VIKINGS

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le premier âge des Vikings

Les dates de 800 et de 930 délimitent approximativement le premier âge des Vikings, qui dura environ quatre générations. Ce fut un débordement inouï, sans nulle proportion avec la population de la Scandinavie. Successivement, puis presque simultanément, toutes les côtes septentrionales et occidentales de l'Europe et une bonne partie des côtes méditerranéennes furent abordées, sondées et ravagées. La quasi-totalité des grands fleuves furent remontés aussi haut qu'ils étaient navigables. Au-delà de l'Europe, les Suédois atteignirent le monde byzantin, le bassin de la mer Caspienne, l'Iran septentrional, peut-être le Turkestan ; les Norvégiens explorèrent les côtes marocaines et, dans le désert de l'Atlantique nord, découvrirent les îles Fær-Øer et l'Islande.

Méthodes et conséquences

Le monde chrétien, surpris, divisé, exploité avec une habileté presque diabolique, ne sut trouver aucune riposte appropriée. Il n'avait guère de flottes et pas d'armées permanentes, les fortifications n'avaient pas été renouvelées depuis le Bas-Empire et surtout il avait perdu l'habitude des guerres défensives. Les rares initiatives heureuses furent prises en Gaule par Charles le Chauve, qui eut l'idée de barrer les grands fleuves par des ponts fortifiés, mais ne trouva personne pour les garder, et en Angleterre par Alfred le Grand, qui obtint des résultats plus substantiels en créant une flotte et une défense territoriale appuyée sur une multitude de points forts (burhs). Le reste du temps, on essaya de dissuader les Vikings en monnayant leur départ ; ce danegeld (« tribut aux Danois »), était une mesure onéreuse qui incitait plutôt les pirates à renouveler leurs visites. Mais à la longue les ressources des pays attaqués s'épuisaient et les cadres administratifs capables de réunir ces tributs disparaissaient : il arrivait alors que les Vikings demandent des rétributions en terres plutôt qu'en numéraire ou en métal précieux. Ces différentes phases d'un engrenage désastreux ne se sont pas déroulées partout, ni sur le même rythme ; c'est dans les pays assaillis par les « armées » danoises qu'on les discerne le plus clairement.

La question des effectifs entraînés a fait l'objet de discussions véhémentes entre spécialistes. Il n'y a pas lieu de les croire très considérables : ils pouvaient compter de quelques centaines à deux ou trois milliers d'hommes, plus nombreux seulement dans le cas des « armées » séjournant longtemps outre-mer et nourries de renforts si leurs opérations se révélaient fructueuses. Leur extrême mobilité, sur mer comme sur terre, où les Vikings se muaient aisément en cavaliers, ainsi que le caractère imprévu de leur tactique, les rendaient plus redoutables que leur nombre.

C'est assez vainement aussi que l'on s'est souvent demandé quelle fut la portée économique de ces expéditions. Dans leur principe, du moins chez les vrais Vikings (le cas des Varègues est tout autre), elles étaient uniquement prédatrices ou, surtout chez les Norvégiens, colonisatrices, mais nullement commerciales. Les échanges n'étaient qu'une manière de tirer meilleur parti du butin accumulé et des séjours dans des pays produisant des denrées appréciées des Nordiques, comme le vin. Jusque vers la fin du xe siècle, la monnaie obtenue était immédiatement convertie en lingots ou en anneaux. Le Viking n'a rien d'un commerçant né. Cependant tout un peuple de mercantis profite de la situation créée par les expéditions : Frisons, Scandinaves ou même Orientaux s'entendent à tirer de cette économie de proie d'immenses bénéfices et leurs opérations font naître de grands centres de traite. Ceux-ci périclitèrent quand, après le triomphe de la monnaie, s'établit un système d'échanges moins rudimentaire. Les principaux emporia sont Hedeby, aujourd'hui dans la banlieue de la ville allemande de Schleswig, Birka, dans une île du lac Mälar à l'ouest de Stockholm, Kaupang (ou Skiringssal), sur le fjord d'Oslo près de Larvik, tous en relations étroites avec les ports septentrionaux de l'empire franc, comme ceux de Dorestad (près d'Utrecht) et de Quantovic (près d'Étaples).

Les différents champs d'opérations

On distingue les différents champs d'opérations selon les nationalités dominantes, sans pourtant oublier que les Vikings sont souvent cosmopolites, que la « langue danoise » n'offre encore que peu de variations régionales et que la nationalité d'un « roi de la mer » ne préjuge pas de celle de ses troupes.

Les Norvégiens, qui opèrent volontiers par petits groupes, voire individuellement, se sont d'abord dirigés, au viiie siècle, vers les îles proches, Shetland et Orcades, et vers le nord de l'Écosse : dans ces pays qui rappelaient leur mère patrie, ils ont rapidement fondé des colonies agro-pastorales, submergeant les populations locales. De là, les uns ont poussé vers le sud-ouest, vers l'île de Man, vers l'Irlande surtout, où après de longues luttes ils fondèrent des établissements côtiers, ancêtres des principales villes d'aujourd'hui (Dublin, Waterford, Limerick). Au-delà, ils ont razzié les côtes de la Manche occidentale, du golfe de Gascogne, de la Galice et du Portugal, puis découvert vers 840 le détroit de Gibraltar et saccagé de loin en loin l'Andalousie, le Rif, voire la vallée inférieure du Rhône ou la côte toscane. Un autre rameau de l'expansion norvégienne se dirigea vers les domaines déserts de l'Atlantique nord, pour y chercher des terres de peuplement : dans les Fær-/Oer et en Islande, atteinte vers 860.

Les Danois, dont l'organisation collective est bien plus forte, se sont intéressés presque uniquement à l'Angleterre et à la moitié septentrionale de l'empire carolingien. Opérant par « armées » de façon assez méthodique, ils ont été les adversaires les plus redoutables des États occidentaux. Chez eux seulement, le danegeld, à partir de 845, puis les cessions de territoire se pratiquent sur une grande échelle, après la conclusion de traités. Leurs premières opérations furent certainement liées à la menace politique que constituait pour le Danemark la conquête de la Saxe par Charlemagne. À partir du milieu du ixe siècle, les Danois se sont volontiers faits créateurs d'États. La plupart de leurs fondations furent éphémères, mais deux eurent une signification durable : le royaume d'York, né en 876, qui domina le nord-est de l'Angleterre (appelé plus tard Danelaw, « [pays de la] loi danoise ») et vécut un demi-siècle, et le duché de Normandie fondé à Rouen en 911 par Rollon, chef sans doute norvégien d'une troupe surtout danoise.

Les Suédois, avant tout mercenaires et trafiquants, s'engagèrent au début du ixe siècle sur la côte qui leur faisait face, en Finlande et en Courl [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 9 pages


Médias de l’article

800 à 900. Déclin des empires

800 à 900. Déclin des empires
Crédits : Encyclopædia Universalis France

vidéo

Occident médiéval

Occident médiéval
Crédits : Encyclopædia Universalis France

carte

La Scandinavie à l'époque viking

La Scandinavie à l'époque viking
Crédits : Encyclopædia Universalis France

carte

Les embarcations vikings

Les embarcations vikings
Crédits : Encyclopædia Universalis France

vidéo

Afficher les 14 médias de l'article


Écrit par :

Classification

Autres références

«  VIKINGS  » est également traité dans :

VIKINGS (notions de base)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 2 733 mots
  •  • 9 médias

Dans l’histoire du monde scandinave, la période viking couvre environ trois siècles, entre le viiie et le xie siècle. Nous n'avons souvent retenu d’eux que leurs expéditions sanguinaires. Guerriers, navigateurs, commerçants, détenteurs d’un art et d’une civilisation originaux, ces « barbares » fascinent c […] Lire la suite

ALFRED LE GRAND (849-899) roi du Wessex (871-899)

  • Écrit par 
  • Pierre JOANNON
  •  • 346 mots

Souverain légendaire du Wessex, né à Wantage en Berkshire, Alfred est le fils cadet du roi Aethelwulf. Lors d'un pèlerinage à Rome, le pape Léon IV le consacre roi avant même qu'il ne monte sur le trône. Il se distingue contre les envahisseurs danois à Ashdown, Basing et Merton. En 871, à la mort de son dernier frère, Aethelred, il ceint la couronne du Wessex. Durement éprouvé par les combats, il […] Lire la suite

AMÉRIQUE (Histoire) - Découverte

  • Écrit par 
  • Marianne MAHN-LOT
  •  • 4 816 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Les navigations scandinaves »  : […] Il est aujourd'hui certain que ces extraordinaires navigateurs qu'ont été les Vikings ont su aller en droiture de la Norvège au Groenland du Sud, et au-delà, sans se servir de cartes ni de boussole, en suivant approximativement le 60 e  parallèle. Ces navigations eurent pour résultat une véritable colonisation du Groenland et de certains territoires de l'Amérique septentrionale. Qu'allait-on y che […] Lire la suite

ARCHÉOLOGIE (Archéologie et société) - Aménagement des sites

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre MOHEN, 
  • Jean-François REYNAUD
  •  • 5 939 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Le Yorvik Center (York) »  : […] Tout aussi exceptionnelle est la solution adoptée à York (Grande-Bretagne) pour faire comprendre la vie quotidienne au temps des Vikings à partir des fouilles d'un habitat viking sur le site de Copper Gate (dir. R. Hall). York, cité romaine (Eburacum), puis saxonne ( vii e -viii e  siècle, Eoforvik), a également été le siège d'un royaume viking ( ix e  siècle, Yorvik). Ces Vikings, qui évoquent po […] Lire la suite

ATLANTIQUE HISTOIRE DE L'OCÉAN

  • Écrit par 
  • Jacques GODECHOT, 
  • Clément THIBAUD
  •  • 13 638 mots
  •  • 12 médias

Dans le chapitre « Les Vikings »  : […] À partir du ix e  siècle, les Scandinaves prennent une place grandissante dans la navigation atlantique. Les rois du Vik – le golfe de Göteborg – ou Vikings, se lancent au loin sur des bateaux légers et rapides, les skeids , dont plusieurs exemplaires ont été retrouvés en parfait état dans les tombes de ces marins et ornent aujourd'hui les musées scandinaves. Montés sur ces barques, les Vikings je […] Lire la suite

BELGIQUE - Histoire

  • Écrit par 
  • Guido PEETERS
  •  • 20 612 mots
  •  • 16 médias

Dans le chapitre « Les Carolingiens »  : […] La nouvelle dynastie des Pippinides de Herstal (au nord de Liège) consolida son pouvoir sur les derniers Mérovingiens dès le viii e  siècle. Les régions belges se trouvaient au centre de cette Austrasie pippinide. Charlemagne figure toujours dans les légendes de ces régions. Pépin III le Bref et Charlemagne rétablirent un certain ordre politique, social et culturel dans leurs terres qui, sous Cha […] Lire la suite

CHARLES III LE SIMPLE (879-929) roi de France (893-923)

  • Écrit par 
  • Michel SOT
  •  • 507 mots

Fils posthume de Louis II le Bègue, Charles III le Simple est écarté de la royauté par les grands de Francie occidentale après les brefs règnes de ses frères Louis III (mort en 882) et Carloman (mort en 884). Il n'a alors que cinq ans et on lui préfère d'abord l'empereur Charles le Gros, plus capable d'organiser la défense face aux Vikings qui ravagent le pays ; puis, après l'abdication et la mort […] Lire la suite

DANEMARK

  • Écrit par 
  • Marc AUCHET, 
  • Frederik Julius BILLESKOV-JANSEN, 
  • Jean Maurice BIZIÈRE, 
  • Régis BOYER, 
  • Georges CHABOT, 
  • Lucien MUSSET, 
  • Claude NORDMANN
  • , Universalis
  •  • 19 545 mots
  •  • 15 médias

Dans le chapitre « L'ère des Vikings »  : […] L'histoire danoise, jusqu'à l'époque de Charlemagne, n'est guère éclairée que par l'archéologie. On pense cependant qu'ont eu lieu quelques raids maritimes contre la Frise vers 520 et 574, et la tradition épique garde un souvenir confus d'une royauté dont le centre aurait été à Lejre, près de Roskilde. C'est le choc causé par la conquête franque en Saxe qui fait vraiment entrer le Danemark dans l […] Lire la suite

DÉCOUVERTE DU GROENLAND

  • Écrit par 
  • Sylvain VENAYRE
  •  • 183 mots
  •  • 1 média

Vers 870, les Vikings norvégiens occupèrent l'Islande et, à partir de là, explorèrent les mers du Nord à la recherche d'huile de phoque, de fourrures d'ours blanc ou d'ivoire de morse. Une saga rapporte qu'un certain Erik le Rouge, venant de l'est, aurait alors découvert, en 982, le sud de la « terre verte » ou Groenland. Un établissement y fut créé en 986, à Brattahlidh, et le christianisme fut i […] Lire la suite

NAVIGATION MARITIME

  • Écrit par 
  • Michel MOLLAT DU JOURDIN
  •  • 7 613 mots
  •  • 11 médias

Dans le chapitre « Pirogues polynésiennes et drakkars vikings »  : […] Quelle que soit l'origine du peuplement de la Polynésie, on reste confondu devant l'audace des navigateurs primitifs océaniens qui n'hésitèrent pas à effectuer des traversées de près de 4 000 kilomètres. Depuis les voyages d'exploration du Pacifique accomplis par les navigateurs du xviii e  siècle, on connaît assez bien les embarcations qui permirent de tels exploits. C'étaient de grandes pirogue […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Lucien MUSSET, « VIKINGS », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 08 décembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/vikings/