THORNHILL sir JAMES (1675-1734)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Peintre anglais, né en 1675 à Melcombe Regis (Dorset), mort le 13 mai 1734 à Thornhill House, près de Stalbridge (Dorset).

Premier grand peintre d'histoire britannique, Sir James Thornhill s'inscrit dans la tradition du baroque italien, comme peintre d'histoire et peintre décorateur des rois George Ier et George II. Nommé maître de la Painters' Company en 1720 et promu chevalier la même année, il devient membre de la Royal Society en 1723 et membre du Parlement de 1722 à 1734. James Thornhill est nommé directeur de l'Académie de peinture fondée par Kneller, mort en 1723. Après la fermeture de l'Académie, Thornhill tente en vain de créer une « académie royale » et ouvre sa propre école de dessin, qui sera également un échec.

Les huit scènes de la coupole de la cathédrale Saint-Paul de Londres (1715-1719) et les allégories dans le Painted Hall du royal Naval Hospital de Greenwich (1708-1727) représentent les deux œuvres majeures de James Thornhill. Il se consacre essentiellement à la décoration intérieure, notamment au palais de Hampton Court et aux demeures de Blenheim Palace et de Chatsworth. Parmi les rares toiles de Thornhill, il faut mentionner le tableau d'autel de l'église paroissiale Saint-Mary de Weymouth et un portrait de groupe des membres de la Chambre des communes, peint avec son gendre William Hogarth. Thornhill réalise également des portraits (Isaac Newton et Richard Steele posent pour lui), des illustrations de livres, des décors de théâtre, ainsi que la rosace du bras nord du transept de l'abbaye de Westminster (1721).

—  Universalis

Classification

Autres références

«  THORNHILL sir JAMES (1675-1734)  » est également traité dans :

ANGLAIS (ART ET CULTURE) - Peinture

  • Écrit par 
  • Jacques CARRÉ, 
  • Barthélémy JOBERT
  •  • 8 171 mots
  •  • 13 médias

Dans le chapitre « Le siècle des Stuarts et l'art de cour »  : […] Le règne de Charles I er (1625-1649) marqua un tournant dans l'histoire du goût et de la peinture en Angleterre. Le souverain et quelques-uns de ses courtisans comme Buckingham et Arundel se passionnèrent pour la peinture vénitienne et flamande. Le roi avait découvert les œuvres de Titien lors d'un voyage en Espagne et commencé à constituer une remarquable collection de tableaux qui fut dispersé […] Lire la suite

HOGARTH WILLIAM (1697-1764)

  • Écrit par 
  • Barthélémy JOBERT
  •  • 2 528 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Le peintre et le théoricien »  : […] Nul doute toutefois que Hogarth voulait s'imposer d'abord en tant que peintre. On pourra à cet égard souligner le statut parfois ambigu de ses gravures, dont certaines (souvent, d'ailleurs, les plus importantes) s'appuient sur des compositions peintes. Faut-il les ravaler au rang de simples reproductions ? Qu'en est-il d'autre part des peintures que Hogarth n'a pas gravées ou fait graver, et notam […] Lire la suite

Pour citer l’article

« THORNHILL sir JAMES - (1675-1734) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 29 septembre 2020. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/thornhill-sir-james/