DÉMÉTER

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Dans la mythologie grecque, Déméter est la fille des divinités Cronos et Rhéa, la sœur et l'épouse de Zeus (le père des dieux) ainsi que la déesse de l'agriculture.

Déméter, dont Homère fait rarement mention, n'appartient pas au panthéon des dieux de l'Olympe, mais les origines de la légende qui l'entourent sont probablement anciennes. Ce récit est centré sur l'histoire de sa fille Perséphone, enlevée par Hadès, le dieu des enfers. Déméter part à la recherche de Perséphone et, au cours de son voyage, révèle au peuple d'Éleusis, qui l'a accueillie avec hospitalité, ses rites secrets, que l'on appelle depuis la plus haute Antiquité les mystères d'Éleusis. Son désarroi face à la disparition de sa fille aurait détourné son attention des récoltes et provoqué une famine. Outre Zeus, Déméter a pour amant le Crétois Iasion, avec lequel elle a un fils, Ploutos (dont le nom signifie « richesse », c'est-à-dire produit abondant du sol).

Déméter

Dessin : Déméter

Déméter est une déesse liée à la terre. Fille de Cronos et de Rhéa, elle est étroitement unie à sa fille Perséphone, qu'Hadès enlève pour en faire son épouse dans les enfers. Déméter part à sa recherche et finit par obtenir du roi des enfers que sa fille passe le printemps et... 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

Déméter est souvent présentée comme la déesse du blé. Le nom Ioulo (du grec ioulos, « gerbe de blé ») l'identifierait à l'épi de blé et confirmerait que son culte provient de la vénération de la mère nourricière. L'influence de Déméter ne se limite cependant pas aux céréales mais s'étend à la végétation plus généralement ainsi qu'à tous les fruits de la Terre, à l'exception des fèves (ces dernières relevant du héros Cyamites). Dans cette signification plus large, Déméter se rapproche de Gaia (la Terre), avec laquelle elle partage plusieurs épithètes, et est parfois assimilée à la Grande Mère des dieux (Cybèle, également identifiée avec Rhéa).

Déméter est également une divinité des enfers ; elle était vénérée comme telle à Sparte, et surtout lors de la fête de Chthonia dans la ville d'Hermione en Argolide, où une vache était sacrifiée par quatre femmes âgées. Les épithètes Erinys (« vengeresse ») et Melaina (« noire »), appliqués à Déméter en Arcadie, soulignent le côté sombre de son personnage.

Déméter apparaît également comme une divinité de la santé, de la naissance et du mariage. Un certain nombre de titres politiques et ethniques lui sont conférés, le plus important étant celui d'Amphictyonis, divinité patronne du conseil amphictyonique, qui deviendra par la suite célèbre pour ses rapports avec le temple de Delphes.

Plusieurs fêtes agraires étaient organisées en l'honneur de Déméter. Les Haloa, dont le nom provient apparemment du grec halōs (« aire de battage »), commençaient à Athènes et se terminaient à Éleusis, où se trouvait l'aire de battage de Triptolème, inventeur de l'agriculture et premier prêtre de la déesse. Elles se tenaient durant le mois posidéon (décembre). Les Chloia, fêtes du blé commençant à germer, avaient lieu à Éleusis au début du printemps, pendant le mois anthestérion en l'honneur de Déméter Chloë (« herbe verte »), la déesse de la croissance végétale. Cette fête se distinguait du sacrifice d'un bélier à la même divinité, perpétré plus tard, pendant le sixième jour du mois tharghélion, probablement conçu comme un rite propitiatoire de la maturation des épis. Les Proerosia, durant lesquelles des prières étaient offertes pour demander une récolte abondante, étaient organisées avant que les terres fussent labourées en vue des semailles. Elles étaient également baptisées Proarktouria, terme qui indique qu'elles se tenaient avant le lever d'Arcturus. La fête était donc probablement célébrée en septembre, à Éleusis. Les Thalysia (ou thalysies) étaient données dans l'île de Cos en automne, après la récolte, en signe de remerciement ; une offrande des prémices, sacrifice tout simple à la déesse, était suivie, pour les fidèles, d'un goûter rustique. Réservées aux femmes, les fêtes des Thesmophoria (ou thesmophories) célébrées à l'automne, étaient destinées à améliorer la fécondité des semences. Les Skirophoria (ou skirophories), accompagnant les fêtes de Déméter, se tenaient en été, durant le mois skirophorion.

Les attributs de Déméter sont surtout liés à sa nature de divinité de l'agriculture et de la végétation – épis de blé, panier mystique rempli de fleurs, de céréales et de fruits en tous genres. La truie est son animal favori et, en tant que divinité chthonienne, elle est accompagnée d'un serpent. Dans l'art grec, Déméter ressemble à Héra, mais elle présente une expression plus douce et maternante ; ses formes sont plus larges et plus remplies. Elle est tantôt représentée chevauchant un char tiré par des chevaux ou des dragons, tantôt marchant, ou encore assise sur un trône, seule ou au côté de sa fille. Les Romains identifiaient Déméter à Cérès.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Classification

Autres références

«  DÉMÉTER  » est également traité dans :

BAUBÔ

  • Écrit par 
  • Maurice OLENDER
  •  • 590 mots

Dans sa course errante à la recherche de sa fille, c'est dans le bourg d'Éleusis que l'inconsolable Déméter, métamorphosée en vieille femme, rompt son deuil en se mettant à rire. Une double tradition raconte comment des mots et des gestes obscènes ont diverti et soulagé la sainte mère. Dans l' Hymne homérique à Déméter (192-211), c'est la bonne Iambè qui déride la déesse à force de plaisanteries […] Lire la suite

ÉLEUSIS

  • Écrit par 
  • Marie DELCOURT
  •  • 2 031 mots

Éleusis, aujourd'hui bourg industriel du nom de Levsina, est à trente kilomètres au nord-ouest d'Athènes, en face de Salamine, sur la route qui, du Céramique, passe près du couvent de Daphni et continue vers Thèbes. Le mot, croyait-on, aurait signifié arrivée . C'est là, selon la légende d'un hymne homérique, que Dèmèter, cherchant sa fille Korè, enlevée par Pluton, reçut l'hospitalité du roi Kél […] Lire la suite

GRÈCE ANTIQUE (Civilisation) - La religion grecque

  • Écrit par 
  • André-Jean FESTUGIÈRE, 
  • Pierre LÉVÊQUE
  •  • 20 054 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « Familiarité avec les dieux »  : […] Tout d'abord, c'est une croyance universelle qu'on a besoin des dieux, qu'on ne peut rien sans les dieux. Dans les textes hellénistiques aussi bien qu'à l'âge classique, les expressions σὺν θεω̩̃ (ou δαίμονι ou θεοι̃ς) et οὐκ ἄνευ θ̃εων sont constantes. « Qui sait si, avec l'aide de la divinité, je ne réussirai pas à ébranler son cœur par mes cris ? », dit Patrocle dans L'Iliade (XV, 403 : σ […] Lire la suite

MYTHOLOGIES - Dieux et déesses

  • Écrit par 
  • Mircea ELIADE
  •  • 7 933 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Déméter et les mystères d'Éleusis »  : […] Déméter est par excellence la Terre-Mère. Déjà les érudits de l'Antiquité interprétaient son nom comme Ge-meter , « la Terre-Mère ». Les savants modernes rapprochent la première syllabe de Déméter du Dorique Da. Or ce dernier terme désigne aussi la Terre, de sorte que la signification originelle était bien celle de Terre-Mère. Mais cette déesse grecque se distingue de ses sœurs du Proche-Orient an […] Lire la suite

MYTHOLOGIES - Le monde gréco-romain

  • Écrit par 
  • John SCHEID, 
  • Giulia SISSA, 
  • Jean-Pierre VERNANT
  • , Universalis
  •  • 4 800 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Les puissances majeures »  : […] Au sommet de l'Olympe, dominant l'Univers, Zeus souverain, maître du Ciel, Père des dieux et des hommes, avec son épouse légitime, l'irascible Héra, la royale, sa propre sœur ; ensuite, les deux frères du prince : Poséidon, seigneur de toutes les eaux, des rivières, de la mer, du fleuve Océan, dont le flux ceinture le monde, Ébranleur du sol, maître des chevaux ; puis Hadès, dont le lot est de ré […] Lire la suite

TERRE SYMBOLISME DE LA

  • Écrit par 
  • Gilbert DURAND
  •  • 3 895 mots

Dans le chapitre « La terre nocturne »  : […] Selon Hésiode ( Théogonie , v , 126 sq), la Terre primordiale, la materia prima , Gaia, enfanta elle-même son époux, le ciel Ouranos. Elle est bien la Grande Mère, la Vierge primordiale. Cette Gaia originaire a de nombreux doublets et redondances au cours de la théogonie. Très souvent – et c'est là que son accent nocturne s'amplifie – elle est confondue avec les déesses lunaires, exactement comm […] Lire la suite

THASOS

  • Écrit par 
  • Bernard HOLTZMANN
  •  • 2 821 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Thasos, colonie et alliée de Paros »  : […] L'occupation humaine de l'île est bien antérieure à l'arrivée des Grecs, comme l'ont prouvé les recherches menées depuis les années 1970 par le Service archéologique grec en divers points de l'île. Si les vestiges néolithiques sont jusqu'ici ténus, un petit habitat de l'Âge du bronze ancien (fin du III e  millénaire av. J.-C.), fouillé partiellement à Scala Sotirou, a livré de grandes stèles en gn […] Lire la suite

Pour citer l’article

« DÉMÉTER », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 01 décembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/demeter/