BOERHAAVE HERMAN (1668-1738)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Fils d'un pasteur hollandais, Boerhaave perd à dix-huit ans le père qui avait surveillé son éducation et l'avait orienté vers l'état ecclésiastique. Devenu étudiant en philosophie à l'université de Leyde, il soutient en 1690 une thèse sur la distinction de l'esprit et du corps. Il partage ensuite son intérêt entre la théologie et la médecine, vers laquelle il se tourne définitivement après sa thèse : De utilitate explorandorum in aegris excrementorum ut signorum (1693). Sa carrière professorale s'organise progressivement : en 1701, il est chargé d'un cours de médecine à l'université de Leyde où son succès auprès des jeunes est tel que, craignant de le voir accepter les propositions de Gröningen, les curateurs de Leyde lui promettent le premier poste professoral vacant. En 1709, il est nommé à la chaire de botanique et médecine ; en 1714 s'ajoute une chaire de clinique, puis en 1718 la chaire de chimie. Il va, seul pendant dix ans, tenir trois des cinq chaires que comporte la faculté de médecine. Il faut ajouter, surtout dans ses premières années, les enseignements privés qu'il donne chez lui et qui, par leur nouveauté, lui procurent une réputation telle que la faculté compte près de deux mille étudiants, venus, pour la plupart, de tous les pays d'Europe. Boerhaave, en effet, est un remarquable enseignant et un puissant travailleur.

Professeur de botanique, il a la charge du jardin botanique de l'université. Les deux catalogues qu'il en publie en 1710 et 1720 montrent qu'avec plus de deux mille espèces de plus en dix ans, le jardin en a presque doublé le nombre.

Professeur de médecine, il emprunte aussi bien à Hippocrate qu'aux Modernes les faits bien établis qu'il enseigne. Comme Borelli, il est iatromécanicien, c'est-à-dire qu'il explique la physiologie par la mécanique du corps vivant et les maladies par les dérèglements de celle-ci. Il développe la clinique et les observations au lit du malade. Mais la chimie aussi a une part importante dans sa médecine.

Professeur de chimie, c'est là peut-être que son œuvre est scientifiquement la plus importante. Il introduit de [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

  • : ancien professeur de botanique à la faculté des sciences de Paris, membre de l'Académie des sciences

Classification


Autres références

«  BOERHAAVE HERMAN (1668-1738)  » est également traité dans :

AIR, élément

  • Écrit par 
  • Georges KAYAS
  •  • 720 mots

Anaximène (~ 556-~ 480), à la différence de Thalès, enseignait que toute substance provient de l'air ( pneuma ) par raréfaction et condensation ; dilaté à l'extrême, cet air devient feu ; comprimé, il se transforme en vent ; il produit des nuages, qui donnent de l'eau lorsqu'ils sont comprimés. Une compression plus forte de l'eau transforme celle-c […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/air-element/#i_25281

FEU, élément

  • Écrit par 
  • Georges KAYAS
  •  • 636 mots
  •  • 2 médias

Au lieu de l'eau de Thalès et de l'air d'Anaximène, Héraclite d'Éphèse (~ 535-~ 475) pense que le principe de toutes choses est le feu, le Soleil lui-même n'étant qu'une mitraille incandescente. À ces trois éléments Empédocle ajoute la Terre. Dans la cosmogonie platonicienne ( Le Timée ), qui reprend et développe la théorie d'Empédocle, le feu est […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/feu-element/#i_25281

THERMODYNAMIQUE - Histoire

  • Écrit par 
  • Arthur BIREMBAUT
  •  • 8 830 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Évolution de la calorimétrie »  : […] Au xvii e  siècle, avant l'invention du thermomètre, les physiciens ne pouvaient avoir que des idées confuses en ce qui concerne la chaleur ; l'œuvre de Jean-Baptiste Morin (1583-1656), professeur de mathématiques et d'astronomie au Collège royal (l'actuel Collège de France), en témoigne. Dans son Astrologia gallica , publiée en 1661 à La Haye, Mor […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/thermodynamique-histoire/#i_25281

Pour citer l’article

Lucien PLANTEFOL, « BOERHAAVE HERMAN - (1668-1738) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 08 mars 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/herman-boerhaave/