SHINRAN (1173-1262)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Moine bouddhiste japonais, fondateur de l'école Jōdo shinshū (secte véritable du Jōdo), qui prit le nom de Shinran, Matsuwaka maru, né à Kyōto, était le fils de Hino Arinori et fut orphelin très jeune. En 1181, il entra dans les ordres au mont Hiei, où il fut formé dans le Tendai. Il séjourna dix ans au Hieizan, puis étudia au Kōfuku-ji, à Nara. Il rencontra Hōnen à Kyōto et resta avec lui dix ans. Il prit alors le nom de Shakkū, puis de Zenshin. Il épousa en 1203 une fille du prince Kugō Kanezane, Tamahi. En 1207, il fut exilé comme son maître Hōnen et vécut à la campagne dans la province d'Echigo à Kokufu. Déchu de son statut de moine, il fut obligé de prendre un nom laïc, Fuji Yoshizane. Parmi les gens simples de sa province, il prêche le culte d'Amida et, lorsqu'il est grâcié en 1211, il décide de rester sur place et prend le nom de Gutoku Shinran. En 1124, il écrit à Inada le Kōgyō-shinshūmonrui. Il fonde plusieurs temples et retourne, en 1235, à Kyōto, où il meurt au Zenbō-in.

La position de Shinran est plus radicale que celle de Hōnen : il n'est plus nécessaire de quitter le monde ni de se livrer à des pratiques austères ou à la vie religieuse ; le fondement du salut est dans la puissance d'Amida et non dans les efforts personnels des fidèles ; ceux-ci doivent se remettre entièrement à leur sauveur ; c'est la foi absolue qui sauve, quoi qu'on puisse faire. On comprend que, n'exigeant aucune connaissance particulière ni aucun effort, la secte fondée par Shinran ait été la plus répandue au Japon.

—  Jean-Christian COPPIETERS

Écrit par :

Classification

Autres références

«  SHINRAN (1173-1262)  » est également traité dans :

AMIDA

  • Écrit par 
  • Vadime ELISSEEFF
  •  • 862 mots

Dans le chapitre « L'expansion de l'amidisme »  : […] Amida était connu depuis longtemps en Inde, en Chine, au Tibet et même au Japon, depuis l'époque de Nara, où le célèbre voyageur Ennin avait rapporté de Chine la pratique de la méditation sur le nom d'Amida ; mais les impasses dans lesquelles finissaient par s'enliser la spéculation philosophique, les troubles tant physiques que moraux et le pessimisme né des guerres incessantes durant cette pér […] Lire la suite

BOUDDHISME (Les grandes traditions) - Bouddhisme japonais

  • Écrit par 
  • Jean-Noël ROBERT
  •  • 13 527 mots

Dans le chapitre « Nouveautés et renaissances »  : […] Le bouddhisme restait cependant une religion monacale, aux dogmes abstrus, rédigés dans une langue à part, et aux pratiques longues et prenantes. Les trois principaux mouvements apparus à l' époque de Kamakura seront chacun à sa manière une simplification, une réponse plus aisée aux préoccupations religieuses non seulement du peuple et de la noblesse, mais aussi d'une grande partie des moines. Il […] Lire la suite

TAKANOBU FUJIWARA (1143-1206)

  • Écrit par 
  • Madeleine PAUL-DAVID
  •  • 1 574 mots

Dans le chapitre « Le nise-e »  : […] À la fin du xii e  siècle, cette technique est appelée nise-e , « portrait à la ressemblance ». Cette expression apparaît pour la première fois dans un texte concernant Fujiwara Nobuzane (1176-1268), fils de Takanobu. En 1221, l'empereur Go-Toba, contraint à s'exiler après avoir participé à des intrigues politiques, demanda, avant son départ, que l'on fît venir Nobuzane pour qu'il fasse son portr […] Lire la suite

Pour citer l’article

Jean-Christian COPPIETERS, « SHINRAN (1173-1262) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 18 septembre 2020. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/shinran/