DÉVONIEN

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le terme Dévonien a été proposé par Adam Sedgwick et Roderick Impey Murchison en 1839 pour désigner la série stratigraphique marine du Devon, dans le sud-ouest de l'Angleterre, qui s'est avérée être contemporaine des Vieux Grès Rouges du pays de Galles, du nord de l'Angleterre et d'Écosse. Il représente un système de l'ère paléozoïque (ère primaire), situé entre le Silurien et le Carbonifère. Il s'étend de — 416 millions d'années (+/—2,8 Ma) à — 359 Ma (+/— 2,5 Ma), soit une durée de quelque 57 Ma. D'après la sous-commission internationale de stratigraphie du Dévonien (SDS, Subcommission on Devonian Stratigraphy), la base du Dévonien coïncide avec la première apparition du graptolite Monograptus uniformis dans le lit no 20 de la coupe de Klonk près de Suchomasty en Bohême (République tchèque). Le point stratotypique mondial (PSM, en anglais GSSP, Global Stratotype Standard-section and Point) correspond à l'apparition du conodonte Icriodus woschmidti postwoschmidti et du trilobite Warburgella rugulosa rugulosa.

Le Dévonien fut longtemps considéré en Europe comme une période transitoire entre les cycles orogéniques calédonien et varisque (hercynien). Certains épisodes tectoniques tels que la phase svalbardienne du Spitzberg (d'âge dévonien tardif à carbonifère précoce) et la phase acadienne tardive du Canada oriental (d'âge néodévonien) se rattachent plutôt au cycle calédonien et à la fin de la fermeture du paléocéan Iapetus tandis que d'autres événements comme la phase majeure tectonométamorphique du Massif central français (env. — 400 à — 360 Ma) se rattachent plutôt au cycle varisque et au début de la fermeture de l'aire océanique rhéique. Quoi qu'il en soit, d'une région à l'autre, le Dévonien se présente souvent sous des faciès très différents, parfois rangés (en Europe) sous les appellations de « magnafaciès » rhénan, hercynien et Vieux Grès Rouges, dont les corrélations biostratigraphiques sont difficiles à établir. Bien que le nom du système soit dérivé d'une région d'Angleterre, c'est dans le massif ardenno-rhénan (Belgique-Allemagne) que le concept de Dévonien est né et c'est de ce massif qu'est sortie la première subdivision (Gédinnien, Siegénien, Emsien, Couvinien, Givétien, Frasnien, Famennien). Au cours du dernier tiers du xxe siècle, les travaux de la SDS ont modifié ce schéma en introduisant notamment des noms issus du Dévonien inférieur du Bassin barrandien en Bohême : Lochkovien et Praguien, venant se substituer, respectivement, au Gédinnien et au Siegénien, et le Couvinien étant remplacé par l'Eifélien. L'échelle standard du Dévonien est désormais fondée sur les conodontes. C'est à cette échelle que se réfèrent les autres échelles fondées sur les ammonoïdes, ostracodes, graptolites, brachiopodes, plantes, vertébrés.... Des progrès ont ainsi été réalisés dans la corrélation des faciès marins profonds (dits « pélagiques »), moins profonds (dits « néritiques ») et non marins (notamment une partie des Vieux Grès Rouges). L'une des caractéristiques du Dévonien est l'existence du magnafaciès des Vieux Grès Rouges (VGR), molasses tardi- et post-tectoniques déposées sur et autour du Continent des Vieux Grès Rouges (résultant de la fermeture du paléocéan Iapetus) ainsi que sur les autres masses continentales contemporaines (partie équatoriale du Gondwana, Chine du Nord, etc.). Un des débats scientifiques concerne l'interprétation des milieux de dépôt de ces VGR : non marins pour certains, partiellement marins pour d'autres.

C'est dans ce contexte des VGR du Dévonien supérieur qu'a pris place le dernier épisode de la terrestrialisation des organismes vivants, le passage de la vie aquatique à la vie terrestre chez les vertébrés : les tétrapodes sont dérivés d'un groupe de sarcoptérygiens particulier, les pandérichthyides, connus dans le Frasnien du Nunavut, de l'est du Canada et des pays Baltes. Néanmoins, si les premiers tétrapodes étaient bien quadrupèdes, ils sont désormais considérés comme ayant été aquatiques (par exemple, Ichthyostega découvert au Groenland et en Belgique). Ils sont actuellement connus dans une douzaine de localités différentes de plusieurs paléomasses continentales : Continent des Vieux Grès Rouges, Chine du Nord, Gondwana est. Ces localités sont d'âge frasnien (Chine, Écosse, Lettonie) et famennien (Pennsylvanie, Groenland, Belgique, Lettonie, Russie d'Europe, Australie). Elles correspondent à des environnements allant du continental (fluviatile, lacustre) au marin proximal (côtier) en passant par des environnements intermédiaires (de plaine alluviale ou estuarien), mais ce sujet fait aussi l'objet de discussions. La répartition quasi mondiale des tétrapodes néodévoniens est un argument en faveur d'une distribution compacte des masses continentales de cette époque, suivant un modèle de type « Pré-Pangée ». C'est aussi au Dévonien qu'apparaissent les hexapodes : Rhyniella, un collembole, et Rhyniognatha, un insecte, dans le Fossil-Lagerstätte éodévonien de Rhynie en Écosse ; des archéognathes probables dans le Fossil-Lagerstätte mésodévonien de Gilboa, dans l'est des États-Unis.

En dehors de la Panthalassa, la plupart des paléocéans hérités du Paléozoïque inférieur se sont fermés au cours du Dévonien, ce qui a abouti à une configuration paléogéographique de type « Pré-Pangée ». C'est dans ce cadre qu'est intervenu le « Great Devonian Interchange » entre les parties septentrionale et méridionale de cette « Pré-Pangée » et en particulier les migrations des poissons. Tous ces événements se déroulent sous un climat globalement chaud responsable du développement de sédiments siliciclastiques oxydés (les VGR) et de roches carbonatées où prolifèrent les formations récifales. En dehors des vertébrés, le necton était constitué d'ammonoïdes prédateurs. La « faune paléozoïque », définie par John Sepkoski et constituée d'invertébrés et de vertébrés ossifiés, était aussi diversifiée qu'au Silurien.

Le Dévonien supérieur est marqué par deux extinctions biologiques : l'une à la limite Frasnien/Famennien, classée parmi les « Big Five » (les cinq extinctions en masse des temps phanérozoïques) ; la seconde à la limite Dévonien-Carbonifère, d'ampleur plus faible. Celles-ci font suite à un épisode d'anoxie de l'océan mondial, l'événement du Kellwasser supérieur et celui du Hangenberg respectivement (définis originellement en Allemagne). La crise Frasnien-Fame [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Écrit par :

  • : docteur ès sciences (doctorat d'État), agrégé de l'Université, directeur de recherche au C.N.R.S.

Classification

Autres références

«  DÉVONIEN  » est également traité dans :

AFRIQUE (Structure et milieu) - Géologie

  • Écrit par 
  • Anne FAURE-MURET
  •  • 18 709 mots
  •  • 22 médias

Dans le chapitre « Seconde étape (Dévonien inférieur-Permien) »  : […] La seconde étape est caractérisée par une instabilité relative du tréfonds traduisant sans doute les premiers frémissements de l'orogenèse hercynienne. Au nord, dans l'Anti-Atlas-Tindouf, cette instabilité se traduit par de fréquents changements de faciès. Au Dévonien inférieur , la sédimentation est schisto-calcaréo-gréseuse avec des discordances locales. Dans l'Ougarta et la Saoura, la série es […] Lire la suite

AMÉRIQUE (Structure et milieu) - Géologie

  • Écrit par 
  • Jean AUBOUIN, 
  • René BLANCHET, 
  • Jacques BOURGOIS, 
  • Jean-Louis MANSY, 
  • Bernard MERCIER DE LÉPINAY, 
  • Jean-François STEPHAN, 
  • Marc TARDY, 
  • Jean-Claude VICENTE
  •  • 24 183 mots
  •  • 21 médias

Dans le chapitre « Le Paléozoïque »  : […] Au cours du Primaire, la partie occidentale de l'Amérique du Sud connaît une évolution dont le terme est un édifice montagneux de type alpin, à double déversement, en relation avec la collision des cratons afro-brésilien – qui ne se sépareront qu'au cours du Secondaire – et australien. Les deux chaînes élémentaires du système, Bolivianides à l'est, Cuyanides à l'ouest, se disposent de part et d'a […] Lire la suite

ASIE (Structure et milieu) - Géologie

  • Écrit par 
  • Louis DUBERTRET, 
  • Guy MENNESSIER
  • , Universalis
  •  • 7 907 mots

Dans le chapitre « Dévonien (410-360 Ma) »  : […] Au Dévonien inférieur, le tracé des zones subsidentes ne change pas, mais la mer se retire de la Sibérie orientale. Au Dévonien moyen et supérieur, la mer revient sur la Sibérie extrême-orientale (massif de Verkhoïansk) en dirigeant vers le sud et en enserrant une grande île (massif de la Kolyma). À l'ouest également, des fragments du bouclier sibérien émergent dans la région de Tobolsk ; la tran […] Lire la suite

COLONISATION DES PLANTES AU DÉVONIEN ET CLIMAT

  • Écrit par 
  • Guillaume LE HIR
  •  • 429 mots
  •  • 1 média

Si les premiers indices de l'existence de plantes remontent à plus de 470 millions d'années (Ma), ce n'est que durant le Dévonien (de 416 à 359 Ma) que les plantes sont devenues suffisamment abondantes pour transformer le paysage désertique des continents en un couvert végétal propice à une vie terrestre riche et complexe. Trois grands types de végétation se sont succédé au Dévonien. Tout d'abord […] Lire la suite

COUVINIEN

  • Écrit par 
  • Jacques PHILIPPON
  •  • 283 mots

Étage appartenant au Dévonien moyen et existant surtout en Belgique. La série couvinienne est décrite, en 1862, par J. B. d'Omalius d'Halloy : « Elle est principalement composée de schistes, ordinairement gris, quelquefois noirâtres, contenant souvent des noyaux, des amas ou des bancs de calcaires. Ceux-ci se trouvent ordinairement dans la partie moyenne du système. Les schistes de la partie infér […] Lire la suite

EUROPE - Géologie

  • Écrit par 
  • Jean AUBOUIN, 
  • Pierre RAT
  •  • 10 015 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Au sud, la ceinture hercynienne mobile »  : […] Sur la marge sud du continent, par exemple dans le sud-ouest de la Grande-Bretagne où a été défini le stratotype du Dévonien, s'entassent de grandes épaisseurs de dépôts détritiques venus du continent et issus de matériaux d'origine volcanique. Aux points où cette sédimentation compensait la subsidence, ou bien sur ceux que les déformations de la marge maintenaient en eau peu profonde, des format […] Lire la suite

EXTINCTIONS BIOLOGIQUES

  • Écrit par 
  • Eric BUFFETAUT, 
  • Valérie CHANSIGAUD
  •  • 8 280 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Une grande extinction durant le Dévonien »  : […] La grande extinction qui précéda celle de la limite Permien-Trias eut lieu il y a 374 millions d'années, à la transition entre deux étages de la période dévonienne : le Frasnien et le Famennien. Il ne s'agit donc pas là d'une limite stratigraphique majeure, mais cette extinction en masse n'en fut pas moins importante. Cette dernière a surtout affecté le domaine océanique puisque, à cette époque, l […] Lire la suite

MONILOPHYTES ou POLYPODIOPHYTES

  • Écrit par 
  • Jean-Yves DUBUISSON, 
  • Sabine HENNEQUIN
  •  • 6 524 mots
  •  • 12 médias

Dans le chapitre « Évolution et diversité passée »  : […] Les Monilophytes sont des plantes vasculaires, tout comme les Lycophytes et les Spermatophytes. Elles se rapprochent des Lycophytes par un stade « spores libres », à la différence des Spermatophytes qui sont des plantes à graines. Elles se distinguent cependant des Lycophytes par la présence d’une vraie feuille et par plusieurs caractères anatomiques qu’elles partagent avec les Spermatophytes. D’ […] Lire la suite

OSTÉICHTHYENS

  • Écrit par 
  • Philippe JANVIER
  •  • 1 140 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Histoire paléontologique des ostéichthyens »  : […] Les plus anciens représentants des deux grands groupes actuels d'ostéichthyens, les actinoptérygiens et les sarcoptérygiens, apparaissent dès le début du Dévonien, il y a 415 millions d'années, voire peut-être à l'extrême fin du Silurien, il y a 418 millions d'années. À cette époque, ils sont essentiellement représentés par les sarcoptérygiens, notamment les précurseurs des dipneustes (cf.  dipneu […] Lire la suite

PALÉOZOÏQUE ou ÈRE PRIMAIRE

  • Écrit par 
  • Alain BLIECK
  •  • 10 611 mots
  •  • 10 médias

Dans le chapitre « Les plantes (Plantae) »  : […] Le reste le plus ancien qui ait été attribué à une plante est Aldanophyton du Cambrien de Sibérie, mais il est douteux. De ce fait, les restes les plus anciens qui sont reconnus aujourd'hui comme appartenant aux plantes sont des microfossiles dispersés (des cryptospores, une catégorie particulière de spores, et des phytodébris) interprétés comme provenant d'embryophytes (bryophytes ou trachéophyt […] Lire la suite

Pour citer l’article

Alain BLIECK, « DÉVONIEN », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 02 décembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/devonien/