HOGARTH WILLIAM (1697-1764)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le peintre et le théoricien

Nul doute toutefois que Hogarth voulait s'imposer d'abord en tant que peintre. On pourra à cet égard souligner le statut parfois ambigu de ses gravures, dont certaines (souvent, d'ailleurs, les plus importantes) s'appuient sur des compositions peintes. Faut-il les ravaler au rang de simples reproductions ? Qu'en est-il d'autre part des peintures que Hogarth n'a pas gravées ou fait graver, et notamment de la plupart de ses portraits ? Les jugeait-il secondaires ? La question reste ouverte sur les rapports qu'entretiennent dans sa création peinture et gravure. Mais il se disait peintre, et s'est représenté comme peintre dans deux célèbres autoportraits, qui existent sous les deux formes (les deux tableaux sont conservés à Londres, à la Tate Gallery pour la version de 1745 avec son chien Trump, à la National Portrait Gallery pour celle, exécutée avant 1758, où l'artiste travaille à un tableau représentant la Comédie).

Le Repas à l'auberge, W. Hogarth

Photographie : Le Repas à l'auberge, W. Hogarth

Photographie

William Hogarth, Le Repas à l'auberge, huile sur toile, premier sujet de la série « The Election », 1754-1755. Sir John Soane's Museum, Londres. 

Crédits : Bridgeman Images

Afficher

Après avoir étudié, au moment où il exécutait ses premières gravures, dans les ateliers de Louis Chéron et de John Vanderbank, puis dans celui du peintre James Thornhill, l'un des principaux peintres d'histoire britanniques, il commence à peindre au milieu des années 1720, principalement des portraits et notamment des conversations pieces, portraits de groupe alors à la mode. Son mariage avec la fille de Thornhill (qui avait d'abord refusé son consentement, puis s'y résolut, selon la légende, en voyant les tableaux du Harlot's Progress de son gendre) coïncide avec son intervention à Vauxhall. La réputation de Hogarth comme portraitiste était grande, il alliait une certaine naïveté à une admirable perception des caractères et des personnalités, traduits avec une très grande fraîcheur de pinceau (Enfants jouant la comédie ou Une scène de « La Conquête du Mexique » de Dryden : L'Empereur indien, 1731-1732, coll. part., Grande-Bretagne, Les Enfants du Docteur Graham, 1742, Tate Gallery). Il se contenta souvent d'appliquer la formule du simple portrait en buste, mais fit preuve de plus de rec [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages

Médias de l’article

Jules César, opéra de Haendel

Jules César, opéra de Haendel
Crédits : Hulton Archive/ Getty Images

photographie

Arrêtée par un magistrat

Arrêtée par un magistrat
Crédits : Bridgeman Images

photographie

La Récompense de la cruauté

La Récompense de la cruauté
Crédits : Bridgeman Images

photographie

La Marche sur Finchley, W. Hogarth

La Marche sur Finchley, W. Hogarth
Crédits : Bridgeman Images

photographie

Afficher les 5 médias de l'article


Écrit par :

  • : ancien élève de l'École normale supérieure, professeur à l'université de Paris-IV-Sorbonne

Classification

Autres références

«  HOGARTH WILLIAM (1697-1764)  » est également traité dans :

L'ANALYSE DE LA BEAUTÉ, William Hogarth - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Barthélémy JOBERT
  •  • 1 072 mots
  •  • 1 média

William Hogarth (1697-1764) écrivit et publia L'Analyse de la Beauté, destinée à fixer les idées vagues qu'on a du goût..., en 1753, alors qu'il était devenu, après une carrière de graveur et de peintre commencée trente ans plus tôt, l'un des artistes les plus en vue de Grande-Bretagne, un artiste dont la célébrité, par l'intermédiaire de l'estampe, avait atteint toute l'Europe […] Lire la suite

ANGLAIS (ART ET CULTURE) - Peinture

  • Écrit par 
  • Jacques CARRÉ, 
  • Barthélémy JOBERT
  •  • 8 171 mots
  •  • 13 médias

Dans le chapitre « L'ère des « connaisseurs » (1714-1830) »  : […] L'accession de la dynastie des Hanovre en 1714 marque le début d'une ère de stabilité politique et de prospérité économique, où la Grande-Bretagne devient une grande puissance européenne. Les élites sociales, désormais, ne fondent plus leur autorité seulement sur la possession de la terre et sur le pouvoir politique, mais aussi, de plus en plus, sur la maîtrise du goût et de la vie artistique. Le […] Lire la suite

ART (L'art et son objet) - L'attribution

  • Écrit par 
  • Enrico CASTELNUOVO
  •  • 6 555 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Le « connaisseur » »  : […] À quel moment l'attribution perd-elle son rôle d'auxiliaire pour devenir l'instrument par excellence de l'historien de l'art ? Au xvii e  siècle déjà, époque qui vit la fondation des grandes galeries princières, le problème du « connaisseur » est abordé en France par A. Félibien des Avaux (1619-1695) et par R. de Piles (1635-1709), en Italie par F. Baldinucci (1624-1696), et la validité des méthod […] Lire la suite

CARICATURE

  • Écrit par 
  • Marc THIVOLET
  •  • 8 333 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « En Angleterre »  : […] Il faudra attendre Hogarth (1697-1764) pour que la synthèse de l'esprit satirique et de la caricature se réalise définitivement . Caricaturiste des mœurs, il attaqua avec virulence les abus de son temps. Harlot's Progress , Rake's Progress , Beer Street , Ginger Lane sont ses œuvres les plus connues. Dans son Analyse du beau (1753), il affirme que le principe de la beauté réside dans la « li […] Lire la suite

CONNAISSEURS

  • Écrit par 
  • Marie-Geneviève de LA COSTE-MESSELIÈRE
  •  • 2 037 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Amateurs et connaisseurs »  : […] Au xvii e  siècle, l'histoire de l'art élabore ses structures. Les ouvrages des historiens suscitent l'intérêt des gens épris de culture et celui des grands amateurs. Sans employer le terme, Carel van Mander dans son Livre de peinture (1604) évoque les connaisseurs, dont les avis font autorité et s'appliquent principalement à l'attribution des œuvres. En France, Roger de Piles publie en 1677 une […] Lire la suite

GAINSBOROUGH THOMAS (1727-1788)

  • Écrit par 
  • Jacques CARRÉ
  •  • 2 934 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Les étapes du succès »  : […] Comme Constable, Gainsborough est originaire du Suffolk, où il naquit en 1727 dans la famille d'un drapier de Sudbury. Il manifesta des dons précoces de dessinateur, et sa famille accepta de l'envoyer à Londres vers 1740, où il devint l'assistant du graveur français Gravelot, qui diffusa en Angleterre le style rococo. Le jeune homme se mit à peindre sans recevoir de véritable formation, et sans a […] Lire la suite

PEINTURE DE GENRE

  • Écrit par 
  • Anne le PAS de SÉCHEVAL
  •  • 3 539 mots
  •  • 12 médias

Dans le chapitre « La peinture de genre à l'époque de la hiérarchie des genres (XVIIe et XVIIIe siècles) »  : […] Au xvii e  siècle, la peinture de genre rencontre un succès croissant, parallèlement à l'estampe, qui accueille largement les thèmes « bas » (J. Callot, J. Bellange, A. Bosse...). Après les expériences caravagesques, les peintres italiens, absorbés par la grande peinture narrative, abandonnent aux artistes nordiques ce champ pictural encore à peine défriché. Certes c'est à Rome que naît la bamboc […] Lire la suite

THORNHILL sir JAMES (1675-1734)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 284 mots

Peintre anglais, né en 1675 à Melcombe Regis (Dorset), mort le 13 mai 1734 à Thornhill House, près de Stalbridge (Dorset). Premier grand peintre d'histoire britannique, Sir James Thornhill s'inscrit dans la tradition du baroque italien, comme peintre d'histoire et peintre décorateur des rois George I er et George II. Nommé maître de la Painters' Company en 1720 et promu chevalier la même année […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Barthélémy JOBERT, « HOGARTH WILLIAM - (1697-1764) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 26 octobre 2020. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/william-hogarth/