WEST SIDE STORY, film de Jerome Robbins et Robert Wise

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Une chorégraphie enflammée

Manhattan, montré en vues aériennes d'une manière sublime dans l'ouverture conçue par le graphiste Saul Bass, est une des vedettes de ce film, qui utilise admirablement les immeubles, les terrains de jeu à grillages, et les « escaliers de secours » anti-incendies. Après ce début, on ne sort jamais du quartier populaire, filmé sur place, ou reconstitué en studio. Les dialogues et les « lyrics » (paroles) traitent d'une manière pertinente de la question de l'immigration venue des pays pauvres du Sud. Deux des meilleurs et des plus célèbres numéros musicaux du film traitent avec humour des problèmes de société : Gee, Officer Krupke montre comment les jeunes immigrés au bord de la délinquance sont enfermés dans un système qui en fait des cas sociaux, tandis que le ballet America, au rythme entraînant, pèse le pour et le contre de l'immigration aux États-Unis du point de vue des Portoricains, les filles y voyant l'occasion de s'émanciper et d'échapper à la tutelle familiale, les garçons dénonçant les vices de l'Amérique et le mirage d'une « insertion » à laquelle leur origine ne leur donne pas droit – insertion que rend également illusoire l'échec social qu'incarnent les Jets, fils d'immigrés un peu plus anciens. Le film n'est donc pas « bien-pensant ». Certains personnages d'adultes sont de francs racistes, et la coupure entre une jeune génération et la vie civique est représentée par des affiches de vieux politiciens d'un autre âge que personne ne regarde. D'un autre côté, les jeunes ne sont pas flattés. Leur énergie et leur dévotion à la bande deviennent répugnantes et bestiales quand les Jets miment un viol au-dessus d'Anita.

Mais le film est aussi un plaisir « musical », et rarement cet adjectif aura été aussi bien mis en valeur dans un film du genre, grâce à la partition colorée et admirablement orchestrée de Bernstein. Incroyable melting-pot de styles (elle cite Beethoven, Wagner et Bruckner, et les combine avec des rythmes sud-américains et le jazz), cette [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages






Écrit par :

  • : écrivain, compositeur, réalisateur, maître de conférences émérite à l'université de Paris-III

Classification


Autres références

«  WEST SIDE STORY, Jerome Robbins et Robert Wise  » est également traité dans :

COMÉDIE AMÉRICAINE, cinéma

  • Écrit par 
  • Joël MAGNY
  •  • 5 211 mots
  •  • 18 médias

Dans le chapitre « La comédie musicale »  : […] Par définition, la comédie musicale n'apparaît qu'avec le son, même si le célèbre film de la Warner The Jazz Singer ( Le Chanteur de Jazz , Alan Crossland, 1927) ne comporte que quelques chansons synchronisées avec l'image. Des spectacles comiques faciles entrecoupés de chants et de numéros musicaux existaient dès la seconde moitié du xix e  siècle ( The Black Crook , 1866) aux États-Unis. Ils év […] Lire la suite

COMÉDIE MUSICALE

  • Écrit par 
  • Laurent VALIÈRE
  •  • 6 023 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « 1943-1964 : l'âge d'or du musical »  : […] En 1943, Richard Rodgers et Oscar Hammerstein, II offrent à la comédie musicale son premier grand succès populaire, Oklahoma ! , créé le 31 mars au St. James Theatre de New York . Ancrée dans l'Amérique profonde, l'œuvre, qui restera plus de cinq années consécutives à l'affiche, mêle thèmes sentimentaux et historiques ; les ballets révolutionnaires de la chorégraphe Agnes De Mille ne sont plus sim […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Michel CHION, « WEST SIDE STORY, film de Jerome Robbins et Robert Wise », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 05 juin 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/west-side-story/