MICHELS ROBERT (1876-1936)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Il appartient à l'école de sociologie élitiste, qui regroupe également Gaetano Mosca et Vilfredo Pareto. Comme ces derniers, il pense que tous les régimes politiques sont oligarchiques et que la démocratie est le plus difficile de tous à mettre en pratique. Mais aux réflexions économiques et sociologiques de Pareto, et aux analyses essentiellement politiques de Mosca, Robert Michels a ajouté une contribution originale en confrontant les principes démocratiques aux réalités des organisations syndicales et politiques. Et il ne cessera pas, à cet égard, de répéter : « Qui dit organisation, dit oligarchie ». Son œuvre principale, publiée en allemand en 1911, s'intitule : Zur Soziologie des Parteiwesens in der modernen Demokratie. Pour la traduction française, parue en 1914 sous le titre Les Partis politiques, l'auteur a choisi ce sous-titre significatif : « Essai sur les tendances oligarchiques des démocraties ».

Né à Cologne dans une famille bourgeoise, de père allemand et de mère italienne, Michels fit des études en Allemagne, en Angleterre et en France avant d'obtenir son premier poste à l'université de Marburg. Il était alors socialiste et il participa aux congrès du Parti social-démocrate de 1903, de 1904 et de 1905 ; il quitta le Parti socialiste en 1907 alors qu'il enseignait à Turin. Michels a décrit son évolution politique dans un essai autobiographique : Eine syndikalistische gerichtete Unterströmung im deutschen Sozialismus (1932). Il a publié de nombreux articles, en particulier dans la revue de Max Weber : Archiv für Sozialwissenschaft und Sozialpolitik. Il publia également les ouvrages suivants : Il Proletario e la borghesia nel movimento socialisto italiano (1908), Die Grenzen der Geschlechtsmoral (1911), L'Imperialismo italiano (1912) et Psychologie der antikapitalischen Massenbewegungen (1925). Mais il doit incontestablement sa célébrité à son ouvrage consacré aux Partis politiques ; le livre porte la trace d'influences diverses : Moïseï Ostrogorski, Georges Sorel, Édouard Berth et Hubert Lagardelle voisinent avec Arturo Labriola, Enrico Leoni, Gaetano Mosca et Vilfredo Pareto, mais également avec Proudhon et Marx. La conception du mode hiérarchique de l'organisation bureaucratique qui s'y trouve exposée est, par ailleurs, profondément marquée par l'apport, en ce domaine, de Max Weber.

Socialiste et démocrate déçu par les pratiques de la social-démocratie allemande, Michels a éprouvé lui-même, avant de l'analyser, la contradiction entre les valeurs démocratiques, qui à ses yeux légitimaient l'action collective, et la nécessité des organisations, qui s'impose à tous ceux qui veulent opérer de profondes transformations sociales. Il a découvert que les nécessités internes des organisations politiques de masse transformaient celles-ci en oligarchies et que la démocratie interne y était sévèrement limitée, sinon supprimée, par ce qu'il a baptisé la « loi d'airain de l'oligarchie ». Les partis qui devraient être les plus démocratiques, c'est-à-dire, pour Michels, les partis socialistes, deviennent des organismes oligarchiques où une minorité toujours relativement petite impose sa direction à la masse de l'organisation et parvient à se perpétuer aux postes de responsabilité. À partir d'exemples empruntés aux organisations allemandes, hollandaises, anglaises ou italiennes, il montre comment la direction des grandes machines politiques est progressivement prise en mains par une classe de dirigeants politiques professionnels qui écarte du pouvoir réel la masse des militants. La centralisation administrative, le contrôle par les dirigeants des principales sources d'information et la discipline de parti finissent par réduire à peu de choses les initiatives de la base. La démocratie, en tant que participation de tous à la direction, cesse alors pratiquement de s'exercer à l'intérieur des partis et des syndicats, et plus encore dans les syndicats et partis ouvriers que dans les autres organisations. La querelle Bernstein-Kausty se profile à l'arrière-plan des analyses où Michels montre l'embourgeoisement des partis qui se voulaient, au départ, révolutionnaires et qui, peu à peu, deviennent les organes de l'opposition parlementaire.

Robert Michels a eu recours, pour expliquer ce processus, à deux [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par :

  • : professeur à l'université de Paris-V, maître de conférences à l'Institut d'études politiques de Paris

Classification

Autres références

«  MICHELS ROBERT (1876-1936)  » est également traité dans :

BUREAUCRATIE

  • Écrit par 
  • Michel CROZIER
  •  • 4 254 mots

Dans le chapitre « La théorie rationaliste »  : […] Ce sont les succès de l'État prussien et de la social-démocratie germanique qui, en lui imposant une image hiérarchique de l'organisation des sociétés modernes, ont sensibilisé le monde intellectuel aux problèmes de la bureaucratie. Max Weber , le fondateur de la théorie de la bureaucratie, a été profondément influencé par cette expérience nationale qu'il a, dans une large mesure, cherché à ration […] Lire la suite

MOBILISATION DES RESSOURCES

  • Écrit par 
  • Olivier FILLIEULE
  •  • 3 808 mots

Dans le chapitre « Critiques et extension du paradigme de la mobilisation des ressources »  : […] L’approche entrepreneuriale de la mobilisation des ressources a d’abord été contestée par des chercheurs pour lesquels l’organisation, au contraire d’être une condition sine qua non de toute mobilisation, contribue à tirer les mécontents de la rue aux salles de réunion. Pour Frances Piven et Richard Cloward, qui reprennent à leur compte les analyses classiques sur « la loi d’airain de l’oligarch […] Lire la suite

Pour citer l’article

Jean-Claude LAMBERTI, « MICHELS ROBERT - (1876-1936) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 05 décembre 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/robert-michels/