Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

ARÈS

Dieu grec de la guerre, et plus généralement de la force brutale, Arès est tôt identifié avec le Mars italique ; il n'eut jamais la popularité de ce dernier et son culte ne fut guère important durant l'époque classique. Dans la mythologie homérique, il est fils de Zeus et d'Héra et fait ainsi partie de la deuxième génération des Olympiens ; pourtant les dieux le redoutent et ses parents ne semblent guère l'aimer. Au combat, il est accompagné de sa sœur Eris (la lutte) et de ses fils Deimos et Phobos (combat et tuerie) : il est l'Esprit de la bataille.

Arès et Aphrodite

Arès et Aphrodite

Sa demeure est le plus souvent supposée en Thrace, pays rude et sauvage peuplé de guerriers. En Grèce même, il est surtout vénéré dans le nord du pays ; on lui rend un culte à Thèbes où il est lié à la famille de Cadmos dont la femme, Harmonie, est issue de son union avec Aphrodite. Il a aussi un culte florissant à Sparte, où on lui sacrifiait dans les temps anciens des prisonniers de guerre ; par la suite apparurent dans cette ville des sacrifices nocturnes de chiens, qui paraissent indiquer un aspect chthonien du dieu, quoique ces sacrifices soient adressés à Enyalus (qui n'est qu'un aspect d'Arès). Sa fête à Geronthrae, en Laconie, excluait toute présence féminine, mais à Tégée les femmes l'honoraient spécialement comme « celui qui divertit les femmes » (Gunaikothoinâs). À Athènes, son temple se trouve au pied de l'Aréopage, sa colline : c'est là qu'il avait tué Hallirothios, fils de Poséidon, qui menaçait de violer sa propre fille Alcippé, qu'il avait eue d'Aglauros.

Mais le dieu du combat est loin d'être toujours vainqueur : ses mésaventures semblent divertir les Grecs dès l'époque homérique, dès sa ridicule blessure devant Troie. C'est Athéna qui toujours arme la main qui le blesse, dans une opposition sans cesse renouvelée de l'intelligence polytechnicienne contre la force brutale et incontrôlée.

— Olivier JUILLIARD

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

. In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

Média

Arès et Aphrodite

Arès et Aphrodite

Autres références

  • HOMÈRE

    • Écrit par Pierre CARLIER, Gabriel GERMAIN, Michel WORONOFF
    • 12 014 mots
    • 5 médias
    ...ce n'est pas, comme Krishna dans la Bhagavad-Gītā, pour lui donner un enseignement spirituel, mais bien pour tenir avec lui la lance dont il blesse Arès – et quelle meilleure preuve donner des sentiments de l'aède que la façon dont il ridiculise le dieu de la guerre ? On aurait tort de prendre ces...
  • MYTHOLOGIES - Le monde gréco-romain

    • Écrit par Universalis, John SCHEID, Giulia SISSA, Jean-Pierre VERNANT
    • 4 815 mots
    Arès est un écervelé, un fou furieux qui incarne, dans la guerre, la violence brutale, le carnage, la sauvagerie aveugle du combat ; lui aussi fait couple avec Aphrodite : le dieu qui divise et oppose s'en vient retrouver au secret d'une couche adultère la déesse qui accorde et unit. Dionysos est un...

Voir aussi