SAINT-GALL ABBAYE & CANTON DE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

L'abbaye de Saint-Gall est l'un des plus anciens et des plus prestigieux centres monastiques d'Europe. Elle fut fondée, vers 613, par l'Irlandais Gall, disciple de saint Colomban. D'abord ermite, Gall anime ensuite, jusqu'à sa mort en 630 ou en 645, une communauté de douze religieux. Pillé à deux reprises, au cours du viie siècle puis entre 709 et 712, le monastère, d'où la vie religieuse avait disparu, est relevé et, vers 747, le moine Otmar y introduit, sur ordre de Pépin le Bref, la règle de saint Benoît. Jusqu'au début du ixe siècle, Saint-Gall relève de l'évêché de Constance, mais administre librement ses biens qui s'étendent des deux côtés du Rhin et que des donations accroissent considérablement. Le monastère obtient le droit de désigner son abbé et, en 818, Louis le Débonnaire lui confère l'immunité. L'abbaye royale entre alors dans une période florissante, qui culmine, entre 830 et 920, sous les abbés Grimald, Hartmut, Bernhart et Salomon. Autour de ses bâtiments, de son église, de sa bibliothèque, prospèrent des écoles de chant, d'enluminure et surtout un atelier de copistes, renommés dans toute la chrétienté occidentale.

Le début du xe siècle amorce le déclin de Saint-Gall, précipité par les invasions des Hongrois, qui incendient le monastère en 937, par la montée des féodaux laïques, par l'amenuisement des ressources et le relâchement de la discipline. Un redressement s'opère, à la fin du siècle, dans le domaine économique, mais Saint-Gall, d'abord ouvert aux gens de toutes conditions, devient une maison « noble », ce qui nuit à la vie conventuelle. Les abbés, qui ont écarté la réforme de Cluny et embrassé le parti des empereurs, sont de plus en plus accaparés par le gouvernement et la défense militaire d'une vaste principauté. Ils deviennent avant tout des souverains temporels. Les dissensions politiques, l'incendie des bâtiments (1314) accentuent la décadence intellectuelle et favorisent les tentatives d'émancipation des bourgeois de Saint-Gall et des vassaux. Saint-Gall passe pratiquement sous le contrôle de l'évêque de Constance et de l'abbé d'Einsiedeln. Au lendemain du nouvel incendie de 1418, Heinrich von Mansdorf, prieur du monastère de Sankt Blasien, rétablit la situation au cours de son règne abbatial (1419-1426) et son œuvre est consolidée par Ulrich Rösch (1463-1491).

La maison traverse, sans dommages, la crise de la Réforme et la discipline claustrale est rétablie dans l'esprit du Concile de Trente. Saint-Gall retrouve sa prééminence avec la nomination de l'abbé comme directeur de la Congrégation suisse des bénédictins, fondée en 1601. L'abbaye dispense, dans ses écoles et par son imprimerie, organisée en 1640, la doctrine de la Contre-Réforme. Le xviiie siècle est une ère de faste matériel, avec les constructions de l'abbé bâtisseur Caelestin Gugger von Staudach (1740-1767). Elles ruinent la communauté et suscitent de violentes dissensions internes. Lorsque les troupes du Directoire occupent Saint-Gall, le 6 mai 1798, la plupart des moines, précédés par la bibliothèque et les archives, ont déjà fui vers l'Allemagne devant la menace française. La République helvétique autorise le retour des religieux (9 oct. 1801), mais, le 8 mai 1805, le grand conseil du canton de Saint-Gall prononce la suppression de l'abbaye et la confiscation de ses biens, mettant fin à 1 192 ans d'histoire monastique.

L'histoire architecturale de Saint-Gall reflète les vicissitudes de plus d'un millénaire. Le sanctuaire de bois du fondateur fut remplacé, sous l'abbé Otmar, par une nef de maçonnerie flanquée d'un hospice et d'une léproserie. L'abbatiale de Gozbert, édifiée de 830 à 835, marque une étape fondamentale. Cette basilique au plan en croix, richement décorée, va rester en effet, malgré les incendies et les remaniements de l'époque gothique, le noyau d'un ensemble qui ne sera profondément transformé qu'après 1626 et que l'on entourera de tout un complexe résidentiel. Les constructions actuelles remontent, avec l'église, les logements conventuels, la bibliothèque, le palais abbatial, au xviiie siècle baroque (1755-1768).

Abbaye de Saint-Gall

Photographie : Abbaye de Saint-Gall

Façade de l'église de l'abbaye de Saint-Gall, devenue cathédrale en 1836, Suisse. 1755-1768. 

Crédits : CSP_olegmit/ Fotosearch LBRF/ Age Fotostock

Afficher

L'évolution de l'abbaye est inséparable du destin politique des terres qui lui étaient soumises. Avec l'accession du supérieur du monastère à la dignité de prince-abbé, en 1207, la mosaïque éparse des fiefs commence à se souder en un État abbatial, nanti des droits régaliens de battre monnaie et de rendre la justice. Les abbés, relevant du Saint-Empire, arrondissent leur domaine initial, l'Alte Landschaft, autour de la ville de Saint-Gall, par une série d'acquisitions (cité de Wil ; comté de Toggenbourg, en 1468). Ils doivent résister à la fois à la pression des Habsbourg et aux velléités d'indépendance de leurs sujets. C'est ainsi qu'en 1291, l'abbé Wilhelm von Montfort dut accorder une charte de franchise aux habitants de Saint-Gall. Lorsque la Suisse primitive s'émancipe de la sujétion des Habsbourg et forme la première Confédération, agrandie par des alliances nouées avec des cités et d'autres cantons, Saint-Gall cherche un appui auprès d'elle. Ce rapprochement fut sanctionné, le 14 août 1451, par un traité d'alliance perpétuelle avec Schwyz, Lucerne, Zurich et Glaris. L'abbaye devint ainsi le premier pays allié de la Confédération et le resta jusqu'en 1798. Elle fournissait aux Suisses des contingents militaires et participait à leurs diètes, tout en gardant avec l'Empire un lien très lâche de dépendance. Les domaines conquis par l'État abbatial, partiellement passés à la Réforme, avaient, de leur côté, des liens particuliers avec les cantons. Dès 1718, le Toggenbourg eut une constitution avec une assemblée représentative, alors que les princes-abbés régnaient en souverains absolus sur l'Alte Landschaft. L'Acte de médiation de Bonaparte (1803), qui réorganisait la Confédération, faisait accéder au statut de canton souverain les anciens pays alliés et sujets, particulièrement le territoire de Saint-Gall. Le dernier abbé refusa de le reconnaître.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  SAINT-GALL ABBAYE & CANTON DE  » est également traité dans :

CAROLINGIENS

  • Écrit par 
  • Robert FOLZ, 
  • Carol HEITZ
  •  • 12 138 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Bâtir « more romano » »  : […] Les églises construites more romano se multiplient au ix e  siècle, en Allemagne surtout. Citons l'immense cathédrale de Fulda, commencée au viii e  siècle et terminée en 819. Son unique transept, occidental, semble imité de celui de Saint-Pierre de Rome. Deux cryptes, l'une à l'est, l'autre à l'ouest, maintiennent cette espèce de symétrie chère aux bâtisseurs carolingiens. La cathédrale de Colo […] Lire la suite

CLOÎTRES

  • Écrit par 
  • Léon PRESSOUYRE
  •  • 5 530 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Les silences de la Règle »  : […] Sur la transmission éventuelle des formules syriennes à l'Occident, on en est réduit aux conjectures, à cause d'un hiatus archéologique de plusieurs siècles : nous ne connaissons guère la disposition des cloîtres d'Occident avant l'époque carolingienne. On ne peut invoquer jusque-là ni le témoignage des monuments (le cloître de l'abbaye des Trois-Fontaines à Rome ne saurait dater, comme on l'a cru […] Lire la suite

CLUNY

  • Écrit par 
  • Jacques DUBOIS, 
  • Carol HEITZ
  •  • 3 328 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Cluny II (ou Saint-Pierre-le-Vieux) »  : […] Un premier coup d'œil sur le plan du monastère (connu grâce à une restitution par Conant) indique une parenté évidente avec le plan idéal de Saint-Gall (env. 820). Le cloître se trouve sur le flanc sud de l'église ; il comporte dans son aile orientale, au rez-de-chaussée, la salle capitulaire et l'auditorium ; à l'étage, le dortoir ; l'aile sud tout entière est occupée par le réfectoire ; enfin u […] Lire la suite

HÔPITAL & HOSPICE, architecture

  • Écrit par 
  • Claire VIGNES
  •  • 1 272 mots
  •  • 1 média

L'organisation de l'assistance n'est pas propre au monde médiéval. La Grèce antique avait créé un organisme comme le Prytanée, où le citoyen ayant mérité de la patrie pouvait trouver les soins dont il avait besoin. Des traitements médicaux étaient dispensés dans des cliniques privées ou iatreia . Dans les asklepieia , sortes de lieux de pèlerinage, le malade venait chercher auprès des prêtres du d […] Lire la suite

MONASTIQUE ARCHITECTURE

  • Écrit par 
  • Carol HEITZ
  •  • 8 284 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « Le plan de Saint-Gall »  : […] De cette époque, on possède un document insigne : le plan de Saint-Gall, plan de monastère idéal, envoyé, entre 818 et 823, à l'abbé de Saint-Gall par Heito, évêque de Bâle et abbé du couvent de la Reichenau. Comme l'indique la dédicace, ce plan, véritable synthèse des deux synodes tenus à Aix, devait servir de modèle à Gozbert lors de la construction de son nouveau monastère. Les fouilles pratiqu […] Lire la suite

Pour citer l’article

Paul GUICHONNET, « SAINT-GALL ABBAYE & CANTON DE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 02 décembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/abbaye-et-canton-de-saint-gall/