officielle du Nouveau Réalisme »  : […] En avril 1960, Restany préface le catalogue de l'exposition collective réunissant Arman, Hains, François Dufrêne (autre « décolleur », marquant une prédilection pour l'envers des affiches), Klein, Tinguely et Villeglé, à la galerie Apollinaire de Milan. Ce texte, intitulé « Les Nouveaux Réalistes », est considéré comme le premier manifeste du groupe, proclame l'obsolescence de la peinture de chev […] Lire la suite

PICABIA FRANCIS (1879-1953)

  • Écrit par 
  • Arnauld PIERRE
  •  • 4 881 mots

Dans le chapitre « L'art désenchanté »  : […] Or, si cette âme n'existe pas, que restera-t-il alors à la peinture, quel paysage mental reflétera-t-elle ? La mort de l'âme signe celle de l'art : c'est le début, pour Picabia, de la grande crise dadaïste et d'un premier cycle d'anti-peintures où, ce n'est certainement pas par hasard, l'artiste se met de nouveau à recycler des images dont il n'est pas l'auteur –  schémas de machines, coupes, élév […] Lire la suite

SAINT PHALLE NIKI DE (1930-2002)

  • Écrit par 
  • Thierry DUFRÊNE, 
  • Universalis
  •  • 1 274 mots

Dans le chapitre « Les « Tirs » »  : […] Développer l'imaginaire à partir de la vie, en autodidacte, parfois à des fins quasi thérapeutiques, c'est ce que fait d'emblée Niki de Saint Phalle dans ses premières toiles des années 1950, hautes pâtes brutes à la manière d'un Dubuffet, monde de l'enfance, de la fête ou de la peur où les châteaux se détachent toujours sur un fond noir de violence rentrée. Découvert lors d'un séjour en France, l […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Alain JOUFFROY, « ANTI-ART », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 01 décembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/anti-art/