HALLER ALBRECHT VON (1708-1777)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Physiologiste suisse et écrivain d'expression allemande. Haller commence en 1723 ses études médicales à Tübingen et les termine (1727) à Leyde, auprès de Boerhaave. Il voyage ensuite quelque temps et enseigne l'anatomie à Bâle en 1729. Nommé en 1734 professeur d'anatomie à l'université de Berne, sa ville natale, il part deux ans plus tard pour Göttingen où, durant dix-sept ans, il enseigne la chirurgie, la botanique (il fonde le Jardin des Plantes) et l'anatomie. En 1751, tandis qu'il préside le Collège des chirurgiens de Göttingen, il rédige les règlements de la Société royale de cette ville et en devient le président. Sa santé s'altérant, il regagne Berne en 1753 ; devient membre du Conseil de la ville et capitaine provincial du canton ; il participe activement à l'administration de son pays, réorganise l'université de Lausanne, dirige les salines de Roche. Quelques années plus tard, George II d'Angleterre, qui avait fondé, en 1735, l'Université de Göttingen, lui demande d'y reprendre son enseignement. Mais, touché par l'hommage que lui rend le Sénat de Berne en le mettant en « réquisition perpétuelle », cet esprit encyclopédique, surnommé le « grand Haller », reste à Berne et y termine une vie tout entière consacrée au travail.

Albrecht von Haller

Photographie : Albrecht von Haller

Médecin suisse, Albrecht von Haller (1708-1777) fut d'abord favorable à l'épigenèse. Il devient préformiste après ses études sur le développement de l'embryon de poulet. 

Crédits : Wellcome Collection

Afficher

Outre ses nombreuses recherches, sur l'embryologie (il défend la théorie préformationniste), l'action des sucs digestifs, la formation des os, la respiration, les glandes salivaires, les vaisseaux du cœur, les malformations congénitales, il publie huit livres d'anatomie et discute, en six volumes, l'œuvre de son maître Boerhaave (Commentarii ad Hermanni Boerhaave praelectiones academicas in suas rei medicae institutiones, 1739-1758). Il tente ensuite d'écrire une histoire systématique de la médecine : Methodus studii medici (1751). Il publie, en 1747, une étude sur la physiologie, qu'il traite, pour la première fois, indépendamment de toute considération médicale : Primae Linae physiologiae, mais il donne son chef-d'œuvre avec les huit volumes des Elementa physiologiae corporis humani (1757-1766), rassemblant les connaissances passées et présentes en physiologie, qu'il analyse et commente. En 1753, il montre, dans De partibus corporis humani sensibilibus et irritabilibus, la spécificité de l'« irritabilité » du tissu musculaire, qu'il sépare de la « sensibilité » des nerfs. « Cette force, dit-il, est absolument différente de tout autre propriété des corps connue jusqu'à présent, et l'observation en est nouvelle. Elle ne dépend ni du poids, ni de l'attraction, ni de l'élasticité puisqu'elle est propre à la fibre molle et qu'elle disparaît dans la fibre qui se durcit. » Outre l'irritabilité et la spécificité, il fait intervenir une troisième force vitale, la « contractilité » du tissu conjonctif. Il fonde avec ce travail la physiologie neuro-musculaire.

En botanique, après Enumeratio plantarum horti regii et agri Gottingensis (1753), il publie Icones plantarum Helvetiae fait notable, il refuse la classification de Linné. Outre une correspondance avec les plus grands savants de son temps et un grand nombre d'articles, de comptes rendus, de mémoires, il consacre les dernières années de sa vie à la rédaction d'énormes bibliographies, rassemblant en vingt volumes des dizaines de milliers de références scientifiques : Bibliotheca botanica (1771), Bibliotheca anatomica et Bibliotheca chirurgica (1774), Bibliotheca medicinae practicae (1775), ainsi qu'à écrire des romans : Usong (1771), Alfred (1773), Caton (1774), contrepoint de son poème de jeunesse Die Alpen (1729), qui connut un très vif succès et le rendit célèbre dans le monde littéraire.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages


Écrit par :

Classification

Autres références

«  HALLER ALBRECHT VON (1708-1777)  » est également traité dans :

FOLKLORE

  • Écrit par 
  • Nicole BELMONT
  •  • 12 224 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Histoire du folklore comme discipline »  : […] Il est important de tenter de retracer la préhistoire de l'étude du folklore pour en saisir la spécificité. Lorsque cette discipline est née, au début du xix e siècle, l' ethnologie, en effet, existait déjà, même si elle n'en portait pas encore le nom. Elle s'était constituée à partir de la découverte au xvi e siècle du continent américain. Avec stupeur on avait appris alors l'existence d'une au […] Lire la suite

PHYSIOLOGIE ANIMALE (histoire de la notion)

  • Écrit par 
  • Georges CANGUILHEM
  •  • 4 777 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Définitions de la physiologie »  : […] Le terme de physiologie, dans son sens de « science des fonctions du corps humain en état de santé », semble avoir été utilisé, pour la première fois, par le médecin Jean Fernel (1497-1558), pour désigner, en 1554, dans son livre Universa medicina , la reproduction d'un traité de 1542, De naturali parte medicinae , dont la préface contenait déjà ce terme. Dès lors et depuis, la physiologie a été p […] Lire la suite

PRÉFORMATION ET ÉPIGENÈSE

  • Écrit par 
  • Maria Teresa MONTI
  •  • 6 748 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Observations en faveur de la préformation »  : […] Le naturaliste hollandais Jan Swammerdam (1637-1680) est en général considéré comme l’auteur de l’apport le plus significatif à la théorie de l’emboîtement. Car, en disséquant la chrysalide du ver à soie, il y décèle les organes enveloppés de l’insecte achevé. De cette découverte, il ne tire qu’une conséquence, toutefois révolutionnaire du point de vue scientifique : chrysalide et papillon ne son […] Lire la suite

THÉORIE CELLULAIRE

  • Écrit par 
  • Stéphane SCHMITT
  •  • 3 642 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Premières observations et réflexions sur les constituants du vivant jusqu’en 1800 »  : […] On fait parfois remonter les prémices de la théorie cellulaire à la fin du xvii e  siècle. C’est en effet à cette époque que plusieurs observations importantes furent réalisées à l’aide du microscope. Ce dernier avait été inventé vers 1610 (à peu près en même temps que le télescope), mais ne fut véritablement exploité que quelques décennies plus tard. Ainsi, en 1665, le savant anglais Robert Hook […] Lire la suite

Pour citer l’article

Jacqueline BROSSOLLET, « HALLER ALBRECHT VON - (1708-1777) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 08 décembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/albrecht-von-haller/