PRIX NOBEL D'ÉCONOMIE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Lorsque Alfred Nobel rédigea son testament en 1895, il retint, parmi les domaines aptes à conférer « les plus grands bienfaits à l'humanité », la physique, la chimie, la physiologie ou la médecine, la littérature et, enfin, non un domaine mais un idéal en faveur duquel œuvrer, la paix mais... pas l'économie, ni d'ailleurs les mathématiques. Aux justifications légendaires de cette exclusion (un amour déçu et volé par un mathématicien de renom), il convient de préférer une explication simple : Alfred Nobel associait plus de prestige aux découvertes et aux inventions, auxquelles il avait lui-même contribué (en attestent à sa mort en 1896 ses 355 brevets), qu'aux sciences mathématiques et théoriques, dont l'économie prenait alors le chemin.

Toutefois, le renom des cinq prix Nobel, décernés à partir de 1901, amènera la Banque de Suède (la Sveriges Riksbank) à instituer, en 1968, à l'occasion de son trois centième anniversaire, un « prix de sciences économiques à la mémoire d'Alfred Nobel ». Décerné par l'Académie royale des sciences de Suède (comme les prix de physique et chimie), ce prix récompense des travaux en économie, selon les mêmes critères que le prix Nobel. Ragnar Frisch (Norvège) et Jan Tinbergen (Pays-Bas) furent, en 1969, les premiers économistes distingués pour leurs contributions à l'économie mathématique et à l'économétrie. D'autres travaux méthodologiques ont depuis lors été récompensés (par exemple, Wassily Leontief, 1973 ; James Heckman et Daniel McFadden, 2000), mais ont surtout été distinguées des contributions au paradigme dominant, relatives à la théorie de l'équilibre général (Kenneth Arrow et John Hicks, 1972 ; Gérard Debreu, 1983...), la macroéconomie (Milton Friedman, 1976 ; James Tobin, 1981 ; Robert Mundell, 1999) et la microéconomie (James Mirrlees et William Vickrey, 1996 ; Harry Markowitz, Merton Miller, William Sharpe, 1990). La distinction de recherches plus éclectiques, à la croisée de plusieurs disciplines, a été plus rare (Herbert Simon, 1978 ; Amartya Sen, 1998).

—  Jézabel COUPPEY

Écrit par :

  • : maître de conférences à l'université de Paris-I-Panthéon-Sorbonne

Classification

Autres références

«  PRIX NOBEL D'ÉCONOMIE  » est également traité dans :

AKERLOF GEORGE A. (1940- )

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 412 mots

Économiste américain, lauréat en 2001 du prix Nobel d'économie avec Michel Spence et Joseph Stiglitz pour leurs travaux sur les marchés à information asymétrique. Né le 17 juin 1940 à New Haven (Connecticut), George A. Akerlof obtient sa licence à Yale en 1962 et son doctorat à l'Institut de technologie du Massachusetts (M.I.T.), en 1966. Cette même année, il commence à enseigner à l'université d […] Lire la suite

ALLAIS MAURICE (1911-2010)

  • Écrit par 
  • Françoise PICHON-MAMÈRE
  • , Universalis
  •  • 1 312 mots

C'est un économiste français aussi brillant que peu consensuel qui s'est éteint le 9 octobre 2010 à Paris. Participant en 1947 à la première réunion de la très libérale Société du Mont-Pèlerin, partisan de l'Algérie française qui dénonçait le « génocide » commis à l'encontre des Français d'Algérie et des musulmans pro-français, critique acerbe du « libre-échangisme aveugle » défendu à l'O.M.C. co […] Lire la suite

ARROW KENNETH JOSEPH (1921-2017)

  • Écrit par 
  • Jean-Marc DANIEL
  •  • 1 238 mots

Dans le chapitre « L'équilibre général walrasien »  : […] Kenneth Arrow s'intéresse ensuite à l'équilibre général des économistes néo-classiques. Au cours de ses études, il a étudié la théorie néo-classique dans les écrits d'Alfred Marshall. En effet, jusqu'aux années 1940, Léon Walras reste peu connu des Anglo-Saxons. C'est John Hicks qui l'introduit en Angleterre et aux États-Unis par le truchement de son livre Value and Capital , qui paraît en 1939. A […] Lire la suite

AUMANN ROBERT YIRAËL (1930- )

  • Écrit par 
  • Françoise PICHON-MAMÈRE
  •  • 1 218 mots

Économiste et mathématicien de nationalité américaine et israëlienne, Prix Nobel d'économie en 2005, conjointement à l'Américain Thomas Schelling, pour avoir « amélioré [notre] compréhension des conflits et de la coopération au moyen de la théorie des jeux ». Robert John Auman est né le 8 juin 1930 à Francfort-sur-le-Main (Allemagne). Ses parents ont fui le nazisme en 1938. Ils s'installent à New […] Lire la suite

BECKER GARY STANLEY (1930-2014)

  • Écrit par 
  • Françoise PICHON-MAMÈRE
  •  • 1 230 mots

En 1992, le jury suédois a décerné une fois encore le prix Nobel d'économie à un professeur de l'université de Chicago, un an après la consécration de Ronald Coase, enseignant également dans cette université. Les caractéristiques du lauréat de 1992 sont conformes à celles de ses prédécesseurs. Gary S. Becker est américain, économiste néo-classique adepte de l'école de Chicago, mais il est relativ […] Lire la suite

BUCHANAN JAMES (1919-2013)

  • Écrit par 
  • Françoise PICHON-MAMÈRE
  •  • 1 071 mots

James Mc Gill Buchanan est né le 2 octobre 1919 à Murfreesboro dans le Tennessee. Après des études universitaires, il poursuit sa formation de chercheur à l'université de Chicago où il obtient un doctorat en 1948. De 1957 à 1967, professeur à l'université de Charlottesville en Virginie, il dirige le Centre Thomas Jefferson d'études d'économie politique et de philosophie sociale qu'il avait fondé […] Lire la suite

COASE RONALD HARRY (1910-2013)

  • Écrit par 
  • Françoise PICHON-MAMÈRE
  •  • 1 306 mots

C'est seulement à l'âge de quatre-vingt-un ans que Ronald H. Coase, professeur émérite de l'université de Chicago, se vit attribuer le prix Nobel d'économie, à la fois pour ses travaux sur la nature des organisations et pour ses analyses sur les modalités de certaines régulations étatiques. […] Lire la suite

DEBREU GÉRARD (1921-2004)

  • Écrit par 
  • Françoise PICHON-MAMÈRE
  •  • 836 mots

Disparu le 31 décembre 2004, Gérard Debreu fut le premier économiste français à recevoir le prix Nobel, en 1983, pour ses travaux sur la théorie de l'équilibre général, cinq ans avant celui qui fut son maître dans la discipline, Maurice Allais. Issu d'une famille d'industriels fabriquant de la dentelle, il est né le 4 juillet 1921 à Calais, où il commence ses études secondaires. Il les termine aux […] Lire la suite

ENGLE ROBERT F. (1942- )

  • Écrit par 
  • Françoise PICHON-MAMÈRE
  •  • 881 mots

Professeur de finance américain, Robert Engle a partagé le prix Nobel d'économie 2003 avec le Britannique Clive W. Granger, avec qui il avait publié nombre d'articles sur les séries chronologiques tout au long des années 1980 et 1990. Robert Engle est né en novembre 1942 à Syracuse (État de New York). Il obtient avec la plus haute distinction une licence de physique au Williams College de New York […] Lire la suite

FOGEL ROBERT WILLIAM (1926-2013)

  • Écrit par 
  • Françoise PICHON-MAMÈRE
  •  • 1 000 mots

C'est à soixante-sept ans que Robert William Fogel, professeur à l'université de Chicago (Illinois) a reçu le prix Nobel d'économie 1993, en même temps que son compatriote Douglass Cecil North, soixante-douze ans, professeur à l'université Washington de Saint Louis (Missouri), pour avoir « renouvelé la recherche en histoire économique par l'application de la théorie économique et des méthodes qua […] Lire la suite

Les derniers événements

France. Conférence de presse de Nicolas Sarkozy. 8-17 janvier 2008

politiques d'intégration ou répondre aux défis de la bioéthique. Au sujet du pouvoir d'achat, il propose d'« aller beaucoup plus loin en matière de participation et d'intéressement ». Parallèlement, il annonce son intention d'engager, avec le concours de deux Prix Nobel d'économie, l'Indien Amartya Sen […] Lire la suite

Bangladesh. Le créateur bangladais du microcrédit récompensé par le prix Nobel de la paix. 16 octobre 2006

Le comité suédois décerne le prix Nobel de la paix au professeur d'économie bangladais Muhammad Yunus et à la Grameen Bank, la banque de microcrédit qu'il a fondée. Lancé en 1976, le programme Grameen a obtenu le statut d'établissement bancaire en 1983. Depuis sa création, celui-ci a accordé 5,72 […] Lire la suite

U.R.S.S. Attribution du prix Nobel de la paix à Mikhaïl Gorbatchev et vote des réformes économiques. 15-19 octobre 1990

Le 15, le prix Nobel de la paix 1990 est attribué à Mikhaïl Gorbatchev « pour son rôle important dans le processus de paix » et pour les heureuses conséquences internationales de sa politique de perestroïka. Autant le concert de louanges est unanime à travers le monde, autant cette distinction ne […] Lire la suite

Pour citer l’article

Jézabel COUPPEY, « PRIX NOBEL D'ÉCONOMIE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 24 octobre 2020. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/prix-nobel-d-economie/