ALLEN WOODY (1935- )

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La construction d'un personnage

Allan Stewart Konigsberg, dit Woody Allen, est né à New York, dans le quartier de Brooklyn le 1er décembre 1935. À dix-neuf ans, il vend des gags pour la chaîne NBC et se fait remarquer par ses one-liners (plaisanteries en une ligne de texte). Après s'être produit dans les cabarets, les universités et, progressivement, dans les meilleurs shows télévisés, il travaille à la réécriture de scénarios comme What's New Pussycat ? de Clive Donner (1965). La trahison du scénario par la réalisation et la production lui fait jurer qu’il ne tournera jamais plus sans posséder le contrôle total du film. Il s’y tient depuis près de cinquante ans !

En 1966, il commence par « détourner » un médiocre film d'espionnage japonais en lui adjoignant quelques plans et une bande-son entièrement nouvelle (What's Up, Tiger Lily). La première partie de sa carrière se déroule ainsi sur le mode de la parodie : le policier à tendance sociale et documentaire des années 1940 (Take the Money and Run), le reportage (Bananas), le policier façon Casablanca et Humphrey Bogart (Tombe les filles et tais-toi – Play it Again, Sam – 1971, réalisé par Herbert Ross), le film historique (Guerre et amour – Love and Death – 1975)... Durant cette période, Woody Allen construit progressivement son personnage, s'empare de la mise en scène et gagne sa liberté en même temps que la confiance des producteurs.

À la tradition du comique juif, Woody Allen ajoute une touche inédite au cinéma : un certain intellectualisme (new-yorkais ?), teinté d'une distance hautement ironique. Synthèse du malchanceux et infatigable Schlemilh et de Tévié le laitier, le juif rural (issu des œuvres de l’écrivain yiddish Cholem-Aleikhem) qui a toujours une phrase à la bouche pour commenter ses malheurs, son héros est en proie à la hantise du sexe, coincé entre son psychanalyste et une mère dominatrice, angoissé et introspectif, influençable. Mais il sait trouver son salut en se coulant dans le moule ou le rôle qu'o [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages



Médias de l’article

Guerre et amour, W. Allen

Guerre et amour, W. Allen
Crédits : Ernst Haas Courtesy of Hulton Getty

photographie

Woody Allen

Woody Allen
Crédits : Istituto Geografico De Agostini

photographie

Annie Hall, W. Allen

Annie Hall, W. Allen
Crédits : Hamill/ United Artists/ Album/ AKG-images

photographie




Écrit par :

  • : critique et historien de cinéma, chargé de cours à l'université de Paris-VIII, directeur de collection aux Cahiers du cinéma

Classification


Autres références

«  ALLEN WOODY (1935- )  » est également traité dans :

MANHATTAN, film de Woody Allen

  • Écrit par 
  • Laurent JULLIER
  •  • 932 mots

À la fin des années 1970, Woody Allen semble se décider à aborder de front les problèmes existentiels qu'avaient traités en leur temps les cinéastes auxquels il voue une admiration sans bornes, Renoir, Fellini et Bergman. Pour lui qui a débuté au cinéma comme parodiste – par exemple en écrivant Quoi de neuf, Pussy Cat ? (Clive Donner, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/manhattan-woody-allen/#i_90631

CINÉMA (Aspects généraux) - Histoire

  • Écrit par 
  • Marc CERISUELO, 
  • Jean COLLET, 
  • Claude-Jean PHILIPPE
  •  • 21 812 mots
  •  • 36 médias

Dans le chapitre « Le Nouvel Hollywood »  : […] Il ne faudrait pas cependant se contenter d'une lecture purement économique. Le désir de fiction – le fait n'est pas nouveau – rencontre toujours sur son chemin la production américaine, et le blockbuster n'est pas nécessairement synonyme de « navet ». Des Aventuriers de l'Arche perdue (1981), de E.T. (1982) à La Liste de Schindler (1993), Il faut sauver le soldat Ryan (1998) et Munich (2005 […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/cinema-aspects-generaux-histoire/#i_90631

COMÉDIE AMÉRICAINE, cinéma

  • Écrit par 
  • Joël MAGNY
  •  • 5 211 mots
  •  • 18 médias

Dans le chapitre « L'hybridation des genres »  : […] Dans une période plus récente, une autre personnalité a dominé la comédie américaine moderne, faisant triompher un « humour juif » déjà illustré dans le domaine burlesque par les Marx Brothers au début du parlant, Jerry Lewis ou Mel Brooks ( Les Producteurs , 1969 ; La Folle Histoire du monde , 1981). Woody Allen crée un personnage original à fort soubassement culturel dont il ne peut se déparer […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/comedie-americaine-cinema/#i_90631

ÉTATS-UNIS D'AMÉRIQUE (Arts et culture) - Le théâtre et le cinéma

  • Écrit par 
  • Geneviève FABRE, 
  • Liliane KERJAN, 
  • Joël MAGNY
  •  • 9 417 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « Un cinéma indépendant contre Hollywood ? »  : […] Dans les années 1960, l'espoir mis dans les expériences marginales de l'underground (les frères Mekas, Andy Warhol, Paul Morissey, Kenneth Anger, Stan Brakhage), comme dans le documentaire inspiré du cinéma-vérité (Richard Leacock, Frederic Wiseman) ou militant (Emile De Antonio, Barbara Kopple), ne s'est pas vraiment concrétisé, sinon par l'émergence d'un cinéma noir dont Spike Lee est le repré […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/etats-unis-d-amerique-arts-et-culture-le-theatre-et-le-cinema/#i_90631

JOHANSSON SCARLETT (1984- )

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 893 mots

Son physique de pin-up et l’étendue de sa palette dramatique ont permis à l’actrice et chanteuse américaine Scarlett Johansson d’obtenir un grand succès auprès du public dans des genres aussi divers que le film en costumes, le thriller ou le film d’action et d’aventures. Fille d’un architecte et d’une productrice, née le 22 novembre 1984 à New York, elle grandit dans cette ville. Elle et son frèr […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/scarlett-johansson/#i_90631

KEATON DIANE (1946- )

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 578 mots
  •  • 1 média

Diane Keaton, de son vrai nom Diane Hall, est née le 5 janvier 1946 à Los Angeles (Californie). Elle prend des leçons d'art dramatique au Santa Ana College en Californie, puis au Neighborhood Playhouse à New York. Elle fait des remplacements dans des pièces durant l'été et, en 1968, reprend le rôle principal de la comédie musicale rock Hair , à Broadway. Puis elle décroche le premier rôle dans la […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/diane-keaton/#i_90631

Voir aussi

Pour citer l’article

Joël MAGNY, « ALLEN WOODY (1935- ) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 22 janvier 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/woody-allen/