Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

ALLEN WOODY (1935- )

Le matériau autobiographique

<em>Annie Hall</em>, W. Allen - crédits : Hamill/ United Artists/ Album/ AKG-images

Annie Hall, W. Allen

Depuis Annie Hall (1977), l'autobiographie (par le biais, ici, du couple qu'il forme avec l'actrice Diane Keaton) devient un matériau privilégié de création : elle alimente l'œuvre en même temps que celle-ci réinvente Woody Allen, le personnage comme le cinéaste. C'est encore le cas d'une œuvre plus tardive, Maris et femmes (Husbands and Wives, 1992), où les personnages qu'il interprète avec Mia Farrow, filmés dans un style hésitant entre le reportage télévisuel et le reality show, sont en pleine crise conjugale. Au même moment, à la suite de la révélation de la relation amoureuse qu'entretient Woody Allen avec l'une des très jeunes filles adoptives de Mia Farrow, Soon-Yi, la séparation du réalisateur et de l’actrice accapare les médias.

La réflexion sur les rapports du spectacle et du cinéma avec la vie privée des personnages nourrit d'ailleurs une série de films, de Stardust Memories (1980) à Radio Days (1987) en passant par Broadway Danny Rose (1984) ou La Rose pourpre du Caire (Purple Rose of Cairo, 1985). Tout le monde dit I Love You (Every One Says I Love You, 1996) s'attaque même au genre de la comédie musicale. Mais le film le plus réussi dans ce domaine est sans aucun doute, sous des dehors de divertissement, le très dur Coups de feu sur Broadway (Bullets over Broadway, 1994), où le gangster devient la métaphore de l'artiste. C'est encore dans cette veine que se situe le curieux portrait d'un guitariste de jazz des années 1930, Emmet Ray (interprété par Sean Penn), grand rival de Django Reinhardt, dans Accords et désaccords (Swett and Lowdown, 1999). Emmet Ray n'a jamais existé, et le film désigne plaisamment la frontière fragile entre biographie et fiction, vérité et crédibilité cinématographique, tout en rendant hommage au jazz, pour lequel Allen éprouve une vraie passion.

En 1989, Crimes et délits (Crimes and Misdemeanors), à la structure romanesque très riche (lointainement inspirée de Dostoïevski), avait paru opérer la synthèse la plus harmonieuse de ces multiples directions. Bon an, mal an, le Woody Allen nouveau arrivait désormais. Attendu et parfois sans surprise, comme cet hommage un peu bâclé à la comédie américaine classique qu'est Maudite Aphrodite (Mighty Aphrodite, 1995), ou le divertissement qui renoue avec les comédies policières des débuts, Escrocs mais pas trop (Small Time Crooks, 2000). Cette production régulière n'empêche pas Woody Allen de livrer inopinément une de ses grandes œuvres avec Harry dans tous ses états (Deconstructing Harry, 1997), une comédie qui prend des allures de course folle en rassemblant les grands thèmes qui lui sont chers : relations avec les femmes, la famille, la culture juive, sans oublier les indispensables scènes de ménage. Le film rappelle que le burlesque de Woody Allen n'est en rien exclusivement verbal, avec une savoureuse scène de contagion nonsensique où se confondent technique et pathologie à propos d'un personnage dépressif devenu lui-même « flou », c'est-à-dire, selon l'expression anglaise intraduisible, out of focus.

« Je fais une overdose de moi », s'exclamait Harry, comme pour anticiper le double de Woody Allen, Lee Simon, interprété par Kenneth Branagh dans cette autre surprise qu'est Celebrity (1998). Lee conclura en effet : « Je suis submergé d'automépris », ce qui revient au même dans la dialectique du cinéaste. Remarquablement travaillé sur le plan formel, le film est loin d'être une critique complaisante de la célébrité par un cinéaste qui en bénéficie largement lui-même. Le narcissisme qui lui est si souvent reproché est ici retourné comme un gant : dans ce milieu de la télévision comme de l’édition, tout le monde (bellâtre, professeur, animatrice de talk-shows stupides, top model[...]

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : critique et historien de cinéma, chargé de cours à l'université de Paris-VIII, directeur de collection aux Cahiers du cinéma

Classification

Pour citer cet article

Joël MAGNY. ALLEN WOODY (1935- ) [en ligne]. In Encyclopædia Universalis. Disponible sur : (consulté le )

Médias

Guerre et amour, W. Allen - crédits : Ernst Haas/ MoviePix/ Getty Images

Guerre et amour, W. Allen

<em>Annie Hall</em>, W. Allen - crédits : Hamill/ United Artists/ Album/ AKG-images

Annie Hall, W. Allen

Autres références

  • MANHATTAN, film de Woody Allen

    • Écrit par Laurent JULLIER
    • 929 mots

    À la fin des années 1970, Woody Allen semble se décider à aborder de front les problèmes existentiels qu'avaient traités en leur temps les cinéastes auxquels il voue une admiration sans bornes, Renoir, Fellini et Bergman. Pour lui qui a débuté au cinéma comme parodiste – par exemple en écrivant ...

  • CINÉMA (Aspects généraux) - Histoire

    • Écrit par Marc CERISUELO, Jean COLLET, Claude-Jean PHILIPPE
    • 21 694 mots
    • 41 médias
    ... (1999). Si l'on ne peut que déplorer la disparition prématurée de John Cassavetes (1929-1989), il faut remarquer l'étonnante vitalité de Woody Allen, né en 1935, dont la production – un film par an – fait alterner facilité et profondeur, maîtrise et prise de risque (Crimes et délits...
  • COMÉDIE AMÉRICAINE, cinéma

    • Écrit par Joël MAGNY
    • 5 126 mots
    • 18 médias
    ...le domaine burlesque par les Marx Brothers au début du parlant, Jerry Lewis ou Mel Brooks (Les Producteurs, 1969 ; La Folle Histoire du monde, 1981). Woody Allen crée un personnage original à fort soubassement culturel dont il ne peut se déparer malgré une volonté constante d'ironie. Il tient du malchanceux...
  • ÉTATS-UNIS D'AMÉRIQUE (Arts et culture) - Le théâtre et le cinéma

    • Écrit par Geneviève FABRE, Liliane KERJAN, Joël MAGNY
    • 9 328 mots
    • 11 médias
    ...influence, 1975 ; Love Streams, 1984) tournent radicalement le dos à la prédilection technologique qui marque les œuvres de la tendance Lucas-Spielberg. C'est également l'humain qui est au cœur de l'humour sophistiqué, introspectif et psychanalytique de Woody Allen qui travaille, lui,...
  • JOHANSSON SCARLETT (1984- )

    • Écrit par Universalis
    • 868 mots

    Son physique de pin-up et l’étendue de sa palette dramatique ont permis à l’actrice et chanteuse américaine Scarlett Johansson d’obtenir un grand succès auprès du public dans des genres aussi divers que le film en costumes, le thriller ou le film d’action et d’aventures.

    Fille d’un architecte...

Voir aussi