WEST SIDE STORY, film de Jerome Robbins et Robert Wise

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Adapté d'un spectacle de Broadway (1957), modernisant lui-même le Roméo et Juliette de Shakespeare, West Side Story appartient à la série des comédies musicales pour écran large (en Panavision) et son stéréophonique des années 1950-1960, et fut un immense succès : avec dix oscars, le film ne sera dépassé que par Ben Hur (1959) et Titanic (1997). Comme en son temps Un jour à New York (On the Town, 1949), de Stanley Donen et Gene Kelly (avec déjà une musique de Leonard Bernstein), il vise à moderniser le genre musical et à le faire descendre dans la rue – même si la plupart des séquences ont été tournées en studio. Le thème des rivalités de bandes avait été popularisé par le cinéma américain, avec des films comme L'Équipée sauvage (The Wild One, 1953), de Laszlo Benedek, et La Fureur de vivre (Rebel without a Cause, 1955), de Nicholas Ray ; mais, pour la première fois, il est traité en film musical, sous une forme édulcorée, il est vrai. L'œuvre n'eut pas de descendance précise, le genre musical se tournant plutôt vers le « rétro » et le film à costumes, mais elle a gardé sa popularité, grâce notamment à la beauté de sa musique et à la puissance, jamais égalée à ce jour, des ballets collectifs de Jerome Robbins (1918-1998). Le chorégraphe partage – fait exceptionnel – l'oscar de la mise en scène avec Robert Wise (1914-2005), excellent réalisateur qui aborda presque tous les genres populaires et reviendra à la comédie musicale grand écran avec notamment La Mélodie du bonheur (The Sound of Music, 1965), le plus grand et le plus durable succès du genre.

West Side Story, de Jerome Robbins et Robert Wise, 1961, affiche

West Side Story, de Jerome Robbins et Robert Wise, 1961, affiche

photographie

C'est le titre même du film, adapté d'un spectacle de Broadway, qui est la vedette de l'affiche. Répété à deux échelles différentes, il est ingénieusement traité comme un immeuble new-yorkais traditionnel à toit plat, dont émergent les fameux escaliers de secours en cas d'incendie,... 

Crédits : Mirisch Corporation / Seven Arts Productions/ AKG Images

Afficher

Un amour interdit

Dans un quartier populaire du « West Side » de Manhattan s'affrontent deux bandes, celle des « Jets » (Américains blancs), et celle des « Sharks » (Portoricains fraîchement immigrés), qui [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages




Écrit par :

  • : écrivain, compositeur, réalisateur, maître de conférences émérite à l'université de Paris-III

Classification


Autres références

«  WEST SIDE STORY, Jerome Robbins et Robert Wise  » est également traité dans :

COMÉDIE AMÉRICAINE, cinéma

  • Écrit par 
  • Joël MAGNY
  •  • 5 216 mots
  •  • 18 médias

Dans le chapitre « La comédie musicale »  : […] n'est plus que l'ombre d'elle-même, et devient un véhicule à stars factices, Julie Andrews ou Barbra Streisand. Seul West Side Story de Robert Wise, en 1961, constitue une tentative de valeur, surtout par le milieu choisi, la musique de Leonard Bernstein et la chorégraphie de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/comedie-americaine-cinema/#i_37678

COMÉDIE MUSICALE

  • Écrit par 
  • Laurent VALIÈRE
  •  • 6 025 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « 1943-1964 : l'âge d'or du musical »  : […] parfois en dilettante, Peter Pan (1950), Wonderful Town (1953), Candide (1956), avant son chef-d'œuvre emprunt de jazz et d'harmonies complexes, West Side Story, créé au Winter Garden Theatre de Broadway le 26 septembre 1957 […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/comedie-musicale/#i_37678

Voir aussi

Pour citer l’article

Michel CHION, « WEST SIDE STORY, film de Jerome Robbins et Robert Wise », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 30 novembre 2018. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/west-side-story/