ḤALLĀDJ AL (858 env.-922)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La passion d'al-Ḥallādj

Cette prédication qui rayonnait dans les souks de Bagdad ne tarda pas à soulever contre al-Ḥallādj la triple opposition des milieux mystique, juridique et politique. Et cela sous une triple inculpation : par la publicité faite autour de ses miracles, Ḥallādj s'égalait aux prophètes ; en déclarant, dans un moment d'extase : « Je suis la Vérité » (Anā l-Ḥaḳḳ), il usurpait le pouvoir suprême de Dieu, mettant en danger et la foi musulmane et la sûreté de l'État ; enfin, sa théorie de l'amour divin était considérée par les canonistes comme entachée de manichéisme (zandaḳa) et attentatoire à la transcendance de Dieu.

Autant de motifs qui rendaient al-Ḥallādj passible de mort. Il fut arrêté, accusé d'être un missionnaire carmate et de prétendre que l'obligation légale de l'islam pouvait être interprétée allégoriquement. Son procès traîna. Il sentait que ses ennemis en voulaient à sa vie, qu'ils cherchaient par tous les moyens à le rejeter de la communauté pour pouvoir le mieux condamner. Mais il ne craignait pas la mort, il la désirait même et ne s'était pas fait faute de le leur dire :

Tuez-moi donc, mes féaux camarades, c'est dans mon meurtre qu'est ma vie ; Ma mort, c'est de [sur]vivre, et ma vie, c'est de mourir. Je sens que l'abolition de mon être est le plus noble don à me faire, Et ma survie tel que je suis le pire des torts, Ma vie a dégoûté mon âme parmi ces ruines croulantes, Tuez-moi donc, et brûlez-moi, dans ces os périssables ; Ensuite, quand vous passerez près de mes restes, parmi les tombes abandonnées, Vous trouverez le secret de mon Ami, dans les replis des âmes survivantes.

Al-Ḥallādj fut mis au pilori, puis resta emprisonné pendant huit ans à Bagdad. Un second procès se termina par une sentence capitale : le 27 mars 922, il fut flagellé, mutilé, accroché à un gibet et finalement décapité. Son corps fut brûlé et ses cendres jetées dans le Tigre.

Trois questions se posent qui aideront peut-être à préciser la signification de la vie et de la mort d'al-Ḥallādj.

Tout d'abord, dans quelle mesure peut-on soutenir que ce dernier appartient à [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages


Écrit par :

Classification


Autres références

«  HALLADJ AL (858 env.-922)  » est également traité dans :

MARTYRE DE AL-ḤALLĀDJ

  • Écrit par 
  • Jacqueline CHABBI
  •  • 185 mots

Al-Ḥallādj, « le cardeur de laine », est le surnom de al-Ḥusayn ben Manṣūr, soufi musulman, supplicié à Bagdad, capitale du califat abbasside, en 922. Issu d'une famille persane de religion zoroastrienne convertie à l'islam, al-Ḥallādj est formé à la mystique auprès de maîtres du […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/martyre-de-al-halladj/#i_32354

MAKKĪ ‘AMR BEN ‘UTHMĀN AL- (mort en 909)

  • Écrit par 
  • Roger ARNALDEZ
  •  • 318 mots

Un des maîtres spirituels de l'Orient musulman au ix e  siècle. ‘Amr al-Makkī est disciple de Djunayd. Al-Ḥallādj a vécu près de lui à Bagdad environ dix-huit mois et reçut de lui, dit-on, l'habit des ṣūfī. Mais des dissentiments s'élèvent entre les deux hommes, sans doute pour des raisons personnelles (jalousie de ‘Amr à propos du mariage d'al-Ḥa […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/amr-ben-uthman-al-makki/#i_32354

MASSIGNON LOUIS (1883-1962)

  • Écrit par 
  • Youakim MOUBARAC
  •  • 3 426 mots

Dans le chapitre « La voie mystique »  : […] En dehors du Coran et dans l'ordre du commencement, c'est dans le témoignage des mystiques, et plus spécialement d' al-Ḥallādj, que Massignon aura puisé le plus abondamment à la source sémitique par son orifice arabe. L'importance de son œuvre consacrée au grand mystique « intercis » à Bagdad, en 922, est généralement reconnue comme monographie exhaustive obéissant de manière exemplaire à toutes l […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/louis-massignon/#i_32354

MYSTIQUE

  • Écrit par 
  • Michel de CERTEAU
  •  • 8 610 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Le discours du temps : un itinéraire »  : […] Le paradoxe du « moment » mystique renvoie à une histoire. Ce qui s'impose là est quelque chose qui s'est déjà dit ailleurs et se dira autrement, qui de soi récuse le privilège d'un présent et renvoie à d'autres marques passées ou à venir. La Trace perçue, liée à des rencontres, à des apprentissages, à des lectures, étend la lézarde d'une Absence ou d'une Présence dans tout le réseau des signes c […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/mystique/#i_32354

SOUFISME ou ṢŪFISME

  • Écrit par 
  • Jacqueline CHABBI
  •  • 4 023 mots

Dans le chapitre « Vers un soufisme intégré au sunnisme »  : […] La fin tragique d' Al-Ḥallādj mettait un point final à la mystique de la rupture. Les survivants du mouvement, échappés aux persécutions consécutives à l'exécution, aussi bien que les autres soufis, soit qu'ils demeurent en Irak, soit qu'ils se répandent en diverses contrées (surtout en Iran), n'auront de cesse qu'ils n'obtiennent pour le soufisme un statut de mouvement reconnu et intégré à l'orth […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/soufisme-sufisme/#i_32354

Voir aussi

Pour citer l’article

Georges C. ANAWATI, « ḤALLĀDJ AL (858 env.-922) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 04 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/al-halladj/