SOUFISME ou ṢŪFISME

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

D'origine arabe, le terme de soufisme sert communément à désigner la mystique islamique. Il recouvre et parfois masque une multitude de courants d'importance diverse, souvent divergents dans leur pratique et leur doctrine, échelonnés entre les débuts de l'islam (ier siècle de l'hégire/viie siècle de l'ère chrétienne) et l'époque actuelle. Certains de ces courants n'ont eu qu'une existence éphémère ; d'autres vivent encore aujourd'hui et peuvent se prévaloir d'une antériorité de plusieurs siècles.

Après une maturation lente et difficile, dans un environnement social et religieux d'abord hostile, le soufisme a fini par se faire reconnaître, en tant que tendance religieuse à part entière, dans l'ensemble du monde islamique arabe et non arabe, à partir surtout du vie/xiie siècle. Il suscite cependant encore des réactions de rejet, dont les initiateurs ont été, à l'époque moderne, la Turquie kémaliste, le réformisme musulman et, d'une façon quasi permanente, le shī‘isme. C'est actuellement dans les territoires les plus tardivement islamisés, de l'Afrique noire au domaine indo-malais, que le soufisme, prenant appui sur une pratique intense du prosélytisme maraboutique et sur les ordres « confrériques », est le mieux implanté et le plus vivant. Il s'agit souvent d'un soufisme « populaire », fortement marqué par les contextes locaux et n'ayant guère de rapport avec les spéculations des grands penseurs d'époque classique.

Problèmes de terminologie : soufi, marabout, fakir et derviche

Le terme de soufi, entré dans l'usage français, dérive de l'arabe ṣūfī (le ū est à prononcer ou – pluriel, ṣūfiyya), qui signifie le mystique. L'équivalent de soufisme est le nom verbal taṣawwuf. Le mystique du type ṣūfī peut également être dit mutaṣawwif (pluriel, mutaṣawwifa). Cette famille de mots se rattache, selon l'étymologie la plus vraisemblable, au substantif ṣūf, la laine ou la robe de laine, dans l'expression labisa al-ṣūf (il s'est vêtu de laine). Il s'agit, à l'origine, d'une robe de laine blanche, ensui [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 7 pages





Écrit par :

Classification


Autres références

«  SOUFISME ou SUFISME  » est également traité dans :

AFGHANISTAN

  • Écrit par 
  • Daniel BALLAND, 
  • Gilles DORRONSORO, 
  • Mir Mohammad Sediq FARHANG, 
  • Pierre GENTELLE, 
  • Sayed Qassem RESHTIA, 
  • Olivier ROY, 
  • Francine TISSOT
  • , Universalis
  •  • 34 325 mots
  •  • 21 médias

Dans le chapitre « L'émergence des talibans »  : […] En août 1994, un nouvel acteur apparaît soudainement, les talibans . Ceux-ci s'emparent de la ville de Kandahar en novembre et rétablissent l'ordre dans tout le Sud afghan, ouvrant les routes, éliminant les petits chefs de guerre devenus bandits de grand chemin et imposant partout la charia . Leur image de moines guerriers, intègres et intégristes, est faite. Les talibans exigent la reddition et l […] Lire la suite

BISṬĀMĪ ABŪ YAZĪD ṬAYFŪR IBN ‘ĪSĀ IBN SURŪSHĀN AL- (mort en 857 ou 874)

  • Écrit par 
  • Roger ARNALDEZ
  •  • 322 mots

Mystique musulman qui vit à Bisṭām (Khurāsān) et y meurt. Son enseignement est oral ; on recueille ses maximes, transmises par son neveu et disciple ; on les commente et on en tire même une véritable légende dorée. Al-Bisṭāmī (connu aussi sous le nom de Abū Yazīd) a le sens aigu de la grandeur de Dieu. Il voit la réalité humaine comme un obstacle qu'il faut détruire par le fanā' (« annihilation » […] Lire la suite

CAFÉS LITTÉRAIRES

  • Écrit par 
  • Gérard-Georges LEMAIRE
  •  • 7 804 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre «  Les origines »  : […] Nul ne sait quand le café a été découvert. Un théologien voyageur du xvii e  siècle, Antonio Fausto Nairone, grand connaisseur du Proche-Orient, relate qu'un moine aurait vu ses chèvres s'agiter bizarrement après avoir brouté les feuilles et les graines d'un arbuste. Il prépare une décoction rudimentaire et invente le kawa . Un siècle plus tard, Richard Bradley raconte la même histoire en la rend […] Lire la suite

CHIISME ou SHĪ‘ISME

  • Écrit par 
  • Henry CORBIN, 
  • Yann RICHARD
  •  • 9 424 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Khomeynī et la politisation du shī‘isme »  : […] Au cours de la période 1962-1964, l'āyatollāh Khomeynī , reconnu par certains comme marja‘-e taqlid, prend la tête d'une série de manifestations d'opposition, jusqu'à une véritable émeute en juin 1963. C'est l'époque où le Shāh, pressé par l'administration Kennedy, met en place un train de réformes imposées : d'abord, il fait supprimer la mention du Coran dans les serments des élus aux assemblées […] Lire la suite

CONFRÉRIES MUSULMANES

  • Écrit par 
  • Charles-Robert AGERON
  •  • 1 563 mots

L' Islam ne reconnaît en principe aucun ordre religieux, aucun clergé, aucune hiérarchie spirituelle. Pourtant le mysticisme musulman ou çoufisme (ou soufisme), d'abord individualiste, devait peu à peu, sous l'influence du monachisme oriental, et surtout à partir du xii e siècle, s'organiser en associations admettant l'autorité d'un maître spirituel, pratiquant une discipline et utilisant un ritu […] Lire la suite

CORAN (AL-QURĀN)

  • Écrit par 
  • Régis BLACHÈRE, 
  • Claude GILLIOT
  •  • 13 323 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L'exégèse allégorique et les autres courants »  : […] Les juristes théologiens, qui lisent le Coran en philologues et en juristes, ont tenté d'imposer l'idée que la lecture spiritualiste des mystiques représente une nouveauté qui est étrangère au Coran ; or le commentaire de Muqātil, dont il a été question plus haut, montre que celui-ci lisait le Coran selon une triple méthode, littérale, historique et allégorique. On trouve déjà chez lui les prémic […] Lire la suite

DHIKR

  • Écrit par 
  • Richard GOULET
  •  • 389 mots

Transcrit également zikr , le dhikr désigne en arabe la remémoration, puis la mention arabe du souvenir, spécialement la prière rituelle ou litanie que récitent les mystiques musulmans (soufis) dans le dessein de rendre gloire à Dieu et d'atteindre la perfection spirituelle ; le mot désigne enfin la technique de cette remémoration. Fondé sur les prescriptions coraniques : « Remémore-toi ( udhkur ) […] Lire la suite

DJALĀL AL-DĪN RŪMĪ ou GALAL AL-DIN RUMI (1207-1273)

  • Écrit par 
  • Eva de VITRAY-MEYEROVITCH
  •  • 814 mots

Poète persan né à Balkh, dans le Khorasan, mort à Konya, où son père, Bahā al-Dīn Walad, théologien éminent, avait été invité par le sultan seldjoukide à diriger une madrasa. Après avoir passé plusieurs années d'études à Alep et à Damas, où il rencontra sans doute Ibn al-‘Arabī, Djalāl al-Dīn s'installe à Konya, où il enseigne la jurisprudence et la loi canonique, succédant ainsi à son père et ent […] Lire la suite

DJĀMĪ (1414-1492)

  • Écrit par 
  • Michèle ÉPINETTE
  •  • 258 mots

La famille de Djāmī (Mawlānā Djāmī) est originaire de Dasht, village de la région d'Iṣfahān ; son père quitta Djām pour regagner sa région natale, en compagnie de son fils encore enfant. Djāmī étudiera la littérature et la théologie et adhérera bientôt à la secte sūfi des naqshbandi. Il effectue le pèlerinage à La Mekke, se rend à Damas et à Tabrīz avant de se fixer à Hārat. Sa vie à la cour ne s […] Lire la suite

DJĪLĀNĪ ou JĪLĀNĪ ‘ABD AL-QĀDIR (mort en 1166)

  • Écrit par 
  • Sayed Attia ABUL NAGA
  •  • 261 mots

Docteur ḥanbalite et soufi d'origine persane, ‘Abd al-Qādir al-Djīlānī vécut à Bagdad. Il parvint à concilier l'orthodoxie avec le mysticisme. Il dirigea à Bagdad une école de la secte ḥanbalite et un ribāt (couvent) ; il réunit autour de lui un grand nombre de disciples qui répandirent par la suite ses idées. Pour Djīlānī, le savoir théologique et le raisonnement dogmatique n'ont pas de force sa […] Lire la suite

DJUNAYD ou JUNAYD ABŪ L-QĀSIM AL- (mort en 910)

  • Écrit par 
  • Roger ARNALDEZ
  •  • 280 mots

Soufi, disciple de Sarī al-Saqatī et shaykh d'al-Ḥallādj, né à Nihawand dans le Djibāl (ancienne Médie), mort à Baghdād. Les mystiques le tiennent pour un très grand maître et le rangent, avec Muḥāsibī, parmi les représentants de la tendance modérée. Il eut, en effet, le net sentiment que, sans une nécessaire prudence, le mysticisme peut égarer les croyants hors de la vérité révélée. Il médita le […] Lire la suite

ḤALLĀDJ AL (858 env.-922)

  • Écrit par 
  • Georges C. ANAWATI
  •  • 1 983 mots

Dans le chapitre « Le « cardeur » »  : […] Abū l-Mughīth al-Ḥusayn b. Manṣūr b. Maḥamā al-Bayḍāwi, surnommé al-Ḥallādj, « le cardeur » (des consciences), est né dans un petit village du sud de l'Iran ; il alla très tôt à Wāsiṭ, centre purement arabe, une des principales villes de l'Iraq. Très jeune il se sentit attiré vers une vie consacrée à Dieu seul. En 875, il vint à Bagdad où il fréquenta les milieux ṣūfis, vivant près de Amr al-Makk […] Lire la suite

ḤAQĪQA

  • Écrit par 
  • Roger ARNALDEZ
  •  • 168 mots

Terme arabe qui signifie « réalité » ; il est à rapprocher du mot Ḥaqq , par lequel les mystiques musulmans désignent la Vérité de l'essence divine créatrice et qui forme un couple avec le mot Khalq , l'Univers de la création dans lequel le Ḥaqq s'épiphanise. Dans la terminologie sūfi, il y a trois mots clés qui marquent trois étapes du progrès mystique, et trois niveaux de la réalité ontologique […] Lire la suite

HAQQANI MEHMET NAZIM ADIL AL- cheikh (1922-2014)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 218 mots

Autorité spirituelle du soufisme, branche mystique de l’islam, le chef religieux turc chypriote cheikh Nazim était internationalement respecté. Né le 23 avril 1922 à Larnaca, Mehmet Nazim Adil est lié par sa famille à la longue tradition des confréries soufies ( ṭarīqa ṣūfī ). Il est également rattaché à la « chaîne d’or » des maîtres soufis, initiés l’un après l’autre depuis le prophète Mahomet. […] Lire la suite

HINDĪ LANGUE & LITTÉRATURE

  • Écrit par 
  • Nicole BALBIR, 
  • Charlotte VAUDEVILLE
  •  • 8 338 mots

Dans le chapitre « Origine et évolution »  : […] Du point de vue linguistique, le hindī est une langue indo-aryenne appartenant au groupe occidental des dialectes parlés dans la vallée indo-gangétique et dans l'Inde centrale : sa forme moderne dérive du dialecte sirhindī ou bāngaṛu , parlé dans la région de Mirat et Delhi. Les envahisseurs musulmans, Turcs et Afghans ( xi-xiii e  siècles), appelèrent cette langue simplement hindui  : langue du […] Lire la suite

IBN AL-FĀRIḌ (1181-1234)

  • Écrit par 
  • Georges BOHAS
  •  • 318 mots

Poète ṣūfi. Si l'on excepte deux pèlerinages qu'il a faits à La Mecque, ‘Umar b. Alī (Sharaf al-dīn) Abū l-Qāsim al-Miṣrī al-Sa‘di Ibn al-Fāriḍ mène une vie de retraite sur les collines voisines du Caire, ville où il est né et dans laquelle il revient à la fin de sa vie. « D'une magnifique indépendance de caractère, assez riche, matériellement, pour ne quémander la protection d'aucun mécène, il s' […] Lire la suite

IBN ‘ARABĪ (1165-1241)

  • Écrit par 
  • Osman YAHIA
  •  • 4 419 mots

Prestigieuse figure du soufisme, et l'un des plus grands visionnaires de tous les temps, Ibn ‘Arabī est le théoricien du monisme ontologique et théologal, le grammairien de l'ésotérisme musulman. Sa doctrine a ébranlé le monde de la pensée islamique, suscitant nombre de controverses. Son œuvre, authentique et apocryphe, a dominé la spiritualité islamique depuis le vii e siècle de l'hégire ( xiii […] Lire la suite

ISLAM (La religion musulmane) - Les fondements

  • Écrit par 
  • Jacques JOMIER
  •  • 12 611 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Étapes du développement ultérieur »  : […] Un certain nombre de courants et de phénomènes – soufisme, shī‘isme, développement de la théologie, rencontre avec la civilisation moderne – ont eu sur la religion de l'islam des incidences qu'il convient d'évoquer ici. Malgré la méfiance des juristes qui craignent toujours que les soufis n'en viennent à négliger la loi, le mouvement soufi se développe de façon continue. Outre l'idée de l'amour d […] Lire la suite

ISLAM (La religion musulmane) - Les sciences religieuses traditionnelles

  • Écrit par 
  • Chafik CHEHATA, 
  • Roger DELADRIÈRE, 
  • Daniel GIMARET, 
  • Guy MONNOT, 
  • Gérard TROUPEAU
  •  • 12 202 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La voie spirituelle et le soufisme »  : […] Celui qui aspire à Dieu, le murīd , est généralement désigné comme étant un mutaṣawwif , c'est-à-dire un homme qui entre dans la voie spirituelle, le taṣawwuf , et qui, s'il parvient au terme, sera un ṣūfī . Mais le mot ṣūfī a pris un sens beaucoup plus large ; il s'applique alors à tout musulman qui se place sous la direction et la sauvegarde d'un maître, qui, par le pacte initiatique ( bay‘a , […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Jacqueline CHABBI, « SOUFISME ou ṢŪFISME », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 12 août 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/soufisme-sufisme/