Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

AMÉRIQUE (Structure et milieu) Biogéographie

Aspects historiques

Le royaume néotropical ou Néotropis

Opossum - crédits : Ondrej Prosicky/ Allphoto - LBRF/ Age Fotostock

Opossum

L'isolement de l'Amérique du Sud, véritable île séparée des continents eurasiatique et nord-américain pendant des millénaires, a déterminé l'apparition de formes biologiques extrêmement originales, tout comme en Australie. On y trouve d'ailleurs aussi des Marsupiaux : 14 genres (contre 64 en Australie) dont l'opossum, qui pénètre en Amérique du Nord. Ces marsupiaux de la Néotropis sont petits et discrets, bien que, avant la formation du pont continental du Pliocène moyen, ils aient été nombreux et de taille considérable. Certains d'entre eux, carnivores, rappelaient par leur allure l'hyène ou le loup. Thylacosmilus avait d'énormes canines en lame de sabre. Ils se sont sans doute éteints par suite de la compétition établie avec les mammifères d'origine nordique qui s'infiltrèrent dès le Pliocène supérieur.

Les particularités du royaume néotropical apparaissent bien en analysant la distribution des petits animaux. Parmi les moustiques, par exemple, 23 groupes (sous-genres) sont spéciaux à l'Amérique du Sud et aux terres avoisinantes. Par comparaison, on n'en compte que 11 groupes en Australie et 4 en Éthiopie.

Deux familles de plantes supérieures sont strictement d'origine néotropicale (malgré leur extension ultérieure plus au nord) : ce sont les Broméliacées (2 000 espèces dont une seule d'Afrique occidentale, Pitcairnia feliciana, et les Catacées (presque aussi riches en espèces), qui ont gagné l'Amérique du Nord et ont été naturalisées dans le monde entier sous climat chaud.

Colibri - crédits : Nigel/ flickr ; CC-BY

Colibri

L'Amérique du Sud est bien nommée le « continent des oiseaux », car on y compte les deux cinquièmes de l'avifaune mondiale : 3 500 espèces sur 8 600 actuellement décrites. Sur les 155 familles d'oiseaux, 89 ne sont connues qu'en Néotropis ou ont des représentants occasionnels dans le royaume néarctique. Parmi eux sont les oiseaux-mouches (sur 319 espèces connues, 18 ont été trouvées jusqu'aux États-Unis), les fourniers (Furnariidés, 215 espèces), les tanagras (Tanagridés, 222 espèces), des tyrans « gobe-mouches » (365 espèces) et des fourmiliers (Formicariidés, 222 espèces).

L'histoire paléontologique de certains groupes de mammifères (et de quelques reptiles) est mieux connue que celle d'autres animaux terrestres et forme un fil conducteur pour l'étude des affinités zoologiques. On doit toujours se souvenir pourtant que différents groupes d'animaux ont divers moyens de dispersion et que les modes de distribution sont loin d'être semblables d'un groupe à l'autre.

Le paléontologiste G. G. Simpson divise les mammifères sud-américains en trois groupes : les « ancêtres », qui ont évolué au cours de l'isolement continental ; les « sauteurs d' îles », qui ont utilisé les îles apparues à diverses époques dans les mers environnantes pour gagner la Néotropis ; enfin les « nouveaux venus », qui sont entrés après l'établissement du pont continental. L'application de cette classification à des animaux comme les oiseaux et les insectes, au moyen de documents paléontologiques, fragmentaires, est difficile, mais plausible.

Tatou à neuf bandes - crédits : Vera Storman/ Stockbyte/ Getty Images

Tatou à neuf bandes

Les survivants de la faune néotropicale d'avant le Pléistocène comprennent les marsupiaux, les paresseux, les fourmiliers et les tatous. Seules deux espèces arboricoles de paresseux ont survécu ; jadis, des formes terrestres, souvent de grande taille, abondaient ; l'un, le Megatherium, dépassait l'éléphant avec ses six mètres de long.

Cabiai - crédits : Stephen Meese/ Panther Media/ Age Fotostock

Cabiai

L'Amérique du Sud a une importante faune de rongeurs dont plusieurs groupes si originaux qu'ils peuvent difficilement être considérés comme issus d'une évolution postérieure au Pliocène. Le cabiai, qui est le plus gros rongeur vivant, en est un exemple. Parmi les mammifères[...]

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : professeur à l'université du Michigan, Ann Arbor, États-Unis

Classification

Pour citer cet article

Marston BATES. AMÉRIQUE (Structure et milieu) - Biogéographie [en ligne]. In Encyclopædia Universalis. Disponible sur : (consulté le )

Article mis en ligne le et modifié le 14/03/2009

Médias

Végétation - crédits : Encyclopædia Universalis France

Végétation

Lièvre arctique - crédits : Wayne R Bilenduke/ The Image Bank/ Getty Images

Lièvre arctique

Caribou - crédits : Kim Heacox/ The Image Bank/ Getty Images

Caribou

Autres références

  • AMAZONE, fleuve

    • Écrit par
    • 2 326 mots
    • 2 médias

    Un peu plus long que le Nil, avec les 7 025 km de son cours, l'Amazone se place au premier rang, parmi les fleuves du monde, pour l'étendue de la superficie drainée : environ 6 millions de kilomètres carrés qui se répartissent sur six États d'Amérique latine. Sa supério rité est encore plus...

  • AMÉRIQUE LATINE - Les religions afro-américaines

    • Écrit par
    • 3 175 mots
    • 1 média

    Les Africains conduits en esclavage en Amérique ont amené avec eux leurs croyances et leurs rites. Certes, en beaucoup de pays, au contact de civilisations différentes et de sociétés répressives, ces croyances et ces rites, après un moment de résistance (par exemple, en Argentine jusque vers...

  • ARAUCANS

    • Écrit par
    • 1 056 mots

    Araucan est un mot forgé au xvie siècle par Ercilla, poète espagnol, à partir d'un nom de lieu indigène. Depuis lors, son usage s'est imposé en ethnologie pour désigner un ensemble de populations qui, parlant la même langue et culturellement apparentées, occupaient, à l'arrivée des conquistadores,...

  • ATLANTIQUE HISTOIRE DE L'OCÉAN

    • Écrit par et
    • 13 670 mots
    • 12 médias
    Leif Eriksson n'aurait pas été le seul à aborder « l'Amérique ». Les sagas(récits) scandinaves racontent que son frère Thorwald aurait également abordé au Vinland en 1003. Il y aurait lutté contre les indigènes et aurait péri au cours d'un combat. En 1006, Thorstein, un autre frère de Leif,...
  • Afficher les 29 références