TARKOVSKI ANDREÏ

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Un art de l'icône

En véritable créateur de formes, Tarkovski insère sa vision du monde dans des structures esthétiques qui lui confèrent toute sa puissance de suggestion. Comme Bernanos, c'est par son écriture même que Tarkovski, poète de l'écran, témoigne en faveur de la primauté du spirituel.

Chez Eisenstein, un montage d'inspiration scientifique repose sur une conception intellectuelle, fragmentée et discontinue du récit (les cent trois minutes d'Octobre comprennent plus de trois mille deux cents plans), accordant ainsi un rôle privilégié à la raison et à l'espace. Le montage tarkovskien, par essence poétique, s'appuie au contraire sur l'émotion et le lien narratif en affirmant la suprématie de la sensibilité et du temps (cent quarante-deux plans seulement pour les cent soixante et une minutes de Stalker). Plus qu'au montage classique, art du raccord ou de la rupture entre les plans, l'esthétique fait d'ailleurs ici appel au rythme à l'intérieur du plan, mis au service de la « figure cinématographique », clef de voûte du cinéma de Tarkovski : « De la sculpture avec le temps comme matériau, voilà ce qu'est le montage, voilà ce qu'est la figure cinématographique » (Positif, déc. 1981). Sculpter le temps, c'est sculpter le réel dans sa durée et permettre ainsi aux consciences de s'exprimer : d'où l'ampleur du récit, la lenteur des déplacements des personnages, la longueur des plans-séquences, souvent fixes. Mais l'écriture de l'auteur repose aussi sur l'alliance de la peinture et du cinéma, que l'on observe sur de multiples registres. Reproduction de tableaux de maître, on l'a vu, mais aussi transposition, par équivalence dans le temps et l'espace, de toiles célèbres (par exemple, ce paysage de neige du Miroir rappelant Les Chasseurs dans la neige, de Bruegel). Ou bien « natures mortes » en mouvement : lait mélangé à l'eau chargée de boue d'un fleuve (Andrei Roublev), gouttes de pluie sur une tasse de thé posée sur une table de jardin (Solaris). Récurrence de motifs visuels qui renvoient à une esthétique de l'Incarnation : l'eau, le vent, le feu (en particulier dans [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages


Écrit par :

  • : docteur ès lettres, diplômé de l'Institut d'études politiques de Paris, critique de cinéma

Classification


Autres références

«  TARKOVSKI ANDREÏ (1932-1986)  » est également traité dans :

TARKOVSKI ANDREÏ - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Joël MAGNY
  •  • 469 mots

4 avril 1932 Naissance d'Andrei Tarkovski à Zavrajié, village du bord de la Volga proche d'Ivanovo. Son père est le poète Arseni Tarkovski.1948-1956 Après les années de lycée où il suit les cours d'une école de musique, il s'intéresse également à la peinture, et étudie l'arabe à l'Institut des langues orientales. À partir de 1954, il travaille et é […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/tarkovski-reperes-chronologiques/

LE SACRIFICE, film de Andreï Tarkovski

  • Écrit par 
  • Jacques AUMONT
  •  • 900 mots

Fils et petit-fils de poètes, Andreï Tarkovski (1932-1986) opte pour le cinéma, après avoir envisagé la musique et la peinture. Il suit le cursus de la grande école de cinéma de Moscou, le V.G.I.K., mais se révèle vite un produit atypique de son enseignement ; son premier film, L'Enfance d'Ivan (Ivanovo dietsvo […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/le-sacrifice/#i_84116

LE SACRIFICE (A. Tarkovski), en bref

  • Écrit par 
  • Joël MAGNY
  •  • 207 mots

« Je considère que notre civilisation mourra du progrès matériel, à cause non pas des conséquences physiques, mais bien plutôt des conséquences spirituelles qui en résultent. » Cette réflexion est à l'origine du dernier film d'Andrei Tarkovski (1932-1986), un des rares cinéastes à l'inspiration authentiquement et ouvertement religieuse qu'ait connus le cinéma de la fin du xx […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/le-sacrifice-a-tarkovski-en-bref/#i_84116

MÈRE ET FILS (A. Sokourov)

  • Écrit par 
  • Michel ESTÈVE
  •  • 1 403 mots

Dans Le Temps scellé , évoquant les « génies » du cinéma, Andrei Tarkovski plaçait Alexandre Sokourov aux côtés de Jean Vigo, Robert Bresson, Luis Buñuel, Satyajit Ray et Mizoguchi Kenji. La beauté de Mère et fils (1997) confirme la lucidité de ce jugement. L'auteur de Stalker souhaitait que « le cinématographe arrive à fixer le t […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/mere-et-fils/#i_84116

PARLANT (CINÉMA) - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Michel CHION
  •  • 3 247 mots

1899 États-Unis. Th e Astor Tramp , « picture song » de Thomas Edison. Bande filmée destinée à être accompagnée d'une chanson chantée en salle (derrière l'écran) par des artistes invités. 1900 France. Présentation par Clément Maurice du Phono-Cinéma-Théâtre à l’'Exposition universelle. Au programme, une scène d' Ham […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/parlant-cinema-reperes-chronologiques/#i_84116

RUSSE CINÉMA

  • Écrit par 
  • Bernard EISENSCHITZ
  •  • 10 169 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Vieille Russie et stagnation »  : […] Tandis que les cinéastes des républiques redécouvrent leurs réalités et leur identité nationales, les cinéastes russes signifient le rapport douloureux et ancien de la Russie à l'Europe : ainsi Mikhalkov-Kontchalovski dans son adaptation de Tourgueniev, Un nid de gentilshommes (1969). Kontchalovski se fait le chantre de la Russie, soviétique ou ancienne, d' […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/cinema-russe/#i_84116

SOKOUROV ALEXANDRE (1951- )

  • Écrit par 
  • Michel ESTÈVE
  •  • 1 144 mots
  •  • 1 média

« Il est peu de génies dans le cinéma : Bresson, Mizoguchi, Vigo, Buñuel, Satyajit Ray, Sokourov... ». Le premier, il y a trente ans, Andreï Tarkovski ( Le Temps scellé , Éditions de l'Étoile-Cahiers du cinéma,1989) a reconnu et admiré le grand talent d'Alexandre Sokourov, hier voué à l'obscurité en Russie, aujourd'hui reconnu comme le cinéaste russe le plus estimé dans le mo […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/alexandre-sokourov/#i_84116

Voir aussi

Pour citer l’article

Michel ESTÈVE, « TARKOVSKI ANDREÏ », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 09 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/andrei-tarkovski/