ACTINOPTÉRYGIENS

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

Cheirolepis

Cheirolepis
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Actinoptérygiens : cladogramme

Actinoptérygiens : cladogramme
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Polypterus

Polypterus
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Nageoire dorsale de polyptère

Nageoire dorsale de polyptère
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Tous les médias


actinoptérygiens fossiles

Les actinoptérygiens fossiles sont abondants depuis la fin du Dévonien (370 Ma) et souvent représentés par des individus complets. Ainsi, les données paléontologiques ont largement contribué à la connaissance de l'histoire évolutive et de la phylogénie du groupe.

Pteronisculus

Pteronisculus

Dessin

Pteronisculus. Actinoptérygien « primitif » du Trias. L'écaillure n'a été figurée que dans la région antérieure et sur la nageoire caudale. 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

Des écailles d'apparence ganoïde datant du Silurien supérieur (418 Ma) ont été attribuées à un actinoptérygien (Andreolepis) mais pourraient en fait provenir d'un ostéichthyen basal. Bien que généralement fragmentaires, les plus anciens actinoptérygiens certains datent du début du Dévonien (410 Ma). On les reconnaît généralement à leurs écailles ganoïdes, mais leurs dents ne présentent pas le capuchon d'acrodine caractéristique. Dialipina, du Dévonien inférieur, est une forme étrange, également attribuée aux actinoptérygiens en raison de ses écailles ganoïdes typiques, mais qui conserve deux nageoires dorsales, possède une nageoire caudale diphycerque (comme les cœlacanthes) et ne présente pas tous les os dermiques crâniens typiques des ostéichthyens. Dialipina pourrait illustrer la morphologie la plus primitive possible pour les actinoptérygiens, à moins qu'il ne s'agisse d'un ostéichthyen basal généralisé.

On a jadis rassemblé sous le nom de « paléonisciformes » un très grand nombre d'actinoptérygiens fossiles indubitables, partageant, outre des écailles ganoïdes, le capuchon d'acrodine et une unique nageoire dorsale, une morphologie commune, mais à l'évidence primitive pour les actinoptérygiens, comme un maxillaire très élevé postérieurement. Les « paléonisciformes » apparaissent au Dévonien, sont très abondants du Carbonifère au Trias (360-200 Ma), puis disparaissent au début du Crétacé (140 Ma). Il est clair que les « paléonisciformes » ne sont définis par aucun caractère précis et ne constituent pas un groupe monophylétique. On y a rassemblé des actinoptérygiens basaux, des ac [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  ACTINOPTÉRYGIENS  » est également traité dans :

CHONDROSTÉENS

  • Écrit par 
  • Yves FRANÇOIS
  •  • 1 309 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Classification et origine »  : […] Parmi les Actinoptérygiens, les Chondrostéens représentent un groupe monophylétique réunissant les deux familles actuelles et les Chondrostéidés fossiles. Les Paléonisciformes auxquels on les rattachait, en raison de certains caractères primitifs communs, sont eux-mêmes un groupe artificiel d'Actinoptérygiens fossiles encore « généralisés ». Les Chondrostéens possèdent plus de caractères évolués […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/chondrosteens/#i_15584

CROSSOPTÉRYGIENS

  • Écrit par 
  • Philippe JANVIER
  •  • 541 mots

Le nom « crossoptérygidés » ( Crossopterygidae ) a été créé par le paléontologue britannique Thomas Henry Huxley (1825-1895) en 1861, pour désigner un ensemble de poissons comprenant les polyptères actuels ( Polypterus ) et divers poissons fossiles du Paléozoïque (ère primaire), dont des actinoptérygiens primitifs, des actinistiens, des dipneustes primi […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/crossopterygiens/#i_15584

GNATHOSTOMES

  • Écrit par 
  • Philippe JANVIER
  •  • 2 142 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Diversité et phylogénie des gnathostomes actuels »  : […] Les gnathostomes actuels comprennent deux groupes majeurs, les chondrichthyens et les ostéichthyens. Les chondrichthyens (cf. chondrichthyens ) sont représentés par les requins, raies et chimères. Les ostéichthyens (cf. ostéichthyens ) comprennent les actinoptérygiens (cf. actinoptérygiens ) et les sarcoptérygiens (cf. […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/gnathostomes/#i_15584

LAMPRIS GUTTATUS

  • Écrit par 
  • Lionel CAVIN
  •  • 1 044 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Animaux homéothermes et poïkilothermes, endothermes et ectothermes  »  : […] La plupart des mammifères et des oiseaux gardent leur température corporelle à peu près constante : on dit qu’ils sont homéothermes. Ils sont aussi capables de produire de la chaleur grâce à leur activité métabolique : on dit qu’ils sont endothermes. Au contraire, les amphibiens et les reptiles, dans leur grande majorité, ont une température corporelle qui varie avec la température extérieure : i […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/lampris-guttatus/#i_15584

OSTÉICHTHYENS

  • Écrit par 
  • Philippe JANVIER
  •  • 1 139 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Histoire paléontologique des ostéichthyens »  : […] Les plus anciens représentants des deux grands groupes actuels d'ostéichthyens, les actinoptérygiens et les sarcoptérygiens, apparaissent dès le début du Dévonien, il y a 415 millions d'années, voire peut-être à l'extrême fin du Silurien, il y a 418 millions d'années. À cette époque, ils sont essentiellement représentés par les sarcoptérygiens, notamment les précurseurs des dipneustes (cf.  […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/osteichthyens/#i_15584

POISSONS

  • Écrit par 
  • Yves FRANÇOIS, 
  • Pierre-Antoine SAINT-ANDRÉ
  •  • 10 059 mots
  •  • 15 médias

Dans le chapitre « Le tégument et ses annexes »  : […] La peau des Poissons est formée, comme chez tous les Vertébrés, par un épithélium stratifié superficiel, l' épiderme, recouvrant un tissu conjonctif souvent abondamment fibreux, le derme. L'épiderme comporte plusieurs catégories cellulaires : – La couche basale est faite de cellules peu différenciées qui se multiplient activement pour renouveler les cellules anciennes éliminées vers la surface. Ma […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/poissons/#i_15584

TÉLÉOSTÉENS ET HOLOSTÉENS

  • Écrit par 
  • Yves FRANÇOIS, 
  • Pierre-Antoine SAINT-ANDRÉ
  •  • 7 304 mots
  •  • 18 médias

Dans le chapitre « Classification »  : […] Les Téléostéens sont des Actinoptérygiens caractérisés par la possession de grands hypuraux (épines hémales allongées) au niveau de la queue. Cette disposition a pour effet de rendre celle-ci extérieurement symétrique bien que son squelette conserve toujours l'asymétrie primitive rencontrée chez les Ostéostracés et les Gnasthostomes généralisés. Le prémaxillaire mobile et divers autres caractères […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/teleosteens-et-holosteens/#i_15584

Voir aussi

Pour citer l’article

Philippe JANVIER, « ACTINOPTÉRYGIENS », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 23 juillet 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/actinopterygiens/