KALDOR NICHOLAS (1908-1986)

Économiste britannique d'origine hongroise, Nicholas Kaldor, né à Budapest en 1908, est mort à Cambridge en 1986. Professeur à l'université de Cambridge (1952), conseiller des gouvernements travaillistes de l'après-guerre et de nombreux pays, membre de la Chambre des lords (1974), il contribue à l'évolution de la théorie économique dans des domaines aussi divers que la concurrence imparfaite, la théorie du capital ou celle des cycles économiques. Il est également le théoricien et le défenseur d'un système fiscal où les contribuables ne seraient plus imposés sur leurs revenus mais sur leurs dépenses (Expenditure Tax, 1955), ce qui permettrait de ne pas pénaliser l'épargne, ni donc l'investissement.

Toutefois, la contribution décisive de Nicholas Kaldor reste sa théorie de la répartition et de la croissance élaborée pendant les années 1950. Alors que les théories conçues dans l'entre-deux-guerres — tant néo-classique que keynésienne — restent strictement statiques, Nicholas Kaldor va tenter de répondre à la question, essentielle pendant les années de forte croissance de l'après-guerre : quels sont les rapports entre la croissance, la productivité et la répartition des revenus ?

La théorie kaldorienne de la répartition repose sur la constatation que les détenteurs de profit, les entreprises ou les propriétaires de capitaux, épargnent davantage leurs revenus que les salariés. Il s'ensuit qu'à chaque configuration de la répartition du revenu correspond un montant d'épargne, et donc d'investissement, différent. Comme le niveau de l'emploi et la croissance dépendent du niveau de l'investissement, il existe une relation entre la répartition des revenus et la croissance. Une fois cette relation entre la répartition du [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages


Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis



Écrit par :

  • : professeur de sciences économiques à l'université de Nantes

Classification


Autres références

«  KALDOR NICHOLAS (1908-1986)  » est également traité dans :

L'ACCUMULATION DU CAPITAL, Joan Violet Robinson - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Jean-Marc DANIEL
  •  • 1 007 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Un style atypique, catalyseur de controverse »  : […] un style narquois et ironique lui donnent moins d'impact dans le milieu universitaire que les articles publiés en 1956 sur le même sujet par Nicolas Kaldor, un autre cambridgien célèbre. Il est toutefois à l'origine de la célèbre « controverse des deux Cambridge ». Dans les années 1960, les économistes de la Cambridge américaine s'opposent à ceux […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/l-accumulation-du-capital-joan-violet-robinson/#i_17665

ÉCONOMIE (Histoire de la pensée économique) - Keynésianisme

  • Écrit par 
  • Olivier BROSSARD
  •  • 8 210 mots

Dans le chapitre « La pensée cambridgienne »  : […] Les cambridgiens répondent à cette argumentation par une double critique. Kaldor insiste, pour sa part, sur le fait que l'ajustement s'opère non pas par la modification du coefficient de capital, mais par la modification de la propension globale à épargner. Son argument se fonde sur l'idée que la propension à épargner des salariés est supérieure à […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/economie-histoire-de-la-pensee-economique-keynesianisme/#i_17665

SPÉCULATION

  • Écrit par 
  • Dominique PLIHON
  •  • 2 224 mots

La définition de la spéculation donnée par Nicholas Kaldor en 1939 est devenue classique : « achat ou vente de biens avec intention de revente (ou de rachat) à une date ultérieure, lorsque l'action est motivée par l'espoir d'une modification du prix en vigueur et non par l'avantage lié à l'usage du bien ». Partant de cette […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/speculation/#i_17665

Pour citer l’article

Gérard GRELLET, « KALDOR NICHOLAS - (1908-1986) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le . URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/nicholas-kaldor/