JEAN SCOT ÉRIGÈNE (810 env.-env. 877)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

L'œuvre de Jean Scot dit l'Érigène représente sans doute l'ensemble littéraire, philosophique, exégétique et théologique le plus considérable et le plus élaboré de la pensée occidentale latine entre le vie et le xiie siècle. On y retrouve l'empreinte profonde des auteurs de l'Antiquité profane et surtout celle des Pères de l'Église qui ont le mieux assimilé les thèmes néo-platoniciens, sans que l'essor de la pensée personnelle d'Érigène en ait été aucunement entravé. Si l'ampleur et la vigueur de cette pensée l'imposèrent à l'admiration des contemporains et des générations qui suivirent, en revanche la hardiesse et la « nouveauté » de plusieurs de ses thèses lui valurent plusieurs condamnations des conciles et des papes, soit du vivant de Jean Scot (thèses sur la prédestination), soit plusieurs siècles après sa mort (thèses réputées « panthéistes », reprises par Amaury de Bène et ses disciples au début du xiiie s.).

Un Irlandais sur le continent

Né en Irlande (Hibernia, Scottia, Eriu ; d'où le pléonasme : Scot Érigène) dans le premier quart du ixe siècle, placé avant 847 à la tête de l'école du palais de Charles le Chauve, Jean Scot parfait sur le continent sa formation littéraire, philosophique et théologique. Il y apparaît vite comme une autorité de premier plan. Contre Godescalc d'Orbais et sa doctrine de la double prédestination, il compose le De divina praedestinatione liber (851) ; il écrit les Annotationes in Martianum Capellam (859-860), traduit les œuvres du pseudo-Denys (860-862), les Ambigua de Maxime le Confesseur et le De hominis opificio de Grégoire de Nysse (862-864), les Quaestiones ad Thalassium de Maxime (864-866) et peut-être l'Ancoratus d'Épiphane (traduction non retrouvée). L'œuvre majeure De divisione naturae (Periphyseon) est composée entre 864 et 866. Suivent les Expositiones in ierarchiam (sic) caelestem sancti Dionysii (865-870). L'Homilia sur le Prologue de Jean et le Comment [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages




Écrit par :

  • : directeur d'études à l'École pratique des hautes études (Ve section), honorary member of the Royal Irish Academy, Dublin

Classification


Autres références

«  JEAN SCOT ÉRIGÈNE (810 env.-env. 877)  » est également traité dans :

AVICENNISME LATIN

  • Écrit par 
  • Alain de LIBERA
  •  • 6 636 mots

Dans le chapitre « D'Avicenne à Érigène »  : […] Si la réception de la pensée d'Avicenne dans l'Occident latin s'est programmatiquement décidée chez Gundissalinus, elle a d'emblée atteint le statut d'une manière ou d'une manie. Les deux derniers tiers du xii e siècle ont, comme tels, « avicennisé » avec une « inconscience et une intempérance » qu'E. Gilson a le premier mises en lumière. C'est de cette période que date le véritable manifeste de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/avicennisme-latin/#i_3483

AZRIEL DE GÉRONE (1re moitié XIIIe s.)

  • Écrit par 
  • Gabrielle SED-RAJNA
  •  • 333 mots

Kabbaliste appartenant au Cénacle des kabbalistes de Gérone, qui était le deuxième après celui de la Provence et était constitué des disciples d'Isaac l'Aveugle. Azriel était le contemporain et, suivant certaines traditions, le gendre de Ezra ben Salomon, kabbaliste lui-même et auteur d'un Commentaire sur le Cantique des cantiques (trad. G. Vajda, Paris, 1969). On ne connaît pratiquement rien de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/azriel-de-gerone/#i_3483

CAROLINGIENS

  • Écrit par 
  • Robert FOLZ, 
  • Carol HEITZ
  •  • 12 134 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Renouveau culturel »  : […] Première en date des renaissances médiévales, procédant largement des premiers jalons culturels posés dans la période précédente – surtout depuis le milieu du vii e  siècle – la renaissance carolingienne n'en a pas moins été voulue et promue par Charlemagne, préoccupé de relever le niveau intellectuel et moral de son peuple. Pour cela, il fallait d'abord un clergé instruit et donc des écoles : to […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/carolingiens/#i_3483

IYYUN CERCLE D'

  • Écrit par 
  • Gabrielle SED-RAJNA
  •  • 260 mots

Expression désignant un ensemble de textes, non de personnes, ces écrits étant tous anonymes. Leurs dénominateurs communs sont leur lieu d'origine (on suppose qu'il s'agit de la Provence ou de la Castille), leur date (fin du xii e  s. ou déb. du xiii e  s.) et une similarité idéologique qui comporte toutefois des nuances assez différentes d'un texte à un autre, mais dont l'ensemble a des rapports […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/cercle-d-iyyun/#i_3483

MATIÈRE

  • Écrit par 
  • Jacques GUILLERME, 
  • Hélène VÉRIN
  •  • 10 672 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Substance et apparence ; la transsubstantiation »  : […] La fameuse motion « sauver les phénomènes », qui prescrit de découvrir sous la confusion des apparences quelque ordre intelligible, et invite à désigner sous la diversité du sensible des instances explicatives en ce qu'elles perdurent, cette motion stigmatise, depuis l'Antiquité, les exigences théoriques des physiologues, puis celles des physiciens. Or il nous faut souligner ici la tournure singu […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/matiere/#i_3483

MOYEN ÂGE - La littérature latine savante

  • Écrit par 
  • Alain MICHEL
  •  • 3 268 mots

Dans le chapitre « La tradition antique détruite et sauvée (VIe-Xe s.) »  : […] Il fallait d'abord survivre à la barbarie. Dès le vii e siècle, la plupart des écoles latines allaient être fermées. Mais on disposait de plusieurs messages, qui venaient d'Augustin, Martianus Capella, Boèce et Cassiodore. Ils disaient que la culture antique, représentée surtout par Virgile, Cicéron, Platon et Aristote, pouvait s'accorder à la tradition chrétienne. Mais, dans l'immédiat, on assis […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/moyen-age-la-litterature-latine-savante/#i_3483

NÉO-PLATONISME

  • Écrit par 
  • Jean TROUILLARD
  •  • 2 998 mots

Dans le chapitre « Les maîtres néo-platoniciens »  : […] Il n'est pas possible de nommer ici tous les membres connus de l'école. On se limitera aux plus grands. De Plotin, le fondateur, penseur puissant, mais désordonné dans son écriture, l'œuvre entière a été conservée, divisée par son disciple Porphyre en cinquante-quatre traités ou six neuvaines (en grec : ennéades). Porphyre (233-305) est un personnage complexe. Il semble avoir eu de la peine à conc […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/neo-platonisme/#i_3483

PLATONISME MÉDIÉVAL

  • Écrit par 
  • Jean JOLIVET
  •  • 898 mots

La question du platonisme médiéval étant particulièrement complexe, il faut dire d'abord selon quels partis pris elle est ici traitée. En premier lieu on rangera sous le nom de « platonisme » toute doctrine, d'ensemble ou même de détail, qui se fonde en dernière instance sur les œuvres des auteurs que l'Antiquité tardive et les médiévaux appelaient platonici (« platoniciens »), ce qui inclut le n […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/platonisme-medieval/#i_3483

Voir aussi

Pour citer l’article

René ROQUES, « JEAN SCOT ÉRIGÈNE (810 env.-env. 877) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 06 décembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/jean-scot-erigene/