MOIRES

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Les Moires (Moïrai) sont trois sœurs que les Latins nommeront les Parques et qui sont comme autant de visages, de facettes ou de saisons d'une unique Moïra : Clôthô, Lachésis et Atropos — la Fileuse, la Destinée (ce qui est envoyé par le sort) et l'Inflexible. Pour chaque mortel, elles accordent une mesure de vie, dont elles règlent la durée, la première en filant, la seconde en enroulant le fil, la troisième en le coupant. La Théogonie d'Hésiode leur attribue deux origines différentes : au vers 217, elles sont nommées filles de Nuit, et donc, entre autres, sœurs des Hespérides — ces jardinières de l'extrême Occident — ainsi que des terribles Kères ; au vers 905, elles sont présentées comme les filles de Zeus et de Thémis, sœur des Heures, qui à chacun dispense sa part de bonheur et de malheur. Quant à la théogonie orphique, elle fait d'elles directement les filles d'Ouranos et de Gaïa, mais il arrive aussi qu'elles soient mentionnées comme les filles de Kronos et qu'Aphrodite soit appelée leur aînée (Épiménide, fragment XIX, in H. Diels, Die Fragmente der Vorsokratiker). Quoi qu'il en soit, ce que toutes ces généalogies ont en commun, c'est de rattacher les Moires — même dans la seconde version évoquée par Hésiode — à la première génération divine, celle des forces élémentaires : les Moires, bien que ce pluriel soit post-homérique (et ce d'une manière essentielle relativement au monde grec pour lequel L'Iliade est coup d'envoi), sont des divinités très anciennes, d'origine orientale probablement, liées au cycle naturel de la génération et de la corruption, de la naissance et de la mort. Comme telles, elles suscitent chez les Grecs des sentiments et des attitudes marqués par l'ambivalence : aimées et détestées, désirées et redoutées, elles se situent à la fois en dessous et au-dessus des dieux, en deçà et au-delà de la différence. [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

  • : enseignant en littérature générale et comparée à l'université de Paris-VIII, poète et traducteur

Classification

Pour citer l’article

Robert DAVREU, « MOIRES », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 19 avril 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/moires/