VOILIERS

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Autrefois pratiquée par une minorité très restreinte, composée de fanatiques désintéressés ou d'amateurs fortunés, la voile est devenue aujourd'hui une activité très populaire. Elle s'est démocratisée grâce à l'avènement des constructions en série, réalisées en matériaux composites, dont la baisse des coûts de production permet au plus grand nombre d'acquérir le bateau de son choix.

L'industrie nautique est ainsi passée de l'artisanat au stade industriel avec des sociétés d'envergure internationale comme le groupe français Bénéteau.

Le passé historique et légendaire de la navigation à voile a progressivement créé un engouement qui a désormais atteint toute une partie du public avide de trouver en mer une satisfaction à ses besoins de liberté, d'isolement ou de communion avec la nature.

En remontant dans le passé, les premières représentations de bateaux à voile, telles que nous les connaissons actuellement, sont égyptiennes, sans toutefois que l'on puisse en déduire que les Égyptiens en aient été les créateurs.

La force du vent a été utilisée, à l'origine, comme auxiliaire de la rame pour la propulsion des navires par vent arrière, ou vent portant, et on a longtemps pensé que les voiles rectangulaires ou « carrées » des navires antiques permettaient seulement de naviguer par vent arrière. Mais les marins ont dû très tôt constater qu'un changement dans l'orientation de ces voiles pouvait procurer une certaine force propulsive, même lorsque le vent atteignait le navire par l'avant du travers. Et certains documents montrent clairement une orientation de cette voile, permettant de naviguer à diverses allures, et peut-être de louvoyer.

Les historiens situent aux environs du ixe siècle de notre ère l'invention des voiles latines, de forme triangulaire, facilement orientables au voisinage du plan longitudinal du navire, et donc plus efficaces que les voiles rectangulaires, pour la remontée au vent à l'allure du plus près.

La voile latine (fig. 1), par des modifications et des arrangements successifs, a donné naissance à la voile au tiers, puis à la voile aurique et, enfin, à la voile bermudienne ou marconi adoptée par tous les voiliers actuels. Les focs, également orientables dans l'axe du navire, ont dû apparaître à la même époque que les voiles latines. La voile à livarde dérive à la fois de la voile rectangulaire et de la voile latine.

Au cours des siècles, les navires, selon leur destination et les exigences de leur navigation, ont utilisé soit les voiles carrées, soit les voiles latines, soit le plus souvent une combinaison des deux. On dit avec raison que le xixe siècle marque l'apogée de la navigation à voile. Parmi les voiliers les plus célèbres de cette époque, citons les clippers, les bateaux-pilotes et les goélettes de pêche.

Boutre de Mascate

Dessin : Boutre de Mascate

fig. 1 a. Boutre de Mascate portant des voiles latines, construit en 1838 (d'après l'amiral E. Paris, « Atlas », 1840).fig. 1 b. Goélette bermudienne (architecte naval A. Mauric). 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

Les clippers étaient destinés aux grands voyages océaniques intercontinentaux, lorsque le profit commercial dépendait surtout de la vitesse. Avec leur voilure composée principalement de voiles carrées ou square sails, ils utilisaient autant que possible les vents portants, en choisissant pour cela les routes les plus favorables.

Clippers

Photographie : Clippers

Les docks de Londres, ici East India, accueillent les clippers chargés de thé, et de nombreux autres voiliers (1892). 

Crédits : London Stereoscopic Company/ Hulton Archive/ Getty Images

Afficher

Les bateaux-pilotes, petites unités conduites par des équipages réduits, utilisaient toujours des voiles auriques ou latines (fore and aft sails), pour être aisément maîtres de leur route quelle que soit la direction du vent. Les bateaux-pilotes ont été les principaux modèles de nos yachts à voile actuels. Par exemple, la célèbre America n'était autre qu'un bateau-pilote du port de New York adapté à la navigation de plaisance.

Les goélettes de pêche, en particulier celles de la côte nord-est des États-Unis et du Canada, ont d'abord servi de modèles aux grands yachts à voile, puis elles en ont imité les derniers perfectionnements. Comme pour les clippers, la vitesse était un élément déterminant de profit commercial pour les bateaux-pilotes et les goélettes de pêche. Ces dernières étaient gréées avec deux mâts, des voiles à cornes, un fisherman (voile remplissant complètement l'espace entre les deux mâts) et munies à l'avant d'un grand bout-dehors et de deux ou trois focs.

Goélette bermudienne

Dessin : Goélette bermudienne

fig. 1 a. Boutre de Mascate portant des voiles latines, construit en 1838 (d'après l'amiral E. Paris, « Atlas », 1840).fig. 1 b. Goélette bermudienne (architecte naval A. Mauric). 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

L'architecture du voilier

Le dessin de la coque

L'une des tâches les plus délicates de l'architecte naval est la définition de la surface de la coque du navire, et plus particulièrement du voilier. Elle aboutit à un plan essentiel, baptisé plan des formes (cf. navires). Les méthodes de définition de cette surface ont évolué au cours des siècles, mais presque toutes sont encore en usage de par le monde.

Une méthode primitive de conception et de construction des voiliers consiste à réaliser, sans aucun plan, une charpente constituée de la pièce de quille et de quelques couples transversaux, sur lesquels le charpentier place quelques bordés longitudinaux ; ensuite, par tâtonnement, il corrige, rectifie et fait « filer » sa coque. C'est un procédé encore employé dans des constructions traditionnelles ou dans des pays en développement, pour la construction des petits bateaux de pêche, des barques et esquifs divers.

Une autre méthode, très utilisée encore au xixe siècle par les constructeurs de navires, est la réalisation de modèles réduits, coque ou demi-coque, pour donner une image tridimensionnelle exacte de la carène. Un relevé de cotes, à partir de cette maquette, permet ensuite de fournir un plan au constructeur. Cette méthode, exigeant beaucoup d'habileté, a produit des carènes magnifiques et performantes, comme celles des goélettes de pêche américaines et canadiennes, et celles de certains défendeurs de l'America's Cup, ou Coupe de l'America.

Aujourd'hui, les architectes navals conçoivent et dessinent complètement leurs coques avant la construction. La conception assistée par ordinateur (C.A.O.) s'est progressivement imposée et supplante désormais la méthode traditionnelle.

Dans l'option traditionnelle, l'architecte dessine des projections et des intersections de la surface de la carène avec trois plans orthogonaux (plan horizontal, plan vertical et plan longitudinal). Il doit s'assurer que les intersections dans les différents plans se correspondent bien et constituent un point unique dans l'espace. Ces tracés constituent le plan des formes à une échelle convenue. Puis les cotes de ce plan sont relevées et indiquées sur un document appelé « devis de tracé », document utilisé alors par le constructeur pour reproduire le plan des formes en grandeur réelle.

La C.A.O. a fondamentalement changé cette méthode. Elle permet de travailler directement en trois dimensions sur l'objet lui-même, la carène, représentée par une ou plusieurs surfaces dans l'espace, et non plus sur des projections en deux dimensions des dites surfaces.

Du point de vue géométrique, la carène est par exemple représentée par un grand nombre de petites surfaces, chacune étant définie par son équation tridimensionnelle. Toutes ces surfaces sont raccordées avec un degré de c [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 10 pages

Médias de l’article

Boutre de Mascate

Boutre de Mascate
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Clippers

Clippers
Crédits : London Stereoscopic Company/ Hulton Archive/ Getty Images

photographie

Goélette bermudienne

Goélette bermudienne
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Coupe de l'America: voiliers de 1851 et de 2009

Coupe de l'America: voiliers de 1851 et de 2009
Crédits : Kos Picture Source/ Getty Images News/ Getty Images

photographie

Afficher les 12 médias de l'article


Écrit par :

  • : architecte naval, bureau d'études André Mauric, Marseille
  • : ingénieur de l'armement (génie maritime), architecte naval, président du bureau d'architecture André Mauric

Classification

Autres références

«  VOILIERS  » est également traité dans :

BRICK

  • Écrit par 
  • Jacques MÉRAND
  •  • 72 mots

Apparu après 1750, le brick est un petit navire de guerre à voile, son importance étant désignée par le nombre de bouches à feu : brick de douze, de dix-huit canons... Gréé en voiles latines sur deux mâts, il peut devenir un voilier très fin, le brick-aviso, destiné aux missions rapides. Le brick de charge, également connu, sera remplacé vers la fin du xix e  siècle par le brick-goélette. […] Lire la suite

FLÛTE, navire

  • Écrit par 
  • Jacques MÉRAND
  •  • 81 mots

Lourd bateau à voiles, d'origine hollandaise, destiné aux transports de marchandises. Étienne Cleirac mentionne la flûte dans ses Termes de marine (1634) et Colbert évoque les flûtes « à grand ventre », de 300 à 500 tonneaux, « navigués par peu d'hommes vers les Indes orientales ». Un bâtiment de guerre, transformé en navire de commerce, mais conservant une partie de ses bouches à feu disposées s […] Lire la suite

FRÉGATE

  • Écrit par 
  • Jacques MÉRAND
  •  • 166 mots

Le nom de ce navire léger est emprunté, selon Jal, à un bateau antique, l' aphractum . Il apparaît au xiv e  siècle, dans une lettre de la reine Jeanne, comtesse de Provence, à Bertrand de Grasse (1362). De la famille des galères, la frégate est alors une chaloupe montée par douze rameurs. On lui demande d'éclairer la marche d'une escadre, de faire le guet à la recherche de l'ennemi, de transmettr […] Lire la suite

GALION

  • Écrit par 
  • Jacques MÉRAND
  •  • 180 mots
  •  • 1 média

Apparu au xv e  siècle, le galion tient de la nef et de la galère. Si le rapport entre la largeur et la longueur d'un vaisseau rond est de 1 à 3, il devient, sur le galion, de 1 à 4 ou 5 ; il est aussi long que la galère dont il conserve, par ailleurs, l'éperon à l'étrave. François I er fait ainsi construire des « nefs-galères » ou « galliaces ». Et de nombreux galions figurent dans l'Invincible […] Lire la suite

GOÉLETTE

  • Écrit par 
  • Jacques MÉRAND
  •  • 95 mots

Un voilier rapide, peu élevé sur l'eau, que les Américains appellent schooner (goéland), deviendra la goélette, ainsi désignée pour la première fois, en 1781, dans un glossaire nautique (dictionnaire de Saverien). Son gréement en voiles auriques à deux ou trois mâts, déterminé par les vents de la côte atlantique des États-Unis, confirme une origine américaine. Bateau de guerre ou de commerce, la […] Lire la suite

HERBULOT JEAN-JACQUES (1909-1997)

  • Écrit par 
  • Éric VIBART
  •  • 604 mots

Architecte naval français et régatier de haut niveau dont le nom est indissociablement lié à la démocratisation, après la Seconde Guerre mondiale, de la navigation de plaisance française. Né le 29 mars 1909 à Belval (Ardennes), Herbulot découvre la navigation dès l'enfance lors de vacances normandes à Houlgate. Étudiant à Paris, il rejoint, au début des années 1930, le Cercle de la voile de Pari […] Lire la suite

MAÎTRISE DE LA NAVIGATION - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Alain BOULAIRE
  •  • 680 mots

Vers — 4000 Premières représentations de bateaux à voiles en Mésopotamie et en Égypte. L'essentiel de la manœuvre se fait toujours à la rame, la voile n'étant qu'un complément en cas de vents favorables. 553 Procope de Césarée parle de la voile latine : triangulaire, elle permet de mieux manœuvrer que les seules voiles carrées pour lesquelles un vent portant fort et bien orienté est nécessaire. […] Lire la suite

MÉDITERRANÉE HISTOIRE DE LA

  • Écrit par 
  • André BOURDE, 
  • Georges DUBY, 
  • Claude LEPELLEY, 
  • Jean-Louis MIÈGE
  • , Universalis
  •  • 18 417 mots
  •  • 12 médias

Dans le chapitre « « Mare nostrum » (ier s. av.-ive s. apr. J.-C.) »  : […] L'époque impériale vit, à coup sûr, l'apogée de la vie maritime dans la Méditerranée antique, en ce qui concerne l'intensité du trafic, le nombre des navires et des passagers, le volume des marchandises. L'unification politique du monde méditerranéen sous l'égide de Rome et la paix qui en résultait pour tous les pays riverains donnèrent à la circulation des personnes et des biens une liberté, une […] Lire la suite

NAVIRES - Navires de guerre

  • Écrit par 
  • Régis BEAUGRAND, 
  • André BERNARDINI, 
  • Jean LE TALLEC, 
  • Marc MENEZ, 
  • Jean TOUFFAIT
  •  • 12 481 mots
  •  • 10 médias

Dans le chapitre « De l'origine à la fin du xixe siècle »  : […] En l'an 694 avant J.-C., une flotte mésopotamienne, composée de navires ronds de transport et de galères de combat munies d'un éperon sur l'avant, traverse ce que nous appelons aujourd'hui le golfe Persique, et débarque des troupes sur la rive opposée afin de s'en emparer. Plus de deux siècles plus tard, en 480 avant J.-C., une flotte grecque, composée de trières, défait les Perses à Salamine. La […] Lire la suite

NAVIRES - Navires de plaisance

  • Écrit par 
  • Jean-Charles NAHON
  •  • 4 817 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La noblesse à la barre »  : […] Étant équipés de dérives (appendice de coque relevable permettant de faire varier le tirant d'eau), les premiers yachts néerlandais du xvii e  siècle étaient adaptés à une navigation par petits fonds le long des côtes et estuaires des Pays-Bas. Leur transposition en Angleterre donna des navires plus profonds, étroits et sans dérive. Les premières courses voyaient s'affronter les différents membr […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

4 avril - 3 mai 2009 Somalie. Recrudescence des actes de piraterie

voiliers le Ponant et le Carré d'As en 2008 au large de la Somalie. Le 3 mai, la frégate Nivôse capture à nouveau onze pirates, armés de fusils d'assaut et d'un lance-roquettes, au large de la Somalie.  […] Lire la suite

Pour citer l’article

André MAURIC, Jean-Charles NAHON, « VOILIERS », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 30 novembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/voiliers/