TARKOVSKI ANDREÏ

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le souffle de l'esprit

Constatant, comme Bernanos, le fossé existant à notre époque entre l'essor des technologies et le recul des valeurs spirituelles, hostile, sur le plan idéologique, au matérialisme marxiste et, sur un registre esthétique, au « réalisme socialiste », Tarkovski tente de rendre à ses contemporains l'intuition du spirituel comme force de vie essentielle. Depuis Stalker, à travers la diégèse de ses films, il affirme l'inspiration religieuse de son art. Son esthétique s'analyse comme une esthétique du sacré. De cette inspiration relèvent la partition musicale (Bach, Pergolèse, Purcell) du Miroir et du Sacrifice, les références picturales à l'icône de La Trinité d'Andrei Roublev et à Léonard de Vinci – La Vierge au rocher (Le Miroir), L'Adoration des mages (Le Sacrifice) –, tout comme le symbole christique de la croix : grande croix de bois plantée au cœur d'une vaste prairie, sans aucune raison apparente (Le Miroir) ; poteaux télégraphiques en forme de croix, à l'entrée de la « zone » (Stalker), signe même du sacré aux frontières de l'univers quotidien et de l'espace du spirituel ; croix du salut (Le Sacrifice) dessinée par un panoramique qui remonte lentement le long du tronc de l'« arbre sec » jusqu'aux branches desséchées.

Mais, le plus souvent, c'est la métaphore unie à une symbolique chrétienne qui nous suggère l'inspiration religieuse du cinéaste. Images métaphoriques : la couronne d'épines posée sur la tête de l'écrivain, le poisson dans l'eau de la « chambre des désirs » (Stalker), l'envol de l'oiseau lâché par Aliocha (Le Miroir), celui des multiples oiseaux s'échappant d'une Madone (Nostalghia). Récits métaphoriques, aussi. Faux film de science-fiction, récit de voyage initiatique débouchant sur le vide, Stalker peut se décrypter comme la métaphore d'un univers « concentrationnaire » plongé dans le désespoir, aliéné par un pouvoir d'inspiration totalitaire où, seule, une figure de « bienheureux » dostoïevskien s'efforce de préserver une invincible espérance par la foi. Voyage-enquête en Italie d'un écrivain russe à la recherche de son inspi [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages


Écrit par :

  • : docteur ès lettres, diplômé de l'Institut d'études politiques de Paris, critique de cinéma

Classification


Autres références

«  TARKOVSKI ANDREÏ (1932-1986)  » est également traité dans :

TARKOVSKI ANDREÏ - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Joël MAGNY
  •  • 469 mots

4 avril 1932 Naissance d'Andrei Tarkovski à Zavrajié, village du bord de la Volga proche d'Ivanovo. Son père est le poète Arseni Tarkovski.1948-1956 Après les années de lycée où il suit les cours d'une école de musique, il s'intéresse également à la peinture, et étudie l'arabe à l'Institut des langues orientales. À partir de 1954, il travaille et é […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/tarkovski-reperes-chronologiques/

LE SACRIFICE, film de Andreï Tarkovski

  • Écrit par 
  • Jacques AUMONT
  •  • 900 mots

Fils et petit-fils de poètes, Andreï Tarkovski (1932-1986) opte pour le cinéma, après avoir envisagé la musique et la peinture. Il suit le cursus de la grande école de cinéma de Moscou, le V.G.I.K., mais se révèle vite un produit atypique de son enseignement ; son premier film, L'Enfance d'Ivan (Ivanovo dietsvo […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/le-sacrifice/#i_84116

LE SACRIFICE (A. Tarkovski), en bref

  • Écrit par 
  • Joël MAGNY
  •  • 207 mots

« Je considère que notre civilisation mourra du progrès matériel, à cause non pas des conséquences physiques, mais bien plutôt des conséquences spirituelles qui en résultent. » Cette réflexion est à l'origine du dernier film d'Andrei Tarkovski (1932-1986), un des rares cinéastes à l'inspiration authentiquement et ouvertement religieuse qu'ait connus le cinéma de la fin du xx […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/le-sacrifice-a-tarkovski-en-bref/#i_84116

MÈRE ET FILS (A. Sokourov)

  • Écrit par 
  • Michel ESTÈVE
  •  • 1 403 mots

Dans Le Temps scellé , évoquant les « génies » du cinéma, Andrei Tarkovski plaçait Alexandre Sokourov aux côtés de Jean Vigo, Robert Bresson, Luis Buñuel, Satyajit Ray et Mizoguchi Kenji. La beauté de Mère et fils (1997) confirme la lucidité de ce jugement. L'auteur de Stalker souhaitait que « le cinématographe arrive à fixer le t […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/mere-et-fils/#i_84116

PARLANT (CINÉMA) - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Michel CHION
  •  • 3 247 mots

1899 États-Unis. Th e Astor Tramp , « picture song » de Thomas Edison. Bande filmée destinée à être accompagnée d'une chanson chantée en salle (derrière l'écran) par des artistes invités. 1900 France. Présentation par Clément Maurice du Phono-Cinéma-Théâtre à l’'Exposition universelle. Au programme, une scène d' Ham […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/parlant-cinema-reperes-chronologiques/#i_84116

RUSSE CINÉMA

  • Écrit par 
  • Bernard EISENSCHITZ
  •  • 10 169 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Vieille Russie et stagnation »  : […] Tandis que les cinéastes des républiques redécouvrent leurs réalités et leur identité nationales, les cinéastes russes signifient le rapport douloureux et ancien de la Russie à l'Europe : ainsi Mikhalkov-Kontchalovski dans son adaptation de Tourgueniev, Un nid de gentilshommes (1969). Kontchalovski se fait le chantre de la Russie, soviétique ou ancienne, d' […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/cinema-russe/#i_84116

SOKOUROV ALEXANDRE (1951- )

  • Écrit par 
  • Michel ESTÈVE
  •  • 1 144 mots
  •  • 1 média

« Il est peu de génies dans le cinéma : Bresson, Mizoguchi, Vigo, Buñuel, Satyajit Ray, Sokourov... ». Le premier, il y a trente ans, Andreï Tarkovski ( Le Temps scellé , Éditions de l'Étoile-Cahiers du cinéma,1989) a reconnu et admiré le grand talent d'Alexandre Sokourov, hier voué à l'obscurité en Russie, aujourd'hui reconnu comme le cinéaste russe le plus estimé dans le mo […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/alexandre-sokourov/#i_84116

Pour citer l’article

Michel ESTÈVE, « TARKOVSKI ANDREÏ », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 04 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/andrei-tarkovski/