TASMAN ABEL (1603-1659)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Navigateur et explorateur hollandais, né vers 1603 à Lutjegast, près de Groningue, probablement mort avant le 22 octobre 1659, certainement avant le 5 février 1661.

Entré au service de la Compagnie hollandaise des Indes orientales vers 1633, Abel Janszoon Tasman accomplit son premier voyage d'exploration dans l'île de Céram (auj. Seram, en Indonésie) en tant que capitaine de la Mocha en 1634. Cinq ans plus tard, il navigue sous les ordres de Mathijs Hendrickszoon Quast lors d'une expédition partie à la recherche des hypothétiques îles de l'or et de l'argent à l'est du Japon, puis participe à une série d'expéditions commerciales au Japon, à Formose, au Cambodge et à Sumatra. Le gouverneur-général des Indes orientales hollandaises, Anthony van Diemen, lui confie alors le commandement du plus ambitieux voyage d'exploration hollandais dans l'hémisphère Sud.

En 1642, des navigateurs hollandais ont déjà découvert plusieurs pans discontinus de la côte occidentale de l'Australie mais ils ignorent si ces terres sont insulaires ou rattachées à l'hypothétique continent austral du Pacifique. Tasman est chargé d'élucider la question en suivant des instructions tirées du journal de Frans Jacobszoon Visscher, son premier pilote. Il a ainsi pour ordre d'explorer l'océan Indien d'ouest en est, au sud de la route commerciale habituelle, de poursuivre vers l'est (si cela s'avère possible) pour vérifier s'il existe un passage maritime praticable vers le Chili, de redécouvrir les îles Salomon aux mains de la Couronne espagnole et enfin d'explorer la Nouvelle-Guinée.

Partant de Batavia (actuelle Djakarta, Indonésie) le 14 août 1642 avec deux navires, le Heemskerk et le Zeehaen, Tasman fait voile vers l'île Maurice (5 septembre-8 octobre), avant de mettre le cap vers le sud, puis l'est, atteignant ainsi la latitude la plus australe de son périple, soit 490, vers la longitude 940 est. Gouvernant ensuite vers le nord, il aborde le 24 novembre à une terre importante, située à 42020' de la latitude sud. Après en avoir contourné les côtes méridionales, il la baptise terre de Van Diemen (auj. Tasmanie, pour lui rendre hommage). Le 5 décembre, un conseil d'officiers décide de ne pas poursuivre les investigations, si bien que Tasman ne découvre pas le détroit de Bass. Poursuivant vers l'est, il touche le 13 décembre, à 42010' de la latitude sud, la côte de l'île du Sud de l'actuelle Nouvelle-Zélande et l'explore en remontant vers le nord, pénétrant dans le détroit qui la sépare de l'île du Nord et qu'il prend pour une baie. Il repart le 4 janvier 1643, quittant le cap nord de la Nouvelle-Zélande avec l'impression d'avoir probablement découvert la côte occidentale du continent austral, qui pourrait être relié au Staten Landt (île Staten) découvert par Willem C. Schouten et Jakob Le Maire à la pointe sud de l'Amérique du Sud. C'est cette fausse impression qui amène Tasman à baptiser ce territoire Staten Landt.

Convaincu par la houle qu'un passage vers le Chili existe bel et bien, Tasman fait désormais cap vers les nord-est. Il découvre ainsi Tonga le 21 janvier et les îles Fidji le 6 février. Faisant voile vers le nord-est, ses navires atteignent les eaux de la Nouvelle-Guinée le 1er avril et Batavia le 14 juin 1643, achevant ainsi un voyage de dix mois au cours duquel seuls dix hommes sont morts de maladie. Tasman a ainsi fait le tour de l'Australie sans la découvrir, établissant par là même que cette contrée était séparée de l'hypothétique continent austral.

Le conseil de la Compagnie hollandaise des Indes orientales décide néanmoins que Tasman a fait preuve de négligence dans l'exploration des terres qu'il a découvertes et du passage vers le Chili. Il le charge donc de mener une nouvelle expédition vers la terre du Sud en 1644 avec ordre d'établir les éventuels liens entre la Nouvelle-Guinée, la grande terre inconnue du Sud (Australie occidentale), la terre de Van Diemen et la terre australe inconnue. Tasman quitte Batavia le 29 février, faisant voile vers le sud-est. Il longe ainsi la côte méridionale de la Nouvelle-Guinée, puis pénètre dans le détroit de Torres (qu'il prend po [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  TASMAN ABEL (1603-1659)  » est également traité dans :

DÉCOUVERTE DE L'AUSTRALIE

  • Écrit par 
  • Pascal BURESI
  •  • 185 mots

En 1605, le Hollandais Willem Jansz pénètre dans le golfe de Carpentarie, sur la côte septentrionale de l'Australie, qu'il baptise Nouvelle-Hollande. À partir de cette date, sous l'égide de la Compagnie hollandaise des Indes orientales fondée en 1602, débute l'exploration plus systématique des côtes de ce nouveau continent, baptisé Terra australis incognita , dont l'existence avait déjà été presse […] Lire la suite

DÉCOUVERTES GRANDES

  • Écrit par 
  • Frédéric MAURO
  •  • 7 962 mots
  •  • 14 médias

Dans le chapitre « Les successeurs : les grands explorateurs »  : […] Vers 1600, l'Européen se fait une idée d'ensemble assez exacte de la Terre. Cependant beaucoup de régions demeurent inconnues. Au début du xvii e  siècle, on se préoccupe de trouver vers le nord des passages vers l'Asie. Après Jacques Cartier, les Anglais Frobisher et Davis (1576 et 1587) avaient exploré le Nord-Ouest. Leurs efforts sont suivis de ceux d'Hudson (1610) et de Baffin (1616), qui éten […] Lire la suite

NOUVELLE-ZÉLANDE

  • Écrit par 
  • Daniel de COPPET, 
  • Jean-Pierre DURIX, 
  • Alain HUETZ DE LEMPS, 
  • Isabelle MERLE
  •  • 12 866 mots
  •  • 10 médias

Dans le chapitre « La difficulté d'écrire dans un univers de pionniers »  : […] Comme dans nombre d'autres territoires de l'Empire britannique, ce sont les témoignages des pionniers blancs tels Lady Barker (pseudonyme de Mary Ann Stewart, 1831-1911) avec Station Life in New Zealand (1870) et John Logan Campbell (1817-1912) avec Poenamo (1881) qui fournissent les premières œuvres littéraires publiées. The Long White Cloud (1898) de William Pember Reeves (1857-1932) témoign […] Lire la suite

PACIFIQUE HISTOIRE DE L'OCÉAN

  • Écrit par 
  • Christian HUETZ DE LEMPS
  •  • 7 282 mots
  •  • 20 médias

Dans le chapitre « Le Pacifique des Espagnols et des Hollandais (XVIe s.-XVIIe s.) »  : […] L'extraordinaire exploit de Magellan ouvrait d'immenses perspectives aux Espagnols, en particulier lorsque ceux-ci se furent assurés le contrôle de toute la côte pacifique de l'Amérique, de la Californie au sud du Chili, avec la conquête du Mexique (Hernán Cortés, de 1518 à 1524), du Pérou (Francisco Pizarro et Diego de Almagro, de 1531 à 1541) et du Chili (Pedro de Valdivia, de 1540 à 1553). Mai […] Lire la suite

Pour citer l’article

Helen Margaret WALLIS, « TASMAN ABEL - (1603-1659) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 20 mai 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/abel-tasman/