ANTI-ART

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Les langages en miettes

La rupture avec les cubistes, par laquelle se consomme à Paris la première rupture de la pensée des artistes avec l'art, s'est opérée après le retour de Picabia à Paris, au printemps de 1919, et après l'arrivée de Tzara chez Picabia, le 5 janvier 1920. Georges Ribemont-Dessaignes et Picabia y contribuèrent ensemble, en dirigeant la revue 391. La légende de Tzara, qui inspira à Breton quelques-unes des lettres les plus complices qu'un poète ait jamais écrites à l'un de ses contemporains, joua un rôle déterminant dans cette dégradation générale et subite du mythe de l'art. « Si j'ai sans doute un peu moins de dégoûts que vous, étant plus jeune, je ne tends comme vous qu'à me débarrasser des préjugés artistiques, les seuls qui me restent. Une phrase de vous m'a frappé, parlant de votre effort d'art (ou d'anti-art). De telles confidences ne vous semblent-elles pas scabreuses ; si on allait vous vendre ? Tuer l'art est ce qui paraît aussi le plus urgent, mais nous ne pouvons guère opérer en plein jour », écrivait André Breton à Tzara le 4 avril 1919. Dans la perspective d'une négation de la valeur traditionnelle attachée aux « choses de l'esprit », le projet clandestin d'une subversion de l'art était alors le plus grand plaisir des poètes. Si l'on en juge par sa rareté, il le demeure aujourd'hui, même s'il n'est plus tout à fait clandestin. « Pauvres artistes aliénistes sans passion ni esprit ni charme », disait alors Picabia. Albert Gleizes, lui aussi, malgré son cubisme sérieux (391 l'appelait alors « chef du cubisme »), déclarait, toujours dans 391 : « Il n'y a ni peinture, ni sculpture, ni poésie, il n'y a pas d'artistes. » Il est vrai qu'il ajoutait aussitôt : « Il y a l'être accumulateur – contact universel – affirmation unité-dieu », ce qui revient au même, un dieu se cachant toujours derrière l'art le plus athée, tou [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  ANTI-ART  » est également traité dans :

DUCHAMP MARCEL (1887-1968)

  • Écrit par 
  • Alain JOUFFROY
  •  • 3 909 mots
  •  • 1 média

Peintre, artiste indépendant des groupes, fût-ce celui du surréalisme – avec lequel il lui est arrivé souvent de collaborer –, grand joueur d'échecs, individu émancipé, Marcel Duchamp est sans doute l'artiste du xx e siècle qui a le mieux réussi à accomplir une œuvre absolument originale, en échappant aux variations du marché de l'art et au système de la mode. « Unique », au sens que Max Stirner […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/marcel-duchamp/#i_50182

NOUVEAU RÉALISME

  • Écrit par 
  • Catherine VASSEUR
  •  • 2 605 mots

Dans le chapitre « Naissance officielle du Nouveau Réalisme »  : […] En avril 1960, Restany préface le catalogue de l'exposition collective réunissant Arman, Hains, François Dufrêne (autre « décolleur », marquant une prédilection pour l'envers des affiches), Klein, Tinguely et Villeglé, à la galerie Apollinaire de Milan. Ce texte, intitulé « Les Nouveaux Réalistes », est considéré comme le premier manifeste du groupe, proclame l'obsolescence de la peinture de chev […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/nouveau-realisme/#i_50182

PICABIA FRANCIS (1879-1953)

  • Écrit par 
  • Arnauld PIERRE
  •  • 4 881 mots

Dans le chapitre « L'art désenchanté »  : […] Or, si cette âme n'existe pas, que restera-t-il alors à la peinture, quel paysage mental reflétera-t-elle ? La mort de l'âme signe celle de l'art : c'est le début, pour Picabia, de la grande crise dadaïste et d'un premier cycle d'anti-peintures où, ce n'est certainement pas par hasard, l'artiste se met de nouveau à recycler des images dont il n'est pas l'auteur –  schémas de machines, coupes, élév […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/francis-picabia/#i_50182

SAINT PHALLE NIKI DE (1930-2002)

  • Écrit par 
  • Thierry DUFRÊNE, 
  • Universalis
  •  • 1 274 mots

Dans le chapitre « Les « Tirs » »  : […] Développer l'imaginaire à partir de la vie, en autodidacte, parfois à des fins quasi thérapeutiques, c'est ce que fait d'emblée Niki de Saint Phalle dans ses premières toiles des années 1950, hautes pâtes brutes à la manière d'un Dubuffet, monde de l'enfance, de la fête ou de la peur où les châteaux se détachent toujours sur un fond noir de violence rentrée. Découvert lors d'un séjour en France, l […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/niki-de-saint-phalle/#i_50182

Voir aussi

Pour citer l’article

Alain JOUFFROY, « ANTI-ART », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 10 janvier 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/anti-art/