MUCHA ALFONS (1860-1939)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

L'œuvre du peintre et dessinateur tchèque Alfons Mucha incarne la Belle Époque et son style : l'Art nouveau. Célèbre pour ses affiches de spectacle, d'exposition, ou présentant des produits de consommation courante, l'artiste est aussi un dessinateur d'ornements et de caractères typographiques attentif au renouveau du livre et un décorateur concevant bijoux, vitraux, meubles, services de table, stands d'exposition ou magasins. Sa renommée décline à mesure que l'Art nouveau se démode et que s'estompe une des qualités majeures de ce mouvement : intervenir dans tous les domaines des arts appliqués. À partir des années 1910, et jusqu'à la fin de sa vie, il se consacre essentiellement à la peinture. De retour à Prague, il apparaît comme une figure emblématique de la Tchécoslovaquie indépendante après 1918.

Un art destiné au peuple

Alfons Mucha naît le 24 juillet 1860 à Ivancice, en Moravie, dans l'Empire austro-hongrois. Après des études à Brno, où sa passion du dessin s'affirme, il travaille dans une entreprise de décoration à Vienne, acquérant une excellente maîtrise de la gouache et se familiarisant avec l'univers du théâtre. En 1881, le comte Khuen-Bellassi lui commande des fresques pour sa demeure, puis finance la poursuite de ses études, d'abord à l'académie des Beaux-Arts de Munich, puis à Paris à partir de 1888, à l'académie Julian et à l'académie Colarossi. L'aide de son mécène s'achevant en 1889, Mucha doit trouver des commandes et réalise alors ses premières illustrations pour des périodiques et des calendriers publicitaires.

À la fin de 1894, l'imprimeur Lemercier lui confie la réalisation d'une affiche pour une pièce de Victorien Sardou, Gismonda, dont Sarah Bernhardt est la vedette au théâtre de la Renaissance. Dans un format oblong inhabituel, l'affiche fait sensation : la célèbre tragédienne est représentée en pied, grandeur nature, au centre d'une composition extrêmement fouillée et ornementée s'apparentant à une mosaïque. « Au charivari des couleurs » du peintre et lithographe Jules Chéret, Mucha oppose, avec Gismonda, « l'affiche claire et blanche comme un lis », selon le critique Charles Saunier. Elle ouvre une longue période de collaboration avec l'actrice, surnommée La Divine, pour laquelle il réalise La Dame aux camélias (1895), Lorenzaccio (1896), La Samaritaine (1897), Médée (1898), La Tosca (1898), Hamlet (1899), ainsi que des costumes et des bijoux de scène.

Sarah Bernhardt, affiche de Mucha

Photographie : Sarah Bernhardt, affiche de Mucha

Alfons Mucha (1860-1939) réalisa en tirage limité l'affiche de la pièce de Catulle-Mendès Médée, en 1898. Le rôle-titre était interprété par Sarah Bernhardt. 

Crédits : MPI/ Getty Images

Afficher

Outre les affiches de théâtre, Mucha, désormais sous contrat avec l'imprimerie Champenois, s'attelle à de nombreuses commandes pour des produits de consommation courante : biscuits Lefèvre-Utile, papier à cigarettes Job (à partir de 1896), bières La Meuse (1897), ainsi qu'à des réclames pour les cycles Perfecta (1897), la liqueur Bénédictine (1898) ou les champagnes Moët et Chandon (1899). Champenois excelle dans la technique de la chromolithographie et décline sans les trahir ses créations sur tous les supports possibles : calendriers, menus, programmes, cartes postales, emballages, éventails, etc. Par ailleurs, l'imprimeur est spécialisé dans la production d'estampes décoratives qui connaissent un succès grandissant à la Belle Époque. Mucha en réalise plusieurs séries sur des thèmes tels que « Les saisons », « Zodiaque », « Les arts », « Les pierres précieuses », « Les moments du jour », qui lui permettent de développer tous les motifs de l'Art nouveau. Ces estampes seront ensuite reprises sous forme de calendriers ou de cartes postales. Dans la lignée du mouvement Arts and Crafts, Mucha revendique ces travaux publicitaires et ces visuels décoratifs comme un moyen de diffusion du « Beau » auprès du plus grand nombre ; « j'étais heureux de m'être engagé dans un art destiné au peuple et non à des salons fermés », écrira-t-il dans ses Mémoires.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par :

  • : historien du graphisme et de la typographie, diplômé en histoire de l'École des hautes études en sciences sociales, Paris

Classification

Autres références

«  MUCHA ALFONS (1860-1939)  » est également traité dans :

AFFICHE

  • Écrit par 
  • Michel WLASSIKOFF
  •  • 6 822 mots
  •  • 13 médias

Dans le chapitre « L'Art nouveau »  : […] La tendance allant vers une simplification des formes et, partant, vers une plus grande efficacité, est toutefois contrebalancée par les surcharges ornementales de l'Art nouveau, mouvement qui se cristallise sur le plan mondial à la fin du xix e  siècle, et entend se manifester dans tous les domaines des arts majeurs et appliqués. Alfons Mucha, qui réalise à partir de 1894 des affiches de théâtr […] Lire la suite

ART NOUVEAU

  • Écrit par 
  • Françoise AUBRY
  •  • 8 797 mots
  •  • 23 médias

Dans le chapitre « Les moyens de diffusion »  : […] L'Art nouveau s'est diffusé très rapidement dans le monde grâce aux revues illustrées de photographies et aux expositions. En 1893 paraît à Londres The Studio qui affichait la devise «  Use and Beauty  » : elle contribua puissamment à faire connaître les Arts and Crafts. D'autres revues suivirent, comme Dekorative Kunst et sa version française L'Art décoratif , Art et décoration , Innen Dekora […] Lire la suite

GRAPHISME

  • Écrit par 
  • Michel WLASSIKOFF
  •  • 7 446 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « L'avènement de l'Art nouveau »  : […] En Europe, au fil du xix e  siècle, le développement industriel et commercial, encouragé par la libéralisation politique et économique, conduit à un considérable essor de l'affichage, des imprimés administratifs et des travaux de ville – étiquettes, factures, têtes de lettres, etc. À partir des années 1870, grâce à la mise au point de la chromolithographie et des machines à composer, les imprimés […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Michel WLASSIKOFF, « MUCHA ALFONS - (1860-1939) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 04 octobre 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/alfons-mucha/