AMAURICIENS

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Disciples supposés d'un clerc qui enseignait la philosophie et la théologie à Paris, Amaury de Bène, les amauriciens, condamnés en 1209 et 1211, s'inscrivent plus exactement parmi les premiers adeptes d'un courant que l'Église condamnera plus tard sous le nom de Libre-Esprit.

En 1204, le pape condamne la proposition de maître Amaury, originaire de Bène, près de Chartres, selon laquelle « tout chrétien est tenu de croire qu'il est membre du Christ et qu'il a souffert avec lui le supplice de la croix ». Amaury, qui s'incline devant la décision pontificale, mourra en 1207. Deux ans plus tard, un délateur livre à la justice quatorze personnes, dont le secrétaire d'Amaury, plusieurs clercs, l'orfèvre Guillaume et quelques curés de villages situés non loin de Paris. Livrés au bras séculier par le concile de Paris, dix des accusés montent sur le bûcher le 19 novembre 1209 ; quatre sont condamnés à la prison à vie. Amaury, impliqué à titre posthume, est déterré et brûlé. En 1211, maître Godin d'Amiens est exécuté pour avoir défendu des idées amauriciennes. En 1215, Robert de Courçon, légat du pape et recteur de l'Université de Paris, confirme l'interdiction des œuvres d'inspiration amauricienne. Il englobe dans la même condamnation les livres naturalistes d'Aristote et le panthéisme de David de Dinant. C'est plus tard seulement que la pensée de Jean Scot Érigène sera tenue pour une des sources de la doctrine amauricienne. Celle-ci est une nouvelle fois condamnée par le concile du Latran (1215), qui la juge « encore plus insensée qu'hérétique ». Parmi les quatre-vingts personnes exécutées à Strasbourg la même année, on trouve, pour une majorité de vaudois, des individus qui affirment que « les péchés les plus grossiers sont permis et conformes à la nature ». L'opinion selon laquelle il est licite de « s'adonner à t [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages


Écrit par :

Classification


Autres références

«  AMAURICIENS  » est également traité dans :

LIBRE-ESPRIT MOUVEMENT DU

  • Écrit par 
  • Raoul VANEIGEM
  •  • 3 154 mots

Dans le chapitre « Des amauriciens aux ranters »  : […] Jusqu'à plus ample information, il est d'usage de faire remonter le Libre-Esprit aux deux procès intentés, à Paris en 1209 et à Amiens en 1211, aux disciples supposés d' Amaury de Bènes, mort en 1207. Celui-ci s'était attiré la réprobation pontificale pour avoir affirmé que chaque homme est tenu de se considérer comme membre du Christ. Une simple abjuration mettra fin à une querelle qui semble n'a […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/mouvement-du-libre-esprit/#i_46949

Pour citer l’article

Raoul VANEIGEM, « AMAURICIENS », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 17 octobre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/amauriciens/