VERMEER DE DELFT (1632-1675)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Un artiste reconnu de son vivant

Vermeer est souvent cité en exemple lorsque l'on évoque les « génies méconnus ». Pourtant, le simple fait que ses œuvres aient été préservées dans leur quasi-totalité prouve déjà qu'elles furent toujours appréciées. Il les vendait d'ailleurs à un bon prix. Il fut élu à quatre reprises vice-doyen de la guilde des peintres. Dans sa Description de la ville de Delft de 1667, Van Bleyswyck cite également Vermeer dans une brève liste de « peintres encore vivants » dont il était le plus jeune. Pendant nombre de générations le Groote Schouburgh der Nederlantsche Konstschilders (1718-1721), d'Arnold Houbraken, demeura la seule source d'informations sur les peintres hollandais du xviie siècle. Mais cet auteur était fort mal renseigné au sujet des peintres de Delft ; et les données qu'il fournit sur Vermeer sont des plus sommaires. Le nom de Vermeer tomba ainsi dans l'oubli. Cependant, ses peintures se trouvaient au xviiie siècle dans les meilleures collections.

Dès la fin du xviiie siècle, on connaît des propos enthousiastes d'amateurs éclairés qui eurent fortuitement l'occasion de voir un Vermeer (Joshua Reynolds, J. B. P. Lebrun, C. Josi). En mai 1822 le Mauritshuis qui avait été inauguré à La Haye quelques mois auparavant acheta la Vue de Delft pour la somme, considérable à l'époque, de 2 900 florins. Des progrès dans la connaissance du peintre ne purent être faits qu'après l'installation en Hollande du démocrate radical français Théophile Thoré, exilé à cause de son rôle dans la révolution manquée de 1848. Thoré prit alors la peine de collecter pendant de longues années des indications relatives à Vermeer et de les compulser. En 1866, il publia sous le pseudonyme de William Bürger le fruit de ses travaux dans la Gazette des beaux-arts : une étude enthousiaste qui devait réhabiliter la renommée de grand maître de Vermeer. Il édifia ainsi une base solide à la reconstitution de l'œuvre réduite de Vermeer.


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 7 pages



Médias de l’article

Jeune Garçon apportant des grenades, P. de Hooch

Jeune Garçon apportant des grenades, P. de Hooch
Crédits : Bridgeman Images

photographie

Le Verre de vin, Vermeer de Delft

Le Verre de vin, Vermeer de Delft
Crédits : AKG

photographie

L'Atelier, J. Vermeer

L'Atelier, J. Vermeer
Crédits : Bridgeman Images

photographie

La Dentellière, J. Vermeer

La Dentellière, J. Vermeer
Crédits : Bridgeman Images

photographie





Écrit par :

Classification


Autres références

«  VERMEER DE DELFT (1632-1675)  » est également traité dans :

JAN VAN DER MEER DE DELFT, Théophile Thoré-Bürger - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Barthélémy JOBERT
  •  • 1 060 mots
  •  • 1 média

Parmi les nombreux titres qui font de Théophile Thoré (1807-1869) l'un des critiques d'art français les plus importants de la monarchie de Juillet et du second Empire, l'ouvrage consacré à la redécouverte de Vermeer est l'un des plus célèbres. C'est en effet grâce à Thoré qu'un peintre du xviie siècle largement tombé dans l'oubli reprit sa place aux c […] Lire la suite

ALLÉGORIE

  • Écrit par 
  • Frédéric ELSIG, 
  • Jean-François GROULIER, 
  • Jacqueline LICHTENSTEIN, 
  • Daniel POIRION, 
  • Daniel RUSSO, 
  • Gilles SAURON
  •  • 11 638 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Du XVIIIe au XXe siècle »  : […] À partir de la fin du xvi e  siècle, la personnification s'éloigne progressivement de l'ambivalence du symbole pour devenir le mode de représentation privilégié de l'allégorie, laquelle se constitue dès lors comme une catégorie à part entière et occupe une place prépondérante dans la hiérarchie des genres artistiques, codifiée par la tradition académique. Celle-ci lui assure un développement inint […] Lire la suite

ART (L'art et son objet) - Le faux en art

  • Écrit par 
  • Germain BAZIN
  •  • 6 714 mots

Dans le chapitre « Expert, critique et connaisseur »  : […] La détection des contrefaçons exige non seulement une grande expérience, mais un flair particulier qui permet de discerner aussitôt les éléments anormaux d'une œuvre d'art, même si celle-ci apparaît au premier abord digne d'intérêt et conforme à une manière ou à un style connus. Un connaisseur aura l'attention attirée par une usure anormale, obtenue par des moyens mécaniques, une patine suspecte, […] Lire la suite

FABRITIUS CAREL (1622-1654)

  • Écrit par 
  • Jacques FOUCART
  •  • 844 mots

Fils d'un maître d'école dénommé Pieter Carelsz, Carel reçut sans doute une première formation de menuisier ou de charpentier si l'on en juge par le surnom de Fabritius ( Faber ) qui était déjà accolé à son prénom en 1641, date de son mariage et de son établissement à Amsterdam. Ses frères Barent et Johannes devaient à sa suite adopter le même nom. Son orientation vers la peinture vient peut-être […] Lire la suite

HOOCH PIETER DE (1629-1684)

  • Écrit par 
  • Françoise HEILBRUN
  •  • 1 493 mots
  •  • 1 média

Né à Rotterdam dans un milieu assez humble, mort à Amsterdam, Pieter De Hooch est, comme ses contemporains Vermeer et Gérard Ter Boch, le peintre de l'intimité bourgeoise. Selon Houbraken, il a été formé à Haarlem dans l'atelier de Berchem, avec lequel, à vrai dire, son œuvre a peu en commun. Il loue bientôt ses services à Justus de La Grange, négociant en drap résidant à La Haye, qui le loge et, […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Albert BLANKERT, « VERMEER DE DELFT (1632-1675) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 22 mai 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/vermeer-de-delft/