PISTON WALTER (1894-1976)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le catalogue du compositeur américain Walter Piston comporte essentiellement des pièces pour orchestre – parmi lesquelles un corpus de huit symphonies – et de la musique de chambre. Théoricien et pédagogue, Walter Piston a joué un rôle de premier plan dans l'émergence, au xxe siècle, du style néoclassique aux États-Unis.

Né le 20 janvier 1894, à Rockland, dans le Maine, Walter Hamor Piston, Jr. étudie la musique à l'université Harvard, dont il sort diplômé en 1924. Il se rend ensuite à Paris, où il se perfectionne auprès de Nadia Boulanger et de Paul Dukas, de 1924 à 1926. C'est lors de ce séjour qu'il se familiarise avec le néoclassicisme français, Gabriel Fauré et Albert Roussel, qui vont durablement l'influencer ; il découvre également le jazz, qui va imprégner certaines de ses œuvres. De retour dans son pays natal, il enseigne la musique à Harvard de 1926 jusqu'à sa retraite, en 1960. Professeur renommé, il va exercer une influence considérable sur la musique américaine du xxe siècle par l'intermédiaire de ses élèves, au rang desquels figurent Arthur Berger, Elliott Carter, Leonard Bernstein, John Harbison, Conlon Nancarrow. Walter Piston a publié quatre traités importants : Principles of Harmonic Analysis (1933), Harmony (1941), Counterpoint (1947) et Orchestration (1955).

Ses œuvres, de style néoclassique, parfois teintées de romantisme, se distinguent par leur structure claire et leur vivacité rythmique. Parmi sa musique à programme, citons la suite pour orchestre Three New England Sketches, dédiés à Paul Paray (1959). Son unique composition pour la scène est la suite de ballet The Incredible Flutist (1938). Walter Piston a entretenu d'étroites relations avec Serge Koussevitzky et l'Orchestre symphonique de Boston, qui lui commandera et créera plusieurs œuvres, parmi lesquelles sa Troisième Symphonie (1948). Dans ses œuvres pour orchestre et pour soliste et orchestre, il faut mentionner deux concertos pour violon (1939 et 1960), un concerto pour alto (1957), un concerto pour deux pianos (1958), un Capriccio pour harpe et orchestre à cordes (créé par Nicanor Zabaleta le 19 octobre 1964), un concerto pour clarinette (1967), la Lincoln Center Festival Overture (1962), ainsi qu'un concerto pour quatuor à cordes, vents et percussion (1976). Parmi sa musique de chambre, citons cinq quatuors à cordes, un quintette avec piano et un quintette pour flûte, hautbois, clarinette, basson et cor. Walter Piston meurt le 12 novembre 1976, à Belmont, dans le Massachusetts.

—  Universalis

Classification

Pour citer l’article

« PISTON WALTER - (1894-1976) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 21 septembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/walter-piston/