VLADIMIR Ier SVIATOSLAVITCH saint (956 env.-1015)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Obligé de se réfugier en Scandinavie en 972, à la mort de son père, Sviatoslav, Vladimir réussit à s'imposer comme prince de Kiev, grâce à l'appui d'une troupe varègue (978-980). Là, il étend son autorité sur l'ensemble des tribus slaves de l'Europe orientale, élargissant la frontière de l'État kiévien vers l'est et le sud-ouest. La sécurité de cet État est assurée par d'incessantes actions militaires contre les peuples et les États voisins : duché de Pologne en 981 et 993, tribus lituaniennes en 983, royaume bulgare de la Kama en 985 et 997, royaume bulgare du Danube en 986 et 1000 et surtout hordes pétchénègues en 992, 995 et 997. Profitant du péril que constitua pour l'Empire byzantin la mutinerie de Bardas Phocas, Vladimir revendique la Crimée et cherche à s'allier à la dynastie impériale (en 989, il épousera Anne, sœur de l'empereur Basile II).

C'est dans ces circonstances, mal connues dans leur détail, que se placent le baptême de Vladimir (987-988), la reconnaissance du christianisme byzantin comme religion officielle de l'État (989-990) et la mise en place de structures ecclésiastiques (dont l'étude détaillée soulève beaucoup de questions). Il est avéré que le prince néophyte a consenti à l'Église une « dîme », prélevée sur le trésor princier, et de nombreux privilèges, dans le domaine judiciaire notamment.

La personnalité de Vladimir, que les sources authentiques permettent difficilement de cerner, domine le folklore épique russe (les byliny), offrant l'image du monarque idéal. L'Église le canonisa, probablement au xiiie siècle. Dès le xiie siècle, les maîtres de la nouvelle principauté de Vladimir-Souzdal (Suzdal') font circuler les légendes qui leur permettent de resserrer les liens historiques avec celui que la postérité considérera comme le fondateur de l'État russe orthodoxe.

—  Wladimir VODOFF

Écrit par :

Classification


Autres références

«  VLADIMIR I er SVIATOSLAVITCH saint (956 env.-1015)  » est également traité dans :

CHRISTIANISATION DE L'EUROPE CENTRALE ET ORIENTALE - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Vincent GOURDON
  •  • 320 mots

Environ 800 Création de l'archevêché de Nin en Croatie. 863 Cyrille et Méthode, missionnaires dépêchés par Byzance, sont reçus à la cour du roi des Moraves, Ratislav. Ils traduisent les Saintes Écritures en slavon. 864 Baptême de Boris I er , tsar de Bulgarie. 869 Un an après la reconnaissance par Rome de la nouvelle Église slavonne de Moravie, le pape Adrien nomme Méthode archevêque de Sirmiu […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/christianisation-de-l-europe-centrale-et-orientale-reperes-chronologiques/#i_42976

CONQUÊTE DE KIEV PAR OLEG

  • Écrit par 
  • Vincent GOURDON
  •  • 216 mots

En 882, le prince Varègue Oleg (882-912 ?), déjà maître de Novgorod depuis la mort de son parent Riourik, s'empare de Kiev. S'unifie alors, sous l'égide d'une dynastie scandinave, les Riourikides, l'espace occupé par les Slaves orientaux, qui commence à prendre au ix e  siècle le nom de Rous, et est fondée autour de la nouvelle capitale, Kiev, la première véritable formation étatique russe. Celle- […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/conquete-de-kiev-par-oleg/#i_42976

IAROSLAV VLADIMIROVITCH LE SAGE (978-1054) prince de Kiev (1019-1054)

  • Écrit par 
  • Wladimir VODOFF
  •  • 282 mots

Prince de Novgorod en 1010, Iaroslav montre des velléités d'indépendance à l'égard de son père, Vladimir le Grand. Sorti vainqueur des luttes fratricides qui suivirent la mort de celui-ci (1015-1019), il s'installe à Kiev, mais doit, de 1024 à 1034, reconnaître la souveraineté de son frère Mstislav sur la rive gauche du Dniepr. La politique extérieure de Iaroslav continue celle de son père : au no […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/iaroslav-vladimirovitch-le-sage/#i_42976

RUSSIE (Le territoire et les hommes) - Histoire

  • Écrit par 
  • Michel LESAGE, 
  • Roger PORTAL
  •  • 20 249 mots
  •  • 27 médias

Dans le chapitre « La Kiévie »  : […] Le nouvel État, dont le prince souverain a fait de Kiev sa capitale (d'où l'expression de Kiévie), est une sorte de domaine familial – tous les fils recevant une part de l'héritage –, souvent ensanglanté par des luttes fratricides, affaibli par les attaques des Scandinaves, des Polonais, des nomades, et par ses conflits avec Byzance . Son unité n'a été réalisée que momentanément sous Vladimir (9 […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/russie-le-territoire-et-les-hommes-histoire/#i_42976

UKRAINE

  • Écrit par 
  • Annie DAUBENTON, 
  • Iryna DMYTRYCHYN, 
  • Lubomyr A. HAJDA, 
  • Georges LUCIANI, 
  • Yann RICHARD
  •  • 37 635 mots
  •  • 14 médias

Dans le chapitre «  Chronique initiale »  : […] Le premier État ukrainien – celui qui avait déjà pour capitale Kiev sur le Dniepr – a duré jusqu'en 1240, date à laquelle il a été ruiné par l'invasion des Tatares mongols. Fondé dès le x e  siècle par des chefs varègues (c'est-à-dire scandinaves) au milieu d'une population indigène (ils se sont eux-mêmes peu à peu slavisés), il a connu pendant plusieurs siècles une brillante civilisation dans le […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ukraine/#i_42976

Pour citer l’article

Wladimir VODOFF, « VLADIMIR Ier SVIATOSLAVITCH saint (956 env.-1015) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 05 décembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/vladimir-ier-sviatoslavitch/