VAUBAN SÉBASTIEN LE PRESTRE DE (1633-1707)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La carrière de Vauban correspond à l'apogée de la fortification bastionnée en France, dont les nombreuses guerres du règne de Louis XIV favorisent le développement. Vauban est né à Saint-Léger de Foucheret (actuellement Saint-Léger-Vauban, Yonne) dans une famille de petite noblesse nivernaise. Après des études chaotiques, il commence son apprentissage militaire en 1651 dans le régiment du prince de Condé, en rébellion contre le pouvoir royal. Deux ans plus tard, il est fait prisonnier par les troupes du roi, mais sa bravoure et son efficacité sur le terrain sont déjà connues et Mazarin l'envoie au service du chevalier de Clerville, alors commissaire général des fortifications. Il y apprend le métier d'ingénieur militaire et en obtient le brevet en 1655.

Dès lors, il participe à la plupart des campagnes militaires de Louis XIV, dont le règne personnel vient de commencer. Gouverneur de Lille en 1668, brigadier en 1673, maréchal de camp en 1676, commissaire général des fortifications en 1678, lieutenant des armées du roi en 1688, Vauban n'accédera au maréchalat qu'en 1703.

Ces titres ne rendent pas compte de son action sur le terrain ni de son sens politique. Cet ingénieur militaire est en effet à l'origine de l'aménagement de plus d'une centaine de places fortes situées aux frontières du royaume et au-delà, de la construction d'une trentaine d'enceintes nouvelles et de citadelles, comme celle de Lille, son premier grand projet urbanistique réalisé à partir de 1667.

Vauban, ingénieur militaire

Mettant à profit les acquis de ses prédécesseurs, notamment ceux de Blaise de Pagan (1604-1655), Vauban perfectionne les méthodes d'attaque et de défense des places. Il veut à tout prix éviter les pertes en hommes en réduisant la durée des sièges. Et, pour ce faire, il s'inspire des moyens alors utilisés par l'armée ottomane pour investir une place et conçoit un système de tranchées souterraines tracées en ligne bris [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages




Écrit par :

  • : docteur de troisième cycle en histoire de l'art, documentaliste chargée du vitrail à la sous-direction des Monuments historiques, conservateur adjoint du musée des Plans-reliefs

Classification


Autres références

«  VAUBAN SÉBASTIEN LE PRESTRE DE (1633-1707)  » est également traité dans :

ANCIEN RÉGIME

  • Écrit par 
  • Jean MEYER
  •  • 19 083 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Démographie et administration »  : […] 1348-1789. Au point d'arrivée, quelque 25 à 27 millions de Français : chiffre aussi sûr qu'il pouvait l'être à l'époque. Combien au point de départ, combien ? Une seule certitude : un énorme effondrement lors de la peste noire, peut-être de l'ordre du tiers de la population. Sur quel chiffre antérieur ? On ne sait... Entre ces deux dates, une seul […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ancien-regime/#i_2892

ARTILLERIE ET ARMES À FEU PORTATIVES - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Patrice BRET
  •  • 776 mots

xiv e  siècle Développement de l'artillerie à poudre à partir de 1313, plus de deux siècles et demi après l'apparition de la poudre noire en Chine : la légende en attribue la conception au moine allemand Berthold Schwartz. 1326 Le mot canone apparaît sur un manuscrit florentin et la première représentation en est donnée sur un manuscrit anglais, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/artillerie-et-armes-a-feu-portatives-reperes-chronologiques/#i_2892

ESCARPE & CONTRESCARPE

  • Écrit par 
  • Jean DELMAS
  •  • 529 mots

Termes de fortification. L'escarpe est le talus ou le mur qui borde le fossé du côté de la place et qui fait face à l'ennemi. La contrescarpe est opposée à l'escarpe : c'est donc le talus du fossé qui se trouve du côté de la campagne ou de l'ennemi et qui supporte le glacis (elle se raccordait souvent à celui-ci par le chemin couvert, qui, derrière […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/escarpe-et-contrescarpe/#i_2892

FORTIFICATIONS

  • Écrit par 
  • Jean DELMAS
  •  • 5 535 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « Les profils terrassés »  : […] L'introduction de la poudre en Occident n'entraîne pas de changements immédiats dans l'architecture militaire. Les boulets de pierre que lancent les premières bouches à feu n'entament pas l'escarpe d'Orléans (1428), n'ébrèchent que légèrement celle de Constantinople (1453). Mais le boulet de fonte triomphe de toutes les fortifications existantes. […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/fortifications/#i_2892

GÉNIE MILITAIRE

  • Écrit par 
  • Patrice VENTURA
  •  • 5 746 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre «  Histoire du génie militaire »  : […] Arme de l'aménagement du terrain, spécialiste de la conception et de la réalisation des infrastructures des armées, le génie militaire vient tout droit de la première urgence qui s'est imposée pour la survie de l'homme : aménager le site, construire pour s'abriter, se protéger ou attaquer. L'abri, la motte, le donjon de pierre, le château fort préc […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/genie-militaire/#i_2892

LILLE

  • Écrit par 
  • Jean-Jacques DUTHOY, 
  • Pierre-Jean THUMERELLE
  •  • 2 552 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Architecture et urbanisme »  : […] Ravages des guerres, destructions non moins graves dues à l'expansion industrielle et commerciale, une certaine indifférence aussi des habitants à l'égard des vestiges du passé : les conditions semblent avoir été réunies pour accélérer la disparition de la ville ancienne. Toutefois, le discrédit qui pèse sur Lille est injuste. Les témoignages d'un […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/lille/#i_2892

LOUIS XIV (1638-1715) roi de France (1643-1715)

  • Écrit par 
  • Victor-Lucien TAPIÉ
  •  • 10 392 mots
  •  • 10 médias

Dans le chapitre « L'armée »  : […] Cette guerre devenait de plus en plus probable, à partir de la mort de Philippe IV. Il faut ici parler de l'armée. Le secrétaire d'État qui l'avait dans son ressort était le plus fidèle serviteur de la monarchie : Michel Le Tellier, excellent intendant et administrateur. Ses réformes avaient contribué à corriger les défauts d'un système qu'on ne p […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/louis-xiv/#i_2892

SCIENCES SOCIALES PRÉHISTOIRE DES

  • Écrit par 
  • Bernard-Pierre LÉCUYER
  •  • 17 534 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Diversité des tentatives françaises de 1660 à 1806 et succès de la statistique suédoise (1745) »  : […] À l'opposé de l'Angleterre et de l'Allemagne, la France et la Suède, pays éloignés l'un de l'autre mais alliés politiques depuis Richelieu et unis depuis Descartes par des liens scientifiques, ont en commun l'idéal du recensement nominal exhaustif. Mais les modalités de la réalisation sont opposées : la soudaineté et le succès de l'entreprise suédo […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/prehistoire-des-sciences-sociales/#i_2892

Voir aussi

Pour citer l’article

Catherine BRISAC, « VAUBAN SÉBASTIEN LE PRESTRE DE - (1633-1707) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 18 février 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/vauban-sebastien-le-prestre-de/