FRÉONS

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Nom commercial des chlorofluorocarbures (CFC). Ce sont des composés incolores, inodores, ininflammables, non corrosifs à l'état gazeux ou liquide. Les Fréons ne sont pas toxiques par eux-mêmes, mais certains de leurs produits de décomposition peuvent être dangereux.

Les premiers membres de ce groupe apparurent comme réfrigérants dans les années 1930. On les utilise encore parfois comme gaz propulseurs des aérosols, comme matière première dans la synthèse de composés organiques, comme solvants, comme extincteurs et comme agents d'expansion dans les mousses de matières plastiques.

Les Fréons sont conventionnellement notés Fabc, où a = (nombre de C) — 1, b = (nombre de H) + 1 et c = nombre de F. Si a est égal à 0, il est omis dans la formule.

Les membres les plus importants du groupe sont le Fréon 12 (dichlorodifluorométhane), le Fréon 11 (trichlorofluorométhane), le Fréon 22 (chlorodifluorométhane), le Fréon 114 (dichlorotétrafluoroéthane) et le Fréon 113 (trichlorotrifluoroéthane).

vidéo : Couche d'ozone

Couche d'ozone

Rôle protecteur de la couche d'ozone. Les menaces qui pèsent sur elle.L'ozone est une molécule gazeuse composée de trois atomes d'oxygène. Il se concentre naturellement dans la stratosphère pour y former une véritable couche.Lorsque les rayons ultraviolets touchent l'atmosphère, ils... 

Afficher

Les Fréons sont susceptés de provoquer à haute altitude (stratosphère) la dégradation de l'ozone (O3) qui protège la Terre en absorbant les rayonnements ultraviolets de haute énergie.

—  Bernard CARTON

Écrit par :

Classification

Autres références

«  FRÉONS  » est également traité dans :

FLUOR

  • Écrit par 
  • Josik PORTIER
  • , Universalis
  •  • 2 403 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Propriétés chimiques »  : […] La chimie du fluor a commencé à se développer pendant la Seconde Guerre mondiale, en Allemagne, où le fluor était utilisé pour la préparation de fluorures de chlore aux propriétés incendiaires, et aux États-Unis, pour la synthèse de l'hexafluorure d'uranium destiné à la séparation isotopique de l'uranium. L' extrême réactivité du fluor, due partiellement à sa grande électronégativité et à la relat […] Lire la suite

FLUORURE D'HYDROGÈNE

  • Écrit par 
  • Bernard CARTON
  •  • 617 mots

Formule brute : HF Masse moléculaire : 20,01 g Point d'ébullition : 19,5 0 C Point de fusion : — 83,1 0 C Température critique : 188 0 C. Gaz incolore d'odeur piquante fumant dans l'air. Le fluorure d'hydrogène bout déjà à la température ordinaire, mais, refroidi, il forme un liquide léger, mobile et très hygroscopique. Au point d'ébullition et sous forte pression, il a un poids moléculaire corres […] Lire la suite

PARTICULES ÉLÉMENTAIRES - Détecteurs de particules

  • Écrit par 
  • Pierre BAREYRE, 
  • Jean-Pierre BATON, 
  • Georges CHARPAK, 
  • Monique NEVEU, 
  • Bernard PIRE
  •  • 10 949 mots
  •  • 14 médias

Dans le chapitre « La chambre à bulles »  : […] Inventée en 1952 par le physicien américain D. Glaser, la chambre à bulles a été l'un des détecteurs les plus employés sur les aires expérimentales entre les années 1955 et 1970. Remplacée par les détecteurs électroniques aux possibilités plus diversifiées et au rendement très nettement supérieur, elle a gardé jusqu'au milieu des années 1980 un intérêt particulier pour certains types d'expérience […] Lire la suite

POLLUTION

  • Écrit par 
  • François RAMADE
  •  • 20 855 mots
  •  • 21 médias

Dans le chapitre « Dérivés du soufre, de l'azote, du fluor »  : […] L' anhydride sulfureux (SO 2 ) constitue le polluant atmosphérique dont l'impact sur l'ensemble des êtres vivants est de loin le plus préoccupant. Ce gaz se transforme rapidement dans l'air en acide sulfurique, très hygroscopique, qui joue un rôle essentiel dans la formation des smogs acides, brouillards propres aux milieux urbains des régions à climat tempéré froid où sévit une forte pollution […] Lire la suite

SIMULATION, chimie

  • Écrit par 
  • Pierre LASZLO
  •  • 1 324 mots

Dans le chapitre « Simulation de l'atmosphère terrestre »  : […] Un exemple d'un système chimique sur lequel des simulations nous ont beaucoup appris est l'atmosphère terrestre. Y coexistent, avec des poussières, des molécules à l'état de gaz. On y trouve, outre l'azote et l'oxygène, de nombreuses autres composantes, qui se chiffrent en centaines, sinon en milliers d'espèces chimiques distinctes : de l'eau, du dioxyde de carbone CO 2 et du monoxyde de carbone […] Lire la suite

Pour citer l’article

Bernard CARTON, « FRÉONS », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 21 octobre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/freons/