WAGNER WIELAND (1917-1966)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Espaces et lumières

Les conceptions de Wieland Wagner sont, sur le plan formel, la réalisation scénique des idées exprimées par Adolphe Appia dès 1895, idées alors condamnées par Cosima Wagner. Il s'agit avant tout de créer sur le plateau une image scénique qui traduise, tel un résonateur, les valeurs émotives contenues dans la partition. Cette image, contrairement à la représentation traditionnelle qui met l'acteur dans un décor, est unitaire : acteur et espace demeurent en parfaite symbiose et expriment, par la moindre variation de leur rapport, le mouvement musical, concrétisant ainsi la célèbre phrase de Parsifal : « Zum Raum wird hier die Zeit » (« Ici, le temps devient espace »). Les moyens employés par Wieland Wagner sollicitent de l'acteur une attitude gestuelle de tout le corps, très dépouillée, et, du fait de la sobriété et de la valeur dynamique du moindre mouvement, d'une extrême puissance expressive ; le décor est constitué d'éléments très simples faisant appel à l'incessante variation de la lumière, construisant des espaces dramatiques en rapport avec le contenu de la partition, et donc avec le jeu de l'acteur. Partant d'un espace totalement lumineux les premières années, son évolution vers une densification de la spatialité du drame musical l'a amené à repeupler l'espace de données scéniques aussi bien symboliques (menhirs, totems, réseaux oniriques) qu'allusives (mobilier Biedermeier pour Lulu, établi de cordonnier pour Les Maîtres chanteurs), mais toujours sans valeur proprement historique, le but étant de mettre en évidence la donnée intemporelle du drame.

Pour exprimer toute la portée de ses conceptions, Wieland Wagner a formé à Bayreuth et à Stuttgart une équipe de chanteurs-acteurs, dont les noms restent définitivement liés à son activité : Astrid Varnay, Martha Mödl, Anja Silja, Wolfgang Windgassen, Hans Hotter, Josef Greindl sont les principaux. Et son travai [...]

Hans Hotter

Photographie : Hans Hotter

Photographie

Le baryton-basse autrichien d'origine allemande Hans Hotter (Wotan) et la soprano finlandaise Anita Välkki (Brünnhilde) au Covent Garden de Londres en 1961, dans La Walkyrie de Richard Wagner, mise en scène par Hans Hotter lui-même et dirigée par Georg Solti. 

Crédits : Erich Auerbach/ Hulton Archive/ Getty Images

Afficher

Josef Greindl

Photographie : Josef Greindl

Photographie

La basse allemande Josef Greindl (1912-1993) en 1964 dans le rôle de Hans Sachs des Maîtres chanteurs de Nuremberg de Richard Wagner mis en scène par Wieland Wagner au festival de Bayreuth. 

Crédits : Keystone/ Getty Images

Afficher

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Médias de l’article

Richard Wagner et Cosima Wagner

Richard Wagner et Cosima Wagner
Crédits : De Agostini

photographie

Hans Hotter

Hans Hotter
Crédits : Erich Auerbach/ Hulton Archive/ Getty Images

photographie

Josef Greindl

Josef Greindl
Crédits : Keystone/ Getty Images

photographie

Afficher les 3 médias de l'article


Écrit par :

Classification

Autres références

«  WAGNER WIELAND (1917-1966)  » est également traité dans :

CRESPIN RÉGINE (1927-2007)

  • Écrit par 
  • Michel PAROUTY
  •  • 1 376 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Le triomphe à Bayreuth »  : […] Wieland Wagner, qui règne sur le mythique festival de Bayreuth, a entendu parler de cette voix exceptionnelle. En 1957, il auditionne Crespin, qui pense qu'il lui proposera peut-être Elsa ou Sieglinde ; à sa grande stupéfaction, Wieland l'engage pour le rôle de Kundry de Parsifal . Sa première apparition sur la « colline sacrée », en 1958, sous la baguette du grand Hans Knappertsbusch, constitue […] Lire la suite

FESTIVALS

  • Écrit par 
  • Jean-Michel BRÈQUE, 
  • Matthieu CHÉREAU, 
  • Jean CHOLLET, 
  • Philippe DULAC, 
  • Christian MERLIN, 
  • Nicole QUENTIN-MAURER
  • , Universalis
  •  • 17 238 mots
  •  • 21 médias

Dans le chapitre « Une histoire mouvementée »  : […] Le premier festival a lieu en août 1876, avec le prologue –  L'Or du Rhin  – et les trois journées –  La Walkyrie , Siegfried et Le Crépuscule des dieux  – de L'Anneau du Nibelung , donné trois fois sous la direction de Hans Richter. Il connaît un tel échec qu'il faudra attendre six ans pour que l'expérience soit renouvelée, avec la création, le 26 juillet 1882, du testament musical et spirituel […] Lire la suite

SCÉNOGRAPHIE LYRIQUE

  • Écrit par 
  • Alain PERROUX, 
  • Alain SATGÉ
  •  • 7 224 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « Le renouveau de l'après-guerre : approches dialectiques, approches idéalistes »  : […] Pour rendre compte du renouveau du spectacle d'opéra dans les années 1950, on invoque souvent pêle-mêle le rôle de metteurs en scène spécialisés dans le théâtre lyrique, comme Wieland Wagner ou Walter Felsenstein, d'hommes de théâtre ou de cinéma, comme Giorgio Strehler ou Luchino Visconti, ou encore de l'exceptionnelle chanteuse-actrice que fut Maria Callas . Ces divers phénomènes ont pourtant de […] Lire la suite

THÉÂTRE OCCIDENTAL - La scène

  • Écrit par 
  • Alfred SIMON
  •  • 10 027 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Notre temps »  : […] L'âge d'or de la mise en scène touche à sa fin au début des années 1950. Par une sorte de paradoxe, il s'achève avec l'explosion de trois actions révolutionnaires qui vont retentir sur toute cette décennie : le théâtre épique (dramaturgie et scénographie) de Brecht, le Bayreuth de Wieland et Wolfgang Wagner, la mise en scène vilarienne à Avignon et à Chaillot. Trois événements considérables et de […] Lire la suite

THOMAS JESS (1927-1993)

  • Écrit par 
  • Alain PÂRIS
  •  • 566 mots

Après un siècle d'omniprésence allemande et scandinave, Jess Thomas restera dans l'histoire du chant wagnérien comme le premier Heldentenor américain à s'être imposé à Bayreuth. Jess Floyd Thomas naît à Hot Springs (Dakota du Sud), le 4 août 1927, et reçoit une formation de psychologue à l'université du Nebraska et à celle de Stanford (Californie). Puis il se consacre au chant, qu'il étudie avec […] Lire la suite

WAGNER WINIFRED (1897-1980)

  • Écrit par 
  • André TUBEUF
  •  • 875 mots

L'œuvre que Wagner a le plus passionnément voulue, celle pour laquelle, se comparant à Latone pourchassée, il implorait les dieux de la mythologie, ce n'est ni le Ring , ni Parsifal . Tout son souci, ce fut Bayreuth. Bâtir, léguer. Sans toit (à cinquante ans !) pour sa propre tête, Wagner était jaloux de la déesse pourchassée, pour qui, d'un coup de trident, Poséidon fit surgir des eaux cet asile, […] Lire la suite

WAGNER WOLFGANG (1919-2010)

  • Écrit par 
  • Pierre FLINOIS
  •  • 882 mots

Metteur en scène et directeur du festival de Bayreuth, second fils de Siegfried et Winifred Wagner, petit-fils de Richard et Cosima Wagner, arrière-petit-fils de Franz Liszt et de Marie d'Agoult, Wolfgang Wagner naît à Bayreuth le 30 août 1919. Élevé à Wahnfried, la maison familiale, dans une atmosphère de wagnérisme conservateur, puis de nazisme fervent, il souffrira toujours d'être le cadet. D' […] Lire la suite

WINDGASSEN WOLFGANG (1914-1974)

  • Écrit par 
  • André TUBEUF
  •  • 465 mots

Le ténor tant attendu, pilier du Nouveau Bayreuth, fondé avec lui et impensable sans lui, Wolfgang Windgassen avait trente-sept ans quand il fit ses débuts dans le Festspielhaus en juillet 1951. Son père Fritz Windgassen, ténor de format estimable, appartenait à la troupe de Stuttgart. Sa mère, chanteuse légère, était la propre sœur de Eva von der Osten, créatrice de Quinquin dans Le Chevalier à […] Lire la suite

Pour citer l’article

Pierre FLINOIS, « WAGNER WIELAND - (1917-1966) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 25 janvier 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/wieland-wagner/