Cinéastes soviétiques


ALEXANDROV GRIGORI VASSILIEVITCH (1903-1986)

  • Écrit par 
  • Victor BACHY
  •  • 440 mots

Scénariste et réalisateur soviétique, Alexandrov exerça d'abord divers métiers secondaires au théâtre, avant de suivre quelques cours et de débuter comme acteur au théâtre du Proletkult de Moscou où il rencontre S. M. Eisenstein dont il devient le collaborateur (1923-1933). Acteur dans Le Journal de Gloumov (1923), corédacteur du scénario, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/grigori-vassilievitch-alexandrov/#i_0

BONDARTCHOUK SERGUEÏ FEDOROVITCH (1920-1994)

  • Écrit par 
  • Victor BACHY
  •  • 602 mots

Acteur et réalisateur soviétique, Serge Bondartchouk fut l'élève de Maximov à l'école de théâtre de Rostov, où il fut initié au système de Stanislavski ; il poursuivit ses études à Moscou, où il fut l'élève de Guerassimov. Il débute comme acteur dans le rôle de Valko de La Jeune Garde (Molodaïa Gvardiïa, 1948, de S. Gue […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/serguei-fedorovitch-bondartchouk/#i_0

CHOUKCHINE VASSILI MAKAROVITCH (1929-1974)

  • Écrit par 
  • Alexis BERELOWITCH
  •  • 812 mots

L'enfance et la jeunesse de Choukchine sont celles de nombreux jeunes de sa génération : enfance pauvre dans un kolkhoz de Sibérie, avec ses privations, mais aussi ses joies, qu'il a décrites dans ses nouvelles à caractère autobiographique (Lointaines Soirées d'hiver...). À seize ans, il travaille au kolkhoz, puis part sur des chantiers et fait mille métiers : ouvrier, radio da […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/vassili-makarovitch-choukchine/#i_0

DONSKOÏ MARK SEMENOVITCH (1901-1981)

  • Écrit par 
  • Gérard LEGRAND
  •  • 668 mots

L'un des plus originaux parmi les cinéastes soviétiques est né à Odessa, où son père était ouvrier (la date exacte de sa naissance est inconnue à une ou deux années près). En 1917, la révolution lui « permet de faire des études », comme il le dira plus tard. Après deux années de médecine pendant lesquelles il songe à devenir psychiatre, il opte pour la littérature tout en cultivant le piano et la […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/mark-semenovitch-donskoi/#i_0

DOVJENKO ALEXANDRE PETROVITCH (1894-1956)

  • Écrit par 
  • Hubert HARDT
  •  • 328 mots
  •  • 1 média

Fils de paysans ukrainiens, Dovjenko appartient à la première génération du cinéma soviétique, celle d'Eisenstein, de Poudovkine, de Donskoï. Théoricien, esthéticien avant d'être réalisateur, il a traité comme ses émules les thèmes fondamentaux de l'art engagé : la révolution et la collectivisation. La Terre (Zemlia, 1929-1930), probablement son chef-d'œuvre […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/alexandre-petrovitch-dovjenko/#i_0

EISENSTEIN SERGE MIKHAÏLOVITCH

  • Écrit par 
  • Bernard EISENSCHITZ
  •  • 3 083 mots
  •  • 2 médias

Dans le demi-siècle qui a suivi la disparition d'Eisenstein, à l'âge de cinquante ans, sa place au tout premier plan de l'histoire du cinéma s'est confirmée. Ses six films donnent l'image d'un cinéaste démiurge, capable de recréer un monde de toutes pièces pour l'imposer à la vision du spectateur. Plus encore, ce génie qui s'est imposé dans un État totalitaire […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/serge-mikhailovitch-eisenstein/#i_0

EKK NICOLAS (1902-1976)

  • Écrit par 
  • Claude BEYLIE
  •  • 257 mots

Bien qu'il ait signé une demi-douzaine de films, pour la plupart inconnus en France, le nom de Nicolas Ekk, cinéaste soviétique formé par Meyerhold et Eisenstein, reste attaché à un seul titre : Le Chemin de la vie (Putievka v žizn, 1931). L'œuvre s'inspire librement des principes que développera par la suite Anton Makarenko dans son célèbre P […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/nicolas-ekk/#i_0

FRANCOFONIA. LE LOUVRE SOUS L'OCCUPATION (A. Sokourov)

  • Écrit par 
  • Michel ESTÈVE
  •  • 955 mots
  •  • 1 média

L'œuvre aux multiples visages d'Alexandre Sokourov, abondante – quarante-six films depuis 1978 –, riche d'une écriture cinématographique pleinement accomplie, est marquée par la passion du cinéaste pour la peinture. Francofonia. Le Louvre sous l’Occupation (2015) s'inscrit dans le cycle des films où les pein […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/francofonia-le-louvre-sous-l-occupation/#i_0

GUERASSIMOV SERGUEÏ (1906-1985)

  • Écrit par 
  • Bernard EISENSCHITZ
  •  • 591 mots

À première vue, la carrière de Sergueï Guerassimov semble coulée dans le moule du cinéma officiel. Personnage public, il appartient à toutes les institutions possibles, du Soviet suprême à la rédaction de la revue Iskousstvo Kino. Quant à sa filmographie, elle prend un vrai départ au moment où le réalisme socialiste se fige en […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/serguei-guerassimov/#i_0

GUERMAN ALEXEÏ (1938-2013)

  • Écrit par 
  • Nicole GABRIEL
  •  • 996 mots

Longtemps inconnu dans son propre pays et admiré de quelques happy few en Europe occidentale, le cinéaste Alexeï Guerman était « non un dissident, mais un résistant de l’intérieur » (M. Godet), ferraillant sans relâche contre les censeurs et la « glaciation » de l’ère brejnévienne. Il a relativement peu tourné (six longs-métrages en quarante ans), une lenteur qui s’explique en […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/alexei-guerman/#i_0

KOZINTSEV GRIGORI MIKHAÏLOVITCH (1905-1973)

  • Écrit par 
  • Patrick BRION
  •  • 213 mots

Né à Kiev, Kozintsev est décédé à Leningrad. Il est surtout connu pour son œuvre de cinéaste. Après avoir étudié la peinture à Leningrad, il fonda, avec Serge Youtkevitch, Leonid Trauberg et Georgij Krysistskii, la Feks (Fabrique de l'acteur excentrique).Pour Kozintsev : « La vie exige un art hyperboliquement grossier, étourdissant, qui fouette les nerfs, ouv […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/grigori-mikhailovitch-kozintsev/#i_0

MEDVEDKINE ALEXANDRE IVANOVITCH (1900-1989)

  • Écrit par 
  • Bernard EISENSCHITZ
  •  • 622 mots

Alexandre Medvedkine homme d'un seul film ? Le Bonheur (1935) a eu une seconde vie rare au cinéma. Salué à son apparition par S. M. Eisenstein, dûment enfoui avec toute la mémoire du cinéma non-conformiste de l'Union soviétique, il a été redécouvert à la fin des années 1960 par Jacques Ledoux, de la Cinémathèque royale de Belgique, et Chris Marker lui a donné une notoriété méri […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/alexandre-ivanovitch-medvedkine/#i_0

MOURATOVA KIRA (1934-2018)

  • Écrit par 
  • Frédéric STRAUSS
  •  • 1 005 mots

La découverte de l'œuvre de la cinéaste Kira Mouratova fut un des premiers faits culturels importants de la perestroïka, qui suivit l'arrivée de Mikhaïl Gorbatchev à la tête du parti communiste soviétique en 1985. Interdits, expurgés ou mal distribués en ex-URSS, ses films étaient totalement inédits à l'Ouest quand, en 1986, le congrès des cinéastes, présidé par Elem Klimov, permit leur diffusion, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/kira-mouratova/#i_0

PARADJANOV SERGUEÏ (1924-1990)

  • Écrit par 
  • Charles TESSON
  •  • 537 mots

D'origine arménienne, né à Tbilissi, Sergueï Paradjanov a passé sa vie en Géorgie. Il se destine à la musique avant de changer d'avis et de partir pour Moscou apprendre le cinéma dans une école. Il en sort en 1952 puis se rend en Ukraine, aux studios de Kiev, où il réalise ses premiers films. Le quatrième, Les Chevaux de feu (1964), est adapté d'un récit de l'écrivain ukrainien […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/serguei-paradjanov/#i_0

PÉLÉCHIAN ARTAVAZD (1938- )

  • Écrit par 
  • Guy GAUTHIER
  •  • 651 mots

Artavazd Péléchian est né en 1938 à Leninakan, ville d’Arménie soviétique qui sera rebaptisée Gumri après l’indépendance de septembre 1991. De 1959 à 1963, il suit une formation technique. Entre 1963 et 1968, il est étudiant au V.G.I.K. (Institut des études cinématographiques), où il réalise ses premiers documentaires : La Patrouille de la montagne (Gornyi patru […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/artavazd-pelechian/#i_0

POUDOVKINE VSEVOLOD ILLARIONOVITCH (1893-1953)

  • Écrit par 
  • Victor BACHY
  •  • 505 mots
  •  • 2 médias

Un des maîtres du cinéma soviétique dont l'activité coïncide curieusement avec le « règne » de Staline. Entré en 1920 à l'École de cinéma à Moscou (V.G.I.K.), il y travaille comme élève-acteur, scénariste, décorateur, assistant. Il garde surtout l'empreinte de Lev Koulechov, qu'il assiste dans ses expériences sur le montage.La période du cinéma muet lui vaut la gloire comme réalisateur. Trois film […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/vsevolod-illarionovitch-poudovkine/#i_0

SOKOUROV ALEXANDRE (1951- )

  • Écrit par 
  • Michel ESTÈVE
  •  • 1 144 mots
  •  • 1 média

« Il est peu de génies dans le cinéma : Bresson, Mizoguchi, Vigo, Buñuel, Satyajit Ray, Sokourov... ». Le premier, il y a trente ans, Andreï Tarkovski (Le Temps scellé, Éditions de l'Étoile-Cahiers du cinéma,1989) a reconnu et admiré le grand talent d'Alexandre Sokourov, hier voué à l'obs […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/alexandre-sokourov/#i_0

TARKOVSKI ANDREÏ

  • Écrit par 
  • Michel ESTÈVE
  •  • 2 542 mots
  •  • 1 média

Sept longs métrages auront suffi pour imposer Andrei Tarkovski comme l'un des plus importants cinéastes de notre temps. Par ses sujets, ses registres et ses styles, son œuvre, au premier abord, nous apparaît hétérogène. Quels liens nouer, en effet, entre la fresque historique d'Andrei Roublev, insérée dans une chronique de la Russie soumise au joug des Tartares à l'aube du […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/andrei-tarkovski/#i_0

TCHOUKRAÏ GRIGORI NAOUMOVITCH (1921-2001)

  • Écrit par 
  • Victor BACHY
  •  • 421 mots

Réalisateur soviétique, né en Ukraine, dans le kolkhoz de ses parents cultivateurs, G. N. Tchoukhraï s'intéresse, dès son adolescence, à la fois à la technique et aux arts, en particulier au théâtre amateur. Il fait la guerre et participe à la bataille de Stalingrad. Il se présente à l'Institut des études cinématographiques de Moscou, où Serge Youtkevitch l'admet sans examen sur sa réponse : « Ce […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/grigori-naoumovitch-tchoukrai/#i_0

VERTOV DENIS ARKADIEVITCH KAUFMAN dit DZIGA (1895-1954)

  • Écrit par 
  • Joël MAGNY
  •  • 654 mots

Né à Bialystok, Denis Kaufman étudie d'abord la musique et la psychoneurologie. Très marqué par le futurisme de Maïakovski, il prend le pseudonyme de Dziga (« toupie » en ukrainien) Vertov (dérivé du russe vertet, « tourner, pivoter »). Il se passionne pour ce qui ne s'appelle pas encore « musique concrète », montant sons et bruits dive […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/vertov-denis-arkadievitch-kaufman-dit-dziga/#i_0


Affichage 

Ivan le Terrible, S.M. Eisenstein

Ivan le Terrible, S.M. Eisenstein

photographie

Serge Mikhaïlovitch Eisenstein pendant le tournage d'Ivan le Terrible (1943-1944), avec Nicolas Tcherkassov dans le rôle-titre. 

Crédits : De Agostini

Afficher

Eisenstein

Eisenstein

photographie

Le réalisateur russe Serge Mikhaïlovitch Eisenstein (1898-1948) dans les studios de la Paramount, à Hollywood, en 1939. 

Crédits : Hulton Getty

Afficher

Ivan le Terrible, S.M. Eisenstein

Ivan le Terrible, S.M. Eisenstein
Crédits : De Agostini

photographie

Eisenstein

Eisenstein
Crédits : Hulton Getty

photographie