HOOCH PIETER DE (1629-1684)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Né à Rotterdam dans un milieu assez humble, mort à Amsterdam, Pieter De Hooch est, comme ses contemporains Vermeer et Gérard Ter Boch, le peintre de l'intimité bourgeoise. Selon Houbraken, il a été formé à Haarlem dans l'atelier de Berchem, avec lequel, à vrai dire, son œuvre a peu en commun. Il loue bientôt ses services à Justus de La Grange, négociant en drap résidant à La Haye, qui le loge et, en échange, exploite ses talents de peintre, pratique alors fréquente en Hollande. Il quitte son « protecteur » en 1653 pour s'installer à Delft, où il épouse l'année suivante Annette Van der Burgh. En 1655, il est inscrit, à titre étranger, à la gilde de Saint-Luc de cette même ville. C'est sans doute vers 1663, si l'on en juge par le nouveau cadre urbain figurant dans ses tableaux à partir de cette date, qu'il part se fixer à Amsterdam, où il demeure jusqu'en 1682, année de sa dernière œuvre connue. Ensuite, la vie du peintre n'est plus documentée.

Comme Vermeer, Pieter De Hooch a connu une longue période d'oubli complet, moins longue toutefois puisque, à la fin du xviiie siècle, des marchands, tel le célèbre Lebrun, redécouvrent la personnalité de l'artiste, jusque-là considéré comme un imitateur. On compte environ deux cents tableaux de lui, souvent signés de ses initiales et datés, et pas un seul dessin ; chez ce grand coloriste, le dessin a toujours été la partie la plus faible, et des traces de repentir sont souvent visibles dans ses peintures. À chacune des trois étapes de sa vie, vécue dans une ville différente : d'abord Haarlem (et Leyde), puis Delft, enfin Amsterdam, correspond chez Pieter De Hooch une nouvelle manière de peindre et de nouveaux sujets, dans le genre auquel il s'est limité tout au moins. Cette évolution est très représentative de celle de la scène de genre dans la peinture hollandaise du xviie siècle, qui elle-même reflète la transformation de la société où elle trouve son modèle : elle va, en effet de l'évocation d'une vie militaire aux mœurs encore assez rudes et grossières (à l'époque où les Provinces-Unies luttent toujours pour conserver leur [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  HOOCH PIETER DE (1629-1684)  » est également traité dans :

ART (L'art et son objet) - Le faux en art

  • Écrit par 
  • Germain BAZIN
  •  • 6 714 mots

Dans le chapitre « Signature et histoire de l'œuvre »  : […] Peut-on se fier aux signatures quand un des chefs-d'œuvre les plus célèbres de Vermeer, le Peintre dans son atelier du musée de Vienne, porte mention de la firme de Pieter de Hooch, apposée au xviii e  siècle, à une époque où Vermeer était oublié et Pieter de Hooch très demandé ? Des signatures authentiques ont été truquées ; quoi de plus facile q […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/art-l-art-et-son-objet-le-faux-en-art/#i_9562

JAN VAN DER MEER DE DELFT, Théophile Thoré-Bürger - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Barthélémy JOBERT
  •  • 1 060 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Journalisme et histoire de l'art »  : […] Thoré, qui était un journaliste politique très engagé dans les milieux révolutionnaires et républicains, avait commencé sa carrière de critique d'art sous Louis-Philippe, au milieu des années 1830, et s'était rapidement imposé dans ce domaine. Il s'intéressait alors à l'art contemporain. Après les journées de juin 1848, il avait dû s'exiler et ne r […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jan-van-der-meer-de-delft/#i_9562

NÉERLANDAISE ET FLAMANDE PEINTURE

  • Écrit par 
  • Lyckle DE VRIES
  •  • 10 164 mots
  •  • 18 médias

Dans le chapitre « Le troisième quart du XVIIe siècle »  : […] Le troisième quart du siècle est l'époque où les spécialistes deviennent des « géants », tandis que les « artistes universels », tel Rubens, font défaut. Pour cette raison, on est obligé ici de donner plus de place à l'art hollandais qu'à l'art flamand. On a déjà montré quelle fut l'importance des peintres restés dans la tradition de Van Dyck et de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/peinture-neerlandaise-et-flamande/#i_9562

VERMEER DE DELFT (1632-1675)

  • Écrit par 
  • Albert BLANKERT
  •  • 3 909 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Vermeer et ses contemporains »  : […] À partir de 1650 environ, d'éminents artistes s'établirent à Delft, cité qui n'avait pas été antérieurement un des hauts lieux de la peinture. Carel Fabritius (1622-1654), qui avait commencé comme peintre d'histoire dans le style de son maître Rembrandt, s'y installa vers 1650. Il recherchait les effets de justesse naturelle dans ses trompe-l'œil. […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/vermeer-de-delft/#i_9562

Pour citer l’article

Françoise HEILBRUN, « HOOCH PIETER DE - (1629-1684) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 25 mars 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/pieter-de-hooch/